Annie 974
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 août 2019

Au nom de tous les riens

Pas de violences irréparables, dit Emmanuel Macron, en parlant du maintien de l'ordre tel qu'il est effectué aujourd'hui en France, en écartant - c'est bien pratique - 2 morts pour cause d'enquêtes en cours...

Annie 974
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Gerd Altmann

C'est via un tweet de Libération que j'ai pris connaissance des paroles du chef de l'État.
La lecture du - court - article est édifiante, les affaires Redouane et Caniço étant en cours d'enquête, on écarte ces morts là en attendant une décision de justice.

Alors déjà que les choses soit bien claires : que quiconque puisse se prendre une grenade lacrymogène en plein visage à un quatrième étage - QUATRIÈME ! - est un pur scandale en soit ! Il n'y a même pas à tergiverser. Il est totalement anormal de se prendre une lacrymo dans la figure quand on est chez soit au quatrième. Un État digne de ce nom devrait être rouge de honte que ses forces de l'ordre aient réussi cet exploit. Pas le notre, qui préfère minimiser les choses.

D'autre part, Zineb Redouane ne serait pas morte sur une table d'opération, si elle n'avait pas du être opérée à cause d'une grenade prise dans la figure. Point final. Elle était chez elle au quatrième. Elle a dit avoir été visé, ce qui fait de ce tir un tir criminel, car Zineb Redouane n'était une menace pour personne.

Pour ce qui est de Steve Maia Caniço, pareil, dans un État qui se comporterait normalement vis à vis de ses citoyens, c'est l'effroi et la volonté que toute la vérité soit faite qui aurait du primer. À la place, nous n'avons eu que mépris et tergiversations.
Alors même que la situation s'était déjà présentée deux années auparavant, alors même que gérée différemment, le bilan a lui aussi été très différent, on hésite encore sur les conclusions et on attend la justice. Combien de personnes à l'eau et combien de morts dans les deux cas ? La comparaison devrait suffire pour se faire une idée. On préfère à la place gloser sur l'alcoolisation des victimes, et mettre en doute un mouvement de panique. Quand on suffoque dans un nuage de gaz et qu'on ne voit plus rien, certes, pourquoi paniquer ?
Que dire du nombre de grenades tirées ? D'une grande normalité selon l'État qui trouve ça tout à fait proportionné. Nous divergeons donc sévèrement sur la notion de proportionnalité. Mais reconnaitre la disproportion, serait reconnaitre qu'il s'est passé quelque chose d'anormal. Et ça en Macronie, c'est inenvisageable.

Dans leur monde à eux, on réserve son indignation plutôt à des murs, des portes et des vitrines. On a bien compris, du côté des riens, que le sort d'une vieille dame ou d'un teufeur, ça ne compte pas des masses.
Qu'un rien ça peut s'éborgner, ça peut avoir le cerveau endommagé, perdre un pied, une main, ce n'est pas grave. Ils sont forcément coupables de ce qu'il leur arrive et en premier lieu, ils n'avaient qu'à pas être là. Il y aura, de toute manière, bien d'autres riens pour remplacer ceux qui ont été abimés.

Alors au nom de tous les riens, puis-je me permettre d'informer ceux qui en douteraient que dans le monde qui est le notre, un mort, un œil crevé, ça ne se répare pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat