La loi, la presse et le bâillon

Aujourd'hui, pas de médias en Italie, ni télé, ni radio, ni journaux...

 

L'ensemble de la profession est en grève contre un projet de loi du gouvernement Berlusconi, qui limite les écoutes téléphoniques dans les instructions judiciaires, et la publication de ces informations... En pleine contradiction avec la liberté d'expression et d'information, et également le Parlement européen et l'OSCE qui demandent le retrait dudit projet de loi !

Comme quoi, il y a d'étranges résonnances entre le contexte français et le contexte italien... Ecoutes, liberté de la presse, cette "loi-bâillon" entend soumettre les éditeurs et les journalistes à des sanctions administratives et ce pour exercer leur droit à l'information dans des enquêtes financières et mafieuses... Cette presse que Berlusconi ne traite pas de "fasciste" ni d'"hitléro-trotskiste", mais plus ouvertement de "communiste", autre stratégie de communication pour la même haine, est touchée dans le cadre de la réforme de la ... Justice !

 

 

bavaglio-liberta13.jpg


 

Selon le site de Courrier International : "Les pouvoirs d’enquête pénale seront réduits et l’impunité des criminels s’en trouvera amplifiée ; les contraintes procédurales, organisationnelles et disciplinaires seront multipliées et s’il venait encore à l’esprit de quelques magistrats enquêteurs de recourir à des écoutes téléphoniques, on fera tout pour les décourager : ceux qui renonceront échapperont au blâme ; ceux qui persisteraient s’engageraient à leurs risques et périls sur un chemin semé d’embûches. La liberté des organes d’information de se référer aux contenus des écoutes téléphoniques or­données dans le cadre d’enquêtes pénales sera fortement réduite et la violation des interdictions lourdement sanctionnée. " Cet article de Gustavo Zagrebelsky, de la Repubblica, rappelle l'affaire Dupuis, où la Cour de Strasbourg avait statué concernant la publication d'informations couvertes par le secret d'instruction : “le pouvoir d’appréciation des Etats s’arrête à l’endroit précis où il enfreint l’intérêt des sociétés démocratiques à assurer et à maintenir la liberté de la presse”.

Pour ceux qui lisent l'italien, voici le communiqué de rédaction de La Repubblica. Il fait suite à la "campagne des post-it", que vous pouvez voir ici.

 

J'en connais à qui les projets de loi de Berlusconi vont donner des idées !

 

 

Image : http://nuovosoldo.files.wordpress.com/2009/10/bavaglio-liberta13.jpg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.