La mémé en colère qui s'égare

Aux canailles qu'ont pas respecté la minute de silence...

J'en suis !

Je ne suis pas Charlie

Je suis Annie

et je milite pour plus d'humanisme et de fraternité

En France, on a la liberté d'expression. Et c'est chouette ! Cela me permet de m'exprimer ici, entre autres lieux. Peut-être plus pour très longtemps d'ailleurs, mais c'est pour bientôt une autre histoire politique. 

Enfin, ça fonctionne à plusieurs vitesse cette histoire de liberté d'expression... (oui, comme la justice, vous m'avez enlevé le mot de la bouche !) Ben woui, y'a le droit de blasphémer, mais pas n'importe quoi.

Par exemple, la Bible, les Évangiles, la Torah (ses cinq livres), le Coran, vous pouvez au choix de vos goûts, vous mouchez dedans, vous torchez le cul avec ses feuilles (choses qu'avait oublié Rabelais) ou les cramer publiquement. En rappelant fort élégamment et judicieusement que vous les enculez, y'a pas d'soucis ! Le droit français le permet, vous pouvez y aller ! La-chez-vous.

Une Femen, en France, l'a d'ailleurs fait publiquement ces jours-ci, avec le Coran (au hasard...), en le diffusant sur les réseaux sociaux en toute impunité. Et comme cette jeune femme se réclame d'un mouvement ukrainien féministe (dont il conviendrait d'aller voir d'où il vient), que l'une d'elle est en effigie sur nos timbres de la république française, que vous pouvez d'ailleurs abondement lécher et que Mme Fourest (ex-Charlie) la soutient, vous êtes priés d'abonder. Soutenir cette action fine et intelligente, dans ce bon esprit charlinesque qui nous anime tous, ces jours-ci. C'est de la bonne grosse déconnade à la française !

Interrogé aujourd'hui à Tulle, sur les drapeaux français brûlés lors de manifestations dans plusieurs pays, en particulier en Afrique, Hollande a répondu: “on n’en a pas terminé avec ces comportements là, et il faudra les punir, parce que quand ils se passent en France c’est intolérable, mais même aussi à l’étranger.”... Je vous laisse juge.

http://www.les-crises.fr/et-maintenant-une-femen-taree-brule-le-coran/

Donc brûler le drapeau national qu'est à nous, rois de la gaudriole, là, ça ne rigole plus du tout ! Ce n'est pas permis, c'est répressible par la loi FRANCAISE. Qu'on se le dise dans les HLM. (z'avez compris dans les ZEP ?!!)

D'ailleurs la nation, il conviendrait de la respecter, sérieux.

Sérieux ???

Eux, les ZEP (zône d'expression populaire) en font les frais et seront jugés dans deux jours !!! le 20 janvier très exactement et ça ne date pas d'hier...

...Visiblement la "liberté d'expression" est à géométrie variable : on a le droit de conchier une religion (à condition qu'elle soit pratiquée surtout sous nos climats par des arabes, et des pauvres) mais on a pas le droit de se torcher dans le drapeau tricolore. Aprés on s'etonne que certains parlent d'une "république a deux vitesses". C'est comme la "fraternité". Elle n'a pas la même réalité entre république et nation, et quand la porte de la prison (sur lequel le slogan de la république figure pourtant)  se ferme sur vous...

Les deux mis en examens sont convoqué le 20 janvier 2015 au TGI de Paris.

Le clip mis en examen :

http://blogs.mediapart.fr/edition/ecran-de-veille/article/140115/pour-la-liberte-dexpression-devoir-dinsolence

Z.E.P - Nique la France. © nader ben habhab




pour vous remercier d'avoir lu jusque là :

Z.E.P Feat La Jonction - Pas De Baratin - Session Acoustique - Adnsound.com © AdnSound




PETITION POUR LE DROIT A L'INSOLENCE ANTIRACISTE

Le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama ont été mis en examen pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur une plainte de l’AGRIF, un groupe d’extrême droite nostalgique de l’Algérie française. En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, « Nique la France », qui assène en refrain : « Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes / Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes ». Comme des millions de gens à travers le globe ces dernières années, les deux auteurs ont attaqué le colonialisme et le système capitaliste et impérialiste. Comme beaucoup d’entre nous ils dénoncent une idéologie toujours très en vogue : le racisme, sous ses formes les plus courantes mais aussi les plus décomplexées. Comme de nombreux habitants des quartiers populaires, ils ont criés leur colère contre les inégalités, les discriminations et la justice à double vitesse.
S’inscrivant dans une longue tradition pamphlétaire des artistes engagés en France contre l’État français, du « nation de porcs et de chiens » d’André Breton à « le temps que j’baise ma marseillaise » de Léo Ferré en passant par le « je conchie l’armée française » d’Aragon ou le «votre République, moi j' la tringle » de Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur « devoir d’insolence » afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique.
Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’État s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours. NTM, Sniper, Ministère Amër, Mr R, La Rumeur, Youssoupha ou Houria Bouteldja sont autant de rappeurs et militants attaqués ces dernières années pour des paroles jugées trop irrévérencieuses. Pourtant tous n’ont fait que porter publiquement l’expression populaire du rejet des discriminations et de la stigmatisation des quartiers populaires, des Noirs, arabes et musulmans.
En signant cette pétition, nous exigeons que les poursuites contre Saïdou et Saïd Bouamama soient abandonnées. D’accord ou pas d’accord avec les propos et les formulations incriminés, nous défendons leur droit de les tenir. L’extrême droite veut interdire le droit de chanter la révolte, imposons le droit de l’exprimer sans entraves.

  

devoir d'insolence

 

signer

PREMIER SIGNATAIRES : La Rumeur, Youssoupha, Casey, Zebda, Scred Connexion, Rachid Taha, Mathieu Kassovitz, Amazigh Kateb, Les Ogres de Barback, La Rue Kétanou, Guizmo (Tryo), Imhotep (IAM), Les Ramoneurs de Menhirs, HK et les Saltimbanks, La Compagnie Jolie Môme, Dub Inc, Elli Medeiros, Archie Shepp, Slimane Dazi, Axiom, Oai Star, Maitre Madj,Première Ligne (Skalpel, E.One et Akye), Siné, Raphaël Confiant, Judith Butler, Rokhaya Diallo, Pascal Blanchard, Eric Fassin, Laurent Levy, Pierre Tevanian, Christine Delphy, Elie Domota, Olivier Besancenot, Houria Bouteldja, Eva Joly, Noel Mamère, Sergio Cornado, Hervé Poly, Xavier Mathieu, Clémentine Autain, Malsa Garcin...

 

Vous êtes sûrs, qu'on est tous Charlie ???

Moi, la mémé, y'a quand même des trucs qui m'échappent...

Faudra peut-être un jour qu'ils me rééduquent.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.