Billet en complément de celui d’Annie Stasse sur « grandes fortunes et faim dans le monde » et avec l’aide des références fournies par Marc Tertre. Merci à tous les deux.

Le milliardaire Bill Gates a créé en 1994 avec sa femme Melinda, une fondation pour l’aide au développement. Après s’être enrichi comme un voyou avec son quasi- monopole d’exploitation Windows, il se targuerait d’être aujourd’hui un philanthrope. Il suffit de se pencher sur les activités et le fonctionnement de cette fondation pour montrer que business is business passe avant la générosité.Tout d’abord, seuls les intérêts et les dividendes sont dépensés pour financer les actions de la fondation, mais le capital, de l’ordre de dizaines de milliards de dollars, est investi dans des entreprises rentables et pas forcément éthiques, comme l’industrie de l’armement, la finance, le pétrole et …. Monsanto !!!

Monsanto et la fondation Gates sont devenus partenaires en Afrique. Que font-ils en Afrique ? Ils y distribuent des OGM ( légumes qui fixent l’azote dans le sol, variétés à rendement accru de millet et de sorgho, patates douces enrichies en vitamine A…), au Kenya notamment. C’est également le cas en Asie.La fondation Gates détient pour 1,5 milliard de dollars d’actions de laboratoires pharmaceutiques qui interdisent, avec leurs brevets,  l’accès des pays pauvres à des molécules essentielles, cherchez l’erreur !

Cette fondation exerce aujourd’hui une influence considérable sur les politiques mondiales de développement, notamment agricoles. Mais qui a prétendu que Bill Gates était un expert en la matière, et qui plus est, un expert désintéressé ? Personne, à part lui –même. Mais c’est un fait, Bill Gates est invité au forum mondial de Davos en 2012, en tant qu’expert de la lutte contre la faim dans le monde. En quoi est-il expert exactement ? En VRP de Monsanto, pourrait-on dire. Comme si Monsanto, qui est déjà le premier semencier de la planète, en avait besoin. Les projets de la fondation poussent les paysans à utiliser les semences et autres produits agrochimiques ( OGM) de Monsanto. Et ce, malgré les doutes croissants et les preuves sur les dangers écologiques, économiques et physiques dans la production et la consommation des récoltes et des produits OGM. Et d’ailleurs la fondation Gates possède pour 23 millions de dollars ( en 2010 ) d’actions de Monsanto.

La fondation Bill et Melinda Gates est de toute façon gérée comme une grande entreprise. Elle a des objectifs à atteindre. Mais les méthodes de l’entreprise ne conviennent pas forcément pour l’aide au développement, il y a des dimensions humaines, sociales et politiques en jeu. Est-ce à Bill Gates de décider quelles doivent être les priorités dans l’aide au développement ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Histoire de Monsanto, « La société la plus maléfique au monde... » (Partie 1/2)

 

De toutes les méga-sociétés folles furieuses, Monsanto a largement surpassé ses rivales, remportant le titre glorieux de la "[I]société la plus maléfique sur Terre[/I]" ! Non contente de siéger simplement sur son trône de mort au sommet d'une montagne de cadavres, elle continue de mettre au point de nouveaux moyens scientifiquement innovateurs pour nuire à la planète et à ses habitants…

 

http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/10507-histoire-de-monsanto-la-societe-la-plus-malefique-au-monde-partie

 

Histoire de Monsanto, « La société la plus maléfique au monde... » (Partie 2/2)

 

Années 90 : Monsanto dépense des millions pour mettre en échec la législation nationale et fédérale qui refuse à la société du Mal de continuer à déverser de la dioxine, des pesticides et autres poisons cancérigènes dans les réseaux d'approvisionnement en eau potable. Quoi qu'il en soit, ils vont au tribunal d'innombrables fois pour avoir rendu malades des ouvriers d'usine, les habitants des zones environnantes et entraîné des malformations congénitales chez les bébés…

http://www.crashdebug.fr/index.php/dossiers/10524-histoire-de-monsanto-la-societe-la-plus-malefique-au-monde-partie-2-2