Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

8 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2011

L'entremet Francorusse d'Olga

Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Les billets des clubbistes de Mediapart incitent à la sérendipité (créativité accidentelle ou l'exploitation créative de l'imprévu). Non seulement, à cause des liens qu'ils comportent souvent, mais aussi parce si l'on a un soupçon d'esprit critique, on va chercher d'autres sources, pour vérifier le bien fondé de certaines assertions.

Ce matin, ce sont plusieurs commentaires de Marie-Caroline Porteu qui ont retenu mon attention (J'aime bien MC Porteu) : ... Quel est l'un des rares pays qui a inversé cette tendance dans les 10 dernières années ??? Il y en a un !!!! Il se nomme l'Argentine .. Et vous savez aussi bien que moi comment il a réussi ce tour de force : En refusant la dictature des marchés financiers et du FMI et en les envoyant aux pelotes... C'était là : http://www.mediapart.fr/journal/economie/231111/sarkozy-preside-au-retour-des-annees-fric.

Bon OK pour l'Argentine, (mais est-ce le seul pays ?) allons voir (revoir) comment les argentins ont fait, pour ne pas rembourser la dette, dont ils ne s'estimaient pas responsables. Quelles en sont les conséquences et surtout la recette est-elle applicable aux pays européens (dont nous, la France) ? Déjà là, ce n'est pas si simple... Les argentins n'ont pas dit qu'ils ne rembourseraient pas. Ils ont étalé les remboursements à leur sauce. Et ils font fortune grâce à leur cochonnerie de soja transgénique.

Les islandais aussi, mais là, malgré des recherches ardues, pas de renseignements précis, à part les articles de Mediapart. Trop neuf peut-être ? Déficience de traductions ?

Bref, j'en étais là, de savoir exactement, quels pays avaient refusé de rembourser leurs dette à leurs créanciers ? Et surtout les conséquences... Quand j'ai lu ce billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/nunavuk-anuri/241111/refusons-de-participer-au-remboursement-de-leurs-dettes

La question est bien là ! Nous sommes quand même nombreux à nous dire, que le discours ambiant de serrage de ceinture obligatoire pour rembourser une dette que nous n'avons pas réalisé, à des rentiers, ça commence à bien faire !

Puis j'ai lu celui-là : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-luce-morlie/241111/la-domination-qui-vient (sur le bordel russe), puis celui là : http://blogs.mediapart.fr/blog/jeanphilippe-condamy/241111/synarchie-resurgence-permanence-0

En allant chercher des renseignements sur le "rapport Chavin" trouvé à cause de la "synarchie" (mot intrigant, jusqu'à aujourd'hui j'en ignorais l'existence...) je suis tombée sur les années 1930, la lutte contre le front populaire, la cagoule, de vieux accords bancaires américains qui sentent le "complot" et je ne sais plus trop comment, c'est là que cette foutue sérendipité m'a amené à repenser à un dessert de mon enfance. Dingue, non ? Mais vous allez voir, ce n'est pas fini... (là on se croirait chez JM Plouchard... J'aime bien JM Plouchard) La sérendipité revient, tel un boomerang sur son point de départ...

Donc j'ai repensé aux flans Francorusse de mon enfance, d'où l'illustration ! Pourquoi ? Je n'en sais foutrement rien ! Plus exactement je me suis posée la question de savoir pourquoi en pleine guerre froide (les années 60) il existait une marque de dessert instantané (géléifiant à souhait) qui s'appelait Francorusse ? N'y voyez aucune allusion à "Flamby", là n'est pas mon propos. Vous ne m'entrainerez pas dans cette sérendipité là ! Cette histoire sucrée m'a entrainé sur une fausse piste, une superbe histoire de bonbons, là : http://www.prodimarques.com/sagas_marques/la_pie_qui_chante/la_pie_qui_chante.php

pour me ramener là, la vraie piste ! : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_franco-russe

qui ne date pas d'hier : L'alliance franco-russe était d'abord un accord de coopération militaire signé entre la France et l'Empire russe qui fut en vigueur de 1892 à 1917. Cet accord stipulait que les deux pays devaient se soutenir mutuellement s’ils étaient attaqués par un des pays de la Triple Alliance (dite aussi Triplice) l'Empire allemand, l'Autriche-Hongrie et le Royaume d'Italie. Au sens large il s'agissait d'une coopération militaire, économique et financière entre les deux puissances.

Ce qui m'a ramené à mon second prénom (après Annie) qui est Olga (d'où le titre de mon billet). Eh oui ! ce prénom me vient de ma grand-mère paternelle, elle même prénommée Olga, dont la famille maternelle avait émmigré de Russie au IXXeme siècle, ce dont j'ignore tout.

Ne serait-ce pas dans cette alliance Francorusse ?

Puis j'ai repensé à mon grand-père maternel, breton, communiste pur et dur, qui avait un plein coffre d'emprunts russes dans son grenier. Dont j'ignore aussi la provenance. C'est là que je suis arrivée à ces fameux emprunts russes, jamais remboursés ni par la Russie stariste, ni par l'URSS qui a purement et simplement annulé sa dette et surtout c'est là que le boomerang atteint son but :

Les russes sont les premiers à avoir dit : Niet !!!

Bon, là on retrouve Sarkozy qui récupère 400millions de Poutine (où sont-ils passé ?) sur ces fichus emprunts russes et les nouveaux riches russes qui récupèrent une église de russes blancs à Nice, mais là, on disgresse...

http://www.liberation.fr/societe/0101342436-un-emprunt-russe-flou-flou-flou

Quand à la vidéo de Poutine (si elle veut bien fonctionner) la traduction aproximative n'est pas piquée des hannetons...

http://www.youtube.com/watch?v=vPyvZWDreVY

Sur ce, je vous quitte, j'ai une lessive à étendre, maintenant que la pluie (5 semaines !) est finie et des fiches à finir d'écrire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette