Médias alternatifs : unissez-vous !

Face aux machines de guerre mainstream, la réplique se morcelle. Pour ne pas sombrer à peine nés : unissez-vous !

Coucher de soleil sur la statue de la liberté Coucher de soleil sur la statue de la liberté
Les médias mainstreams occupant confortablement la position de caisse de résonance d'un État de plus en plus répressif, se sont mis à fleurir en réaction, une multitude de médias alternatifs se positionnant à l'aile gauche laissée vacante.
Ces médias comme tous médias, sont animés, produits par des personnes qui ont besoin de vivre. Mais à l'image d'une gauche totalement morcelée dans une foultitude de courants, la presse alternative se met à pousser comme des champignons en ordre dispersé, avec appels aux dons pour survivre.
La donatrice compulsive que je suis à tout ce qui touche la liberté de la presse commence à vous trouver nombreux.
Il y a quelques années déjà est née la plateforme de la presse libre qui est une initiative permettant de rassembler plusieurs titres pour des sommes modiques. Compenser la modicité par le nombre, c'est aussi une stratégie. Le financement par le don a les limites de son vivier. Vous tapez tous sur la même niche de financeurs potentiels. Et ces financeurs seront amenés à faire des choix. 
Le risque de ne pas vous réunir est juste de disparaitre. À plus ou moins long terme.
Face à une machine de guerre médiatique qui arrose des millions de personnes, vous avez une responsabilité : celle de ne pas mourir et de vous en donner tous les moyens. Vous êtes le quatrième pouvoir. Nous avons besoin de vous.
Il est temps pour vous de trouver un modèle économique moins chaotique. En vous serrant les coudes. En faisant masse. En la jouant collectif, même quand on est plus confortable que les autres (coucou Médiapart !).
Bref, les gens comme moi comptent sur vous pour être inventifs et pour que vive une presse humaine et humaniste, de plus en plus forte et debout !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.