Candidat(e)s de toutes les gauches, unissez-vous!

Habitante du 10ème arrondissement à Paris, je demande aux candidats de gauche de la circonscription 7505 de s'émanciper de leurs partis pour former leurs propres alliances.

 

Les élections présidentielles ont laissé un goût bizarre dans la bouche des électeurs français. Très tôt, les primaires avaient viré au jeu du chamboule-tout. Exit Cécile Duflot chez les Verts, Sarkozy et Juppé chez  LR, Valls au PS.  Le Pénélope gate a contribué à placer  cette drôle de campagne entre Ubu Roi et Grand Guignol. Qui n'a pas attendu la sortie du Canard Enchaîné avec impatience ou rigolé aux déclarations hallucinantes de Fillon?  Avec la fuite des caciques du PS chez En Marche, c'est Dallas qu'on a vu réapparaître sur nos écrans TV. Tant et si bien que la teneur des programmes a disparu très vite au profit de spectacles qui auraient rendu jaloux Néron et ses jeux d'arène.  Mélenchon et ses Insoumis se sont révélés redoutables dans l'exercice, entre humour efficace, hologrammes et main mise sur les réseaux sociaux. 

Au moment de voter pour le premier tour, beaucoup d'électeurs de gauche se sont transformés en spécialiste de théorie des jeux: "quelle est ma meilleure stratégie, compte tenu du fait que les autres vont adopter leur meilleure stratégie?" Nash aura bien plus influencé ces élections que Piketty, qui a pourtant mouillé sa chemise pour Hamon, seul candidat à croire qu'une élection se gagnait sur un programme plutôt que sur une personne. On sait ce que ça lui a coûté. 

Nos électeurs stratèges donc, ont privilégié le vote utile, poussant Macron ou Mélenchon selon leurs propres évaluations des chances de chacun. Une majorité d'entre eux a voté Macron au second tour, sans état d'âme mais en se disant qu'enfin, aux législatives ils feraient entendre leurs idées. Ils étaient convaincus qu'ils pourraient envoyer des députés de gauche à l'Assemblée Nationale et ainsi freiner les ardeurs libérales de Macron. 

L'idée d'obtenir un groupe de gauche à l'Assemblée suffisament fort pour faire contre-pouvoir est en passe de devenir illusion. En s'avérant incapable de rupture, en restant à mi-chemin entre Hamon et Valls (c'est à dire nulle part), le PS a démontré à quel point il était, au mieux inutile, au pire nuisible.  En refusant tout accord avec les autres partis de gauche, en trahissant même son accord avec le PC, Mélenchon le bateleur s'est transformé en redoutable fossoyeur de la gauche. Tout comme Néron a incendié Rome, Mélenchon est en train de faire brûler la gauche. Les jeux, toujours. 

Quelques apparatchiks plus ou moins vieillisants prennent en otage la population de gauche, pour satisfaire à  leurs egos démesurés ou par peur de perdre leurs pauvres privilèges. Avec une multiplication des candidatures dans la plupart des circonscriptions, l'Assemblée risque bien de se retrouver avec une opposition qui sera exclusivement représentée par le FN. 

A force de jouer,  bon nombre de politiques semblent oublier que leurs élections doivent permettre de mener des combats: à gauche, ces combats concernent le plus souvent la protection des plus faibles. Les pauvres, les sans-papiers, les chômeurs mais aussi l'écologie et la protection de l'environnement ont particulièrement à perdre dans cette histoire.   

Moi, citoyenne et électrice de gauche, j'accuse la classe politique censée me représenter de privilégier des intérêts de personne à l'intérêt collectif. J'accuse Mélenchon de traitrise et Hamon de lâcheté, qui nous parle du 1er juillet alors que ce qui va se jouer les 11 et 18 juin peut s'avérer redoutable.  Les enjeux sont énormes. Protection du travail, plus grande égalité de l'impôt, régulation des marchés financiers, place dans l'Europe....j'en oublie certainement.

 Habitante du 10ème arrondissement à Paris, je demande aux candidats de gauche de la circonscription 7505 de s'émanciper de leurs partis pour former leurs propres alliances.  Je demande au candidat du Parti Pirate de retirer sa candidature inutile. Je demande à Layla Yakoub,  Didier le Reste, Seybah Dagoma  et  Julien Bayou de trouver une entente et  très vite. Julien Bayou a déjàoeuvré dans ce sens, lançant un appel public à un accord avec FI  https://www.facebook.com/julienbayou/posts/10156133861001040

Que cet appel n'ait pas été entendu est plus que regrettable. 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.