Le faible et le puissant

Ce soir il y a l'affaire Cahuzac, un futur "mème" comme le signale justement un collègue sociologue: qui, en effet, résistera dorénavant au plaisir de mettre en avant des remords dévastateurs, une lutte intérieure taraudante, en cas d'infidélité à l'homme ou la femme de sa vie, d'erreur dans son labeur, d'égarement dans sa conduite, routière...ou pas? Pas spécialiste du droit, j'ai du mal à imaginer quelles seront les suites judiciaires de cette affaire.

Ce soir il y a l'affaire Cahuzac, un futur "mème" comme le signale justement un collègue sociologue: qui, en effet, résistera dorénavant au plaisir de mettre en avant des remords dévastateurs, une lutte intérieure taraudante, en cas d'infidélité à l'homme ou la femme de sa vie, d'erreur dans son labeur, d'égarement dans sa conduite, routière...ou pas? Pas spécialiste du droit, j'ai du mal à imaginer quelles seront les suites judiciaires de cette affaire. J'apprends (par la presse qui le tient de l'avocat de Cahuzac lui-même) que celui-ci a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale: je me dis que ça doit mener loin ça, blanchiment pour fraude fiscale: peut-être même que ça peut se révéler pire pour quelqu'un qui a été ministre du budget. Mais bon, j'entends aussi Jean-Marc Ayrault, notre Premier Ministre qui demande fermement à Cahuzac de se retirer de la vie politique. Euhhh...quand on est en prison, on n'a pas droit à une vie politique, si? Non? Tout cela me parait bien confus et donne par moment le sentiment d'une tempête dans un verre d'eau. Cahuzac a menti et blanchi de l'argent, mais bon, il est dévasté par le remords. Jean-Marc Ayrault a soutenu un ministre du budget corrompu, mais il ne savait pas et s'il ne savait pas, n'est ce pas...

Ce qui n'était pas confus par contre, c'était, il n'y a pas si longtemps, toutes ces déclarations enflammées de Cahuzac sur son innocence: il clamait son innocence devant l'assemblée nationale, le verbe haut, le regard clair : et ses collègues ministres d'alors se jetaient sur lui, l'assurant de leur soutien, jetant l'opprobe sur ce journal/ torchon/ Mediapart (le même qui me permet d'avoir un blog), journal de gauche qui avait eu l'impudence d'enquêter...sur un homme de gauche. Bon, du coup, Mediapart en devenait un journal d'extrême gauche. 

C'est pas le tout, mais pendant que tout le monde s'ébaudit sur les mensonges de Cahuzac, ses comptes en Suisse, ses petites trahisons, Hailiang Su est toujours en rétention. Quel lien allez vous me dire entre ce malheureux sans papiers chinois d'Hailiang Su (dont je vous ai déjà parlé sur le blog de RESF), un peu illettré, pas très loquace et le grand  Cahuzac, beau et bien nourri, chirurgien, ministre du budget, socialiste, dévasté par le remords mais encore prêt à servir la nation? Aucun lien. L'un fait partie des grands de ce monde. Se prenant pour Icare, il s'est brûlé les ailes: tout seul: comme un grand (de ce monde). L'autre fait partie des damnés de la terre, de ces nouveaux misérables. Venu clandestinement en France  il y a plus de 10 ans, il a toujours travaillé comme un esclave, dans des ateliers de confection insalubres, pour des salaires dérisoires, pour rembourser les passeurs. Il a réussi à faire venir sa femme, mais n'a pour l'instant pas eu assez d'argent pour faire venir sa fille. Il ne s'est pas caché Hailiang, n'a pas menti, ne s'est pas fourvoyé dans une spirale du mensonge. Dès son arrivée, il a demandé des papiers, a parlé de sa fille aux autorités. Et il a travaillé, travaillé. Il n'a jamais réussi à avoir des papiers. Il n'a jamais réussi à avoir assez d'argent pour faire venir sa fille. Mais depuis le 5 mars, il a été arrêté et mis en rétention. Depuis le 5 mars, il vit avec la peur au ventre d'être mis dans un avion pour un pays qu'il ne connait plus. Depuis le 5 mars, sa femme et son fils né en France n'ont plus rien à manger que les colis de l'aide alimentaire. 

Ce soir, Jérome Cahuzac, qui ne se rappelait plus qu'il avait 600 000€ en Suisse,  dort chez lui ou dans un hôtel, au chaud, protégé du regard de la plèbe désagréable surtout quand elle est en colère.  Certains disent qu'il a quitté Paris: on ne sait pas trop. Il a fraudé, menti aux Français, menti au Président de la République et à l'Assemblée Nationale toute entière, mais il est libre: libre de ses mouvements, libre de dormir où il veut, libre d'écrire des absurdités sur son blog. Hailiang lui, n'a pas le choix. Il dort au Centre de Rétention Administrative de Vincennes pour la 27ème nuit. Ou plutôt, il ne dort pas, Hailiang: comme toutes les nuits, il guette le pas des policiers qui pourraient venir le chercher pour le renvoyer à la misère et à la déchéance, dans un pays qui ne veut pas de lui , où il n'a aucun moyen de gagner sa vie, d'où il ne pourra plus jamais revenir pour voir la femme et le fils qu'il aime. 

Monsieur le Préfet, vous ne voudriez pas libérer Hailiang Su, qui n'a jamais menti, qui a toujours travaillé, qui n'a pas de compte en Suisse? 

pour que Hailiang Su soit libéré, signez la pétition: http://www.educationsansfrontieres.org/?page=article&id_article=46419

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.