Annie 974
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 févr. 2020

Jusqu’à la dernière minute de la dernière heure

Dans les fictions, les héros sont parfois confrontés à ce qui paraît totalement insurmontable : ils sont peu, et en face les ennemis sont nombreux. Très nombreux. L’affrontement est inévitable. Au moment où tout semble perdu, un renfort inattendu fait basculer la bataille. On est content de les voir gagner. Mais on se dit parfois, ouais, les scénaristes, ils se sont lâchés.

Annie 974
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jusqu’à la dernière minute de la dernière heure : c’est la devise du crowdfundeur de fond.
Le crowdfunder, c’est une personne, ou plutôt dans notre cas, un groupe de personnes, qui cherche à faire financer un projet.
Alors tu crées ta page, tu décris ton projet, et tu motives tes futurs investisseurs par des contreparties sympas. Tu choisis une date de début, une date de fin. Puis tu te lances. Tu rameutes tes amis, ta famille. Des fois, t’as quand même l’impression de leur faire un peu les poches, mais c’est pour la bonne cause, pour notre projeeeeeeeet !

Alors un crowdfunding ou financement participatif, si on regarde la page d’accueil d’ulule par exemple, ça peut paraitre facile. T’en as, il leur reste pleins jours et ils ont déjà financé leur projet à plus de 100%. Il faut savoir une chose à propos du crowdfunding : on touche l’argent si à la date limite, on a au moins atteint les 100%, sinon on perd tout. En clair, si l'objectif n'est pas atteint, le projet s'éteint. C’est ça la règle.

Et c’est là que commence la quête de notre héro ordinaire, celui du crowdfunder de fond, qui va chercher, pourcentage, par pourcentage, à gravir les échelons qui le mèneront à son graal.
Je dois en être à ma troisième campagne de crowdfunding avec 8000mondes. C’est à chaque fois une bataille qu’on gagne au finish. On forme un groupe commando chargé déjà de se soutenir le moral. Le moral, c’est le carburant premier : y croire jusqu’à la dernière minute de la dernière heure, même si tout n’est pas rose.

On s’organise sur les réseau sociaux. On cherche à être visible : dans les journaux, à la radio, dans les librairies, cinémas, médiathèques, partout où on peut.

Notre ennemi, il est immense : c’est le monde dans lequel est noyé notre cible. Car en dehors de nos proches et de nos amis qui nous suivent parce qu'on est nous (et pis aussi que c'est vachement bien ce qu'on fait, il faut le souligner), il y a tous les autres, ceux qui pourraient aimer, si jamais on réussissait à les atteindre. 

Le ululeur débutant a bien du mal à savoir comment toucher sa cible. Et c’est cette bataille-là que nous devons mener chaque fois. Trouver les nôtres parmi l’immense foule des autres. Engager le dialogue. Convaincre. Grignoter. Pourcentage par pourcentage. Euro par euro. Dépasser les longs jours où le compteur roupille. Garder le moral. Se nourrir de chaque frémissement. Saluer chaque avancée. Et repartir à la charge.

Et puis un jour, arrive le couac : on voudrait bien y croire encore, mais l’horloge tourne, les minutes sont plus qu’acides. 68%, à l’heure où les  honnêtes gens vont se coucher, le dernier jour. Quand ils se réveilleront, le crowdfunding sera terminé, et le projet avec. FIN.

Jusqu’à la dernière minute de la dernière heure
Le crowdfundeur fidèle à sa devise continue quand même à se battre. Et tout dérape : la plateforme buggue, on ne peut plus rien faire : ni se connecter, ni payer. La cata dont on n’avait pas besoin. Au plus mauvais moment, évidemment.
Branle-bas de combat, on contacte la plateforme.

L’information finit par tomber : on obtient une semaine de rab. Et là, on se souvient de ces héros à la limite de perdre, et de ce qu’on s’était dit des scénaristes qui exagéraient un tantinet, quand dans la vraie vie, nous avons été sauvés... par un bug. Passée l'euphorie, on est tous allés se coucher. La dernière minute de la dernière heure venait d'être déplacée.

Par conséquent, l'aventure continue. Et si par le plus grand des hasards, la curiosité vous pousse, venez donc jeter un oeil à Greenpouce et donnez-nous un coup de pouce.

On vous attendra, soyez-en certains, jusqu’à la dernière minute de la dernière heure.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois