Exigeons!

On ne peut malheureusement pas refaire l'histoire. Mais on peut décider d'infléchir la suite. Tout le monde aura pu constater l'évidence: un monde régi par la finance et le profit conduit à des assassinats de masse, des crimes contre l'humanité, peut-être le plus grand génocide jamais perpétré.

Parmi les milliers d'informations choquantes qui nous sont parvenues ces derniers temps, je m'arrête sur deux des plus récentes.

1. "Selon l’institut de la finance internationale, le montant total de dettes dans le monde atteignait 253 000 milliards de dollars à la fin 2019, soit l’équivalent de 322 % du PIB mondial. Un record absolu." Extrait de l'article de Martine Orange Le spectre de la Grande Dépression hante l'économie mondiale.

Cela veut dire que plus du triple de la richesse réelle du monde est manipulé par les financiers et fait la pluie et le beau temps sur notre planète. C'est pour augmenter cette masse que l'on baisse les impôts des riches, que l'on détruit les services publics, que l'on met des familles au chômage et à la rue, que l'on pioche dans les cotisations sociales et les organismes publics pour donner plus aux riches, que l'on dérégule, que l'on saccage la planète et tout ce qu'elle nous offre...

Voilà la raison de tout l'argent qui manque aux hôpitaux et aux ehpad, toutes les pénuries de materiels nécessaires, le manque de soignants. Voilà pourquoi beaucoup d'entre nous, nos enfants ou nos parents, et plus encore, ceux qui travaillent sans protections, ceux qui sont à la rue, allons mourir faute de soins et seuls.

2. Les bouteilles d'oxygène, comme tout le reste, manquent. L'usine de bouteilles d'oxygène Luxfer, dans le Puy-de-Dôme, a été fermée il y a quinze mois par l'actionnaire britannique. Les salariés se battent pour sa nationalisation. Aux dernières nouvelles, l'Etat "réfléchit"!

Donc, malgré la catastrophe sanitaire liée à la destruction systématique de la santé publique, qui ne date pas d'hier, ainsi qu'à l'impréparation totale du gouvernement, l'Etat n'est toujours pas capable de prendre des mesures vitales en urgence.

Exigeons la nationalisation de Luxfer et son redémarrage immédiat. Exigeons la réquisition de toutes les usines qui peuvent rapidement produire les masques, gels, tests, respirateurs nécessaires.

Cet Etat ne nous est d'aucun secours. Il faut le renverser dès la fin de la crise. Et construire un monde nouveau, obéissant à une logique humaine et uniquement cela.

En attendant, prenons note de tous les dysfonctionnements et de toutes les fautes du gouvernement actuel - et des précédents -, pour préparer le procès du siècle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.