On est des quiches !

On est des quiches !

Répugnant à acheter des vestes, robes, pantalons, sacs, rideaux ou coussins de mauvaises qualité, fabriqués à bas coût pour de grandes enseignes (aux bénéfices faramineux) par des populations esclaves au Bangladesh, au Vietnam ou en Éthiopie (vive la mondialisation), je confectionne une grande partie de mes vêtements moi-même.  Il faut être cohérent, politiquement.... En plus, j'y prends du plaisir ! Ayant la qualification et du temps de retraite, j'en fait profiter ma famille, des amis ou je la monnaye au sein d'un SEL (système d'échange local). La semaine dernière, on a rafraichit les banquettes du salon de ma belle-fille. C'est tout beau, tout neuf, elle est ravie. Les vieux draps sont devenus des piles de torchons de cuisine, on en a un stock !

A ma grande surprise, le "fait maison" reprend du poil de la bête, il n'y a qu'à voir le nombre de blogs (et vidéos) sur le sujet, tenu par la jeune génération, c'est totalement fascinant, pour peu qu'on s'y intéresse, sociologiquement, deux minutes. Ayant lancé récemment un cours (via Internet), dans mon atelier au fond du jardin, j'ai ma 1ere élève : 18ans, adorable, qui vient de se terminer un joli manteau cintré, doublé, avec boutonnière passepoilée et poches à rabat. Et visiblement, elle s'éclate ! Je transmets un savoir-faire et arrondis (très peu) ma mini-retraite.

Mais pour faire de la couture, il faut du tissu et de la mercerie. Avec la confection industrielle à bas coût, loin d'ici, les étals de marché, les magasins qui vendaient du tissu au mètre ou des coupons en France, ont disparu. Beaucoup de forains récupéraient des fins de stocks en rouleaux, de l'industrie française, celle-ci ayant fermé toutes les usines et réduit les savoir-faire au chômage, y'a plus rien, là non plus ! Au fin fond de ma province aveyronnaise (ville de 25.000 habitants), il y a une "Halle au tissus" dans la zone industrielle, peu de choix, très cher et un vieux magasin en ville (une vraie curiosité !), hors de prix ! Rien d'autre. La ville la plus proche où je pourrais trouver, c'est Montpellier (+ de 200km, aller et retour !) où là aussi, les magasins et marchés forains se raréfient. J'ai donc fini par acheter, à mon grand regret, via Internet. Plus la récup en tout genre...

Moi qui aime voir et toucher les matériaux, ça m'énerve, mais je n'ai pas le choix. Ayant un petit budget, je privilégie les sites d'enchères (Ebay principalement). J'ai de bonnes surprises à la réception, au niveau qualité, comme cette semaine, où j'ai reçu deux très beaux tissus, mieux que sur la photos et le descriptif, parfois c'est l'inverse. Dans mes sélection, j'avais trouvé un tissu de laine à 10€ pour 1,50m, plus 6,10€ de port, que je décidait d'abandonner après calcul d’apothicaire, le trouvant décidément trop cher pour ma bourse plate. Sur la photo, le vendeur présentait un coupon plié et étiqueté d'un magasin et en faisant fonctionner la loupe, je me suis rendue compte qu'il était étiqueté en... Francs ! Aussi en pesetas, lires, livres... Cela voulait donc dire que ce tissu avait été acheté au moins, quinze auparavant ! Pour de la laine, on pouvait déjà craindre les mites. Le tissu, contrairement au vin, ne se bonifiant pas avec l'âge... Il était étiqueté à 49,00 frs français. Et c'est là que je me suis amusée à transcrire ça en euros. 16,10€ x 6,59 = 106,09 frs !!! Soit une plus valu de...  216% !!!

Oh, on me prendrait pas pour une quiche, par hasard ?.. Vider ses placards en revendant plus de deux fois le prix qu'on l'a initialement acheté ily a quinze ou vingt ans, y'a de l'abus ! Mais qui fait encore ces calculs, via les francs ? Mon histoire ménagère de tissu et de couture est anecdotique, mais rapportée aux salaires de misère actuels et aux sommes détournées par les politiques que Mediapart nous conte tous les jours, ça fait réfléchir deux minutes. Rapporté au prix du kilo de patates, au Smic de 2000 (il y a quinze ans ) : 975€ / 35h hebdo  (6125 frs) et surtout ce que l'on faisait avec, en comparaison avec aujourd'hui (le caddy de la ménagère)... On s'est bien fait eu, quand même, avec cette histoire d'euros !

Coupon de tissus

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.