Annie GH
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2012

« Le masculin l’emporte sur le féminin » : c’en est assez !

Annie GH
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avez-vous lu l’article d’Anne Chemin, dans LeMonde.fr, Genre, le désaccord? Dans cet article, l’auteure (oui, je suis POUR la féminisation des noms de titres et de métiers) évoque la pétition Que les hommes et les femmes soient belles ! qui propose de remplacer la règle grammaticale d’accord Le masculin l’emporte sur le féminin par la règle dite de proximité , je cite : « un adjectif qui se rapporte à plusieurs noms, s'accorde avec le nom le plus proche »  règle dont je vous laisse imaginer les exemples possibles… Anne Chemin nous propose un article très documenté qui, à partir de l’historique de cette règle grammaticale, montre clairement comment la langue et la grammaire ont été façonnées pour inscrire dans l’esprit des gens la supériorité masculine.

La lecture des commentaires se révèle très intéressante. Même type de réactions que pour la campagne « Madame, Mademoiselle ».

Je passe sur les amorces de discussions d’ailleurs intéressantes portant sur l’impact des technologies numériques sur l’évolution de la grammaire.

Peu de réactions féminines, plutôt favorables d’ailleurs. Roudoudou souligne la façon insistante dont cette hiérarchie grammaticale, sans cesse répétée en classe, conditionne les petites filles . C’est le sens de mon premier commentaire à cet article dans lequel je rappelle la variante ambiguë s’il en est de cette règle grammaticale Le masculin embrasse le féminin. Beatrice Depari propose une réponse intelligente à ce sexisme de la grammaire ; je la cite :

« J'enseigne le français à des femmes étrangères. Je leur explique que, parfois, la langue va au plus simple et que, pour cet accord, la grammaire privilégie la forme la plus courte, celle qui économise un "e" à l'écrit et un son consonne final à l'oral. Bien sûr quand j'étais petite, on m'a fait répéter que "le masculin l'emporte sur le féminin" mais je me suis efforcée de trouver une autre formulation. »

Surtout, beaucoup de réactions masculines, plutôt énervées, à quelques exceptions près dont celle de JC Herrenschmidt qui pose la question « combien coûte à la République l'entretien de l'Académie française et de ses académiciens » !

Les réactions masculines montrent que l’habitus masculin (A moi, Bourdieu!) semble lui aussi imprégné par l’insistante répétition de cette règle grammaticale. Leur habitus intégrant l’idée de domination des hommes sur les femmes est une telle évidence que toute remise en cause les fait bondir. Ces combats féministes sont alors jugés dérisoires : "ce n’est qu’une convention" ; "Quelle perte de temps" ; "Je ne vois pas en quoi cet usage fait ombrage aux femmes.".  On les disqualifie en pratiquant la dérision : "Encore un débat urgent à se pisser dessus de rire" ; l'exemple d'une "cuitée deux jours et une nuit entière". On injurie les féministes "coupeuses de cheveux en quatre" sans oublier, bien sûr l’injure classique qui voudrait que les féministes soient TOUTES des lesbiennes, c’est-à-dire qu’elles ne seraient pas des VRAIES FEMMES, avec cette variante ici "lesbiennes progressistes et maoïstes"

Bon. En attendant, je me précipite pour la signer sur la fameuse pétition. Elle a déjà recueilli plus de 3600 signatures dont la mienne. Je vous laisse la découvrir et la signer, j’espère.

La pétition Que les hommes et les femmes soient belles ! http://www.petitions24.net/regleproximite

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/01/14/genre-le-desaccord_1629145_3224.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse