Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

200 Billets

8 Éditions

Billet de blog 24 nov. 2011

L'entremet Francorusse d'Olga

Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Les billets des clubbistes de Mediapart incitent à la sérendipité (créativité accidentelle ou l'exploitation créative de l'imprévu). Non seulement, à cause des liens qu'ils comportent souvent, mais aussi parce si l'on a un soupçon d'esprit critique, on va chercher d'autres sources, pour vérifier le bien fondé de certaines assertions.

Ce matin, ce sont plusieurs commentaires de Marie-Caroline Porteu qui ont retenu mon attention (J'aime bien MC Porteu) : ... Quel est l'un des rares pays qui a inversé cette tendance dans les 10 dernières années ??? Il y en a un !!!! Il se nomme l'Argentine .. Et vous savez aussi bien que moi comment il a réussi ce tour de force : En refusant la dictature des marchés financiers et du FMI et en les envoyant aux pelotes... C'était là : http://www.mediapart.fr/journal/economie/231111/sarkozy-preside-au-retour-des-annees-fric.

Bon OK pour l'Argentine, (mais est-ce le seul pays ?) allons voir (revoir) comment les argentins ont fait, pour ne pas rembourser la dette, dont ils ne s'estimaient pas responsables. Quelles en sont les conséquences et surtout la recette est-elle applicable aux pays européens (dont nous, la France) ? Déjà là, ce n'est pas si simple... Les argentins n'ont pas dit qu'ils ne rembourseraient pas. Ils ont étalé les remboursements à leur sauce. Et ils font fortune grâce à leur cochonnerie de soja transgénique.

Les islandais aussi, mais là, malgré des recherches ardues, pas de renseignements précis, à part les articles de Mediapart. Trop neuf peut-être ? Déficience de traductions ?

Bref, j'en étais là, de savoir exactement, quels pays avaient refusé de rembourser leurs dette à leurs créanciers ? Et surtout les conséquences... Quand j'ai lu ce billet : http://blogs.mediapart.fr/blog/nunavuk-anuri/241111/refusons-de-participer-au-remboursement-de-leurs-dettes

La question est bien là ! Nous sommes quand même nombreux à nous dire, que le discours ambiant de serrage de ceinture obligatoire pour rembourser une dette que nous n'avons pas réalisé, à des rentiers, ça commence à bien faire !

Puis j'ai lu celui-là : http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-luce-morlie/241111/la-domination-qui-vient (sur le bordel russe), puis celui là : http://blogs.mediapart.fr/blog/jeanphilippe-condamy/241111/synarchie-resurgence-permanence-0

En allant chercher des renseignements sur le "rapport Chavin" trouvé à cause de la "synarchie" (mot intrigant, jusqu'à aujourd'hui j'en ignorais l'existence...) je suis tombée sur les années 1930, la lutte contre le front populaire, la cagoule, de vieux accords bancaires américains qui sentent le "complot" et je ne sais plus trop comment, c'est là que cette foutue sérendipité m'a amené à repenser à un dessert de mon enfance. Dingue, non ? Mais vous allez voir, ce n'est pas fini... (là on se croirait chez JM Plouchard... J'aime bien JM Plouchard) La sérendipité revient, tel un boomerang sur son point de départ...

Donc j'ai repensé aux flans Francorusse de mon enfance, d'où l'illustration ! Pourquoi ? Je n'en sais foutrement rien ! Plus exactement je me suis posée la question de savoir pourquoi en pleine guerre froide (les années 60) il existait une marque de dessert instantané (géléifiant à souhait) qui s'appelait Francorusse ? N'y voyez aucune allusion à "Flamby", là n'est pas mon propos. Vous ne m'entrainerez pas dans cette sérendipité là ! Cette histoire sucrée m'a entrainé sur une fausse piste, une superbe histoire de bonbons, là : http://www.prodimarques.com/sagas_marques/la_pie_qui_chante/la_pie_qui_chante.php

pour me ramener là, la vraie piste ! : http://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_franco-russe

qui ne date pas d'hier : L'alliance franco-russe était d'abord un accord de coopération militaire signé entre la France et l'Empire russe qui fut en vigueur de 1892 à 1917. Cet accord stipulait que les deux pays devaient se soutenir mutuellement s’ils étaient attaqués par un des pays de la Triple Alliance (dite aussi Triplice) l'Empire allemand, l'Autriche-Hongrie et le Royaume d'Italie. Au sens large il s'agissait d'une coopération militaire, économique et financière entre les deux puissances.

Ce qui m'a ramené à mon second prénom (après Annie) qui est Olga (d'où le titre de mon billet). Eh oui ! ce prénom me vient de ma grand-mère paternelle, elle même prénommée Olga, dont la famille maternelle avait émmigré de Russie au IXXeme siècle, ce dont j'ignore tout.

Ne serait-ce pas dans cette alliance Francorusse ?

Puis j'ai repensé à mon grand-père maternel, breton, communiste pur et dur, qui avait un plein coffre d'emprunts russes dans son grenier. Dont j'ignore aussi la provenance. C'est là que je suis arrivée à ces fameux emprunts russes, jamais remboursés ni par la Russie stariste, ni par l'URSS qui a purement et simplement annulé sa dette et surtout c'est là que le boomerang atteint son but :

Les russes sont les premiers à avoir dit : Niet !!!

Bon, là on retrouve Sarkozy qui récupère 400millions de Poutine (où sont-ils passé ?) sur ces fichus emprunts russes et les nouveaux riches russes qui récupèrent une église de russes blancs à Nice, mais là, on disgresse...

http://www.liberation.fr/societe/0101342436-un-emprunt-russe-flou-flou-flou

Quand à la vidéo de Poutine (si elle veut bien fonctionner) la traduction aproximative n'est pas piquée des hannetons...

http://www.youtube.com/watch?v=vPyvZWDreVY

Sur ce, je vous quitte, j'ai une lessive à étendre, maintenant que la pluie (5 semaines !) est finie et des fiches à finir d'écrire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali