Retraite à points etc.

Cette contre-réforme des retraites, on n’en veut pas, c’est entendu – sauf par les escrocs assassins qui nous gouvernent. Nous avons tous compris que la retraite à points était une énorme arnaque. Pour autant, on n’a pas tout dit sur le sujet.

Cette contre-réforme des retraites, on n’en veut pas, c’est entendu – sauf par les escrocs assassins qui nous gouvernent.

Nous avons tous compris que la retraite à points était une énorme arnaque.

Nous avons tous pu voir que le régime prévu n’aurait d’universel que le nom (c’était le prétexte pour tout casser), puisqu’en sont déjà exceptés l’armée, la police et d’autres professions dont la capacité de nuisance est supérieure à la moyenne.

Nous savons que les pays déjà victimes d’un tel système (Allemagne, Suède) ont un taux élevé de retraités pauvres.

Nous savons tous que notre système actuel, certes perfectible, est néanmoins viable et pour longtemps (cf par exemple le communiqué publié par des salariés de l’insee). https://blogs.mediapart.fr/romaric-godin/blog/171219/des-salaries-de-linsee-mobilises-contre-la-reforme-des-retraites

La mobilisation durable de centaines de milliers de citoyens, ainsi que les sondages, montrent assez que le projet est à jeter.

Pour autant, on n’a pas tout dit sur le sujet.

Je lis sur le site du gouvernement : « Les retraités d’aujourd’hui ne seront pas concernés par la réforme. » et « Les Français qui seront à moins de 5 ans de l’âge de départ à la retraite au moment de l’adoption de la loi ne seront pas concernés. »

Une loi ne peut avoir d’effet rétroactif, et les précédentes réformes des retraites n’ont pas affecté ceux qui étaient déjà en retraite. Mais ces réformes étaient plutôt des ajustements « paramétriques » comme il est convenu de les appeler, c’est-à-dire augmentation de l’âge minimum, de la durée de cotisation, des taux de cotisations…

Cette fois-ci, il s’agit d’un total bouleversement. Nous aurions donc bientôt (j’emploie le conditionnel, car je suis encore déterminée à empêcher ce crime) une partie importante des retraités « bénéficiant » de la pension actuelle, et de nouveaux retraités devant subir la retraite à points. Sans parler du gâchis de gestion de faire coexister deux systèmes, on verrait les nouveaux entrants s’appauvrir au fur et à mesure que le point baisse, ce qui ne tarderait pas, tandis que les autres seraient protégés. Il serait à craindre que le climat social ne s’améliore pas et conduise même à une ambiance de guerre civile.

Le capitalisme prédateur, de plus en plus mortifère, appauvrit de jour en jour les salariés, sauf les plus riches, et jette de plus en plus d’actifs au chômage, notamment parmi les seniors. La démographie fait peser une charge de plus en plus lourde sur ces actifs pressurés. Si la réforme passe, les chômeurs âgés vont l’être plus longtemps – chômeurs, pas âgés (il est probable au contraire qu’ils meurent plus jeunes). Et les retraités pauvres vont se multiplier, tandis que d’autres ne seront pas impactés. C’est explosif.

Soyons sûrs que cela n’a pas échappé au gouvernement, dont c’est vraiment le dernier des soucis et qui est déjà bien entraîné à la répression de la révolte.

Mais s’ils la trouvent si bonne, leur réforme, pourquoi ne l’appliquent-ils pas à tous, y compris ceux qui sont déjà en retraite (j’en fais partie) ? Cela serait plus simple, plus juste.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.