L'Égypte et la crise de l'eau

Depuis 2011, l'Égypte et l'Éthiopie se disputent le droit sur le Nil. L'Éthiopie construit un barrage hydroélectrique de grande envergure dans la région de Benishangul-Gumuz. Situé à 15 kilomètres de la frontière soudanaise, le Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD), fierté éthiopienne — l'Éthiopie espère de grandes retombées économiques —, est la cible de l'Égypte qui craint la diminution du débit moyen du Nil. Si 0 % de la population Éthiopienne dépend de l'eau du Nil (selon le gouvernement éthiopien), ce n'est pas le cas de l'Égypte dont 97% de l'approvisionnement en eau provient du grand Nil.

Depuis quelques décennies, l'Égypte est confrontée à une grave crise en eau. Le réchauffement climatique, l'urbanisation galopante, une forte démographie, ainsi qu'une économie principalement axée sur l'agriculture (comme c'est le cas pour les deux autres principaux acteurs, le Soudan et l'Éthiopie), pèsent sur le niveau de l'eau. De plus le Nil est fortement pollué.

Le troisième acteur, le Soudan, tout aussi vulnérable face à la crise en eau que l'Égypte,  s'approvisionne en eau du Nil à hauteur de 96%. Il soutient néanmoins le projet de son voisin l'Éthiopie.

Le désaccord entre l'Éthiopie et l'Égypte prenant une tournure dangereuse, l'Égypte a récemment fait appel à la médiation américaine afin de freiner la construction du GERD. L'Éthiopie avance que l'arrêt du projet pourrait étioler son développement économique mais assure que le barrage n'aura aucun impact sur ses deux voisins. Elle propose le remplissage du réservoir sur 4 à 7 ans (et non de 5 à 15 ans comme indiquée sur la carte). Mais l'Égypte refuse cette offre. Les trois pays devraient se rencontrer à Washington le 6 novembre.

La carte ci-dessous décrit la situation hydropolitique d'une partie du Bassin du Nil, l'Égypte, l'Éthiopie, le Soudan et le Soudan du Sud. Il est à noter que le Soudan du Sud a été écarté de la table de négociation car il n'est pas reconnu par l'ONU. Pourtant, le Soudan du Sud, un pays en détresse, risque de souffrir d'une pénurie d'eau comme de nombreux indicateurs le montrent.

Tension entre l'Égypte et l'Éthiopie à propos de la construction du GERD © Annick Labeca Tension entre l'Égypte et l'Éthiopie à propos de la construction du GERD © Annick Labeca

 

© Annick Labeca/ Urban Lab Global Cities (carte), 2019. Les données proviennent du FAO (Food and Agriculture Organisation of the United Nations).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.