L'Arabie saoudite , un fléau pour les droits de l'homme

Et surtout ceux des femmes...

J'ai vu récemment le film Much loved de Nabil Ayouche, un film très édifiant sur l'hypocrisie qui règne au Maroc concernant la prostitution féminine. Et qui voit-on dans ce film ? De très riches clients saoudiens, aussi prompts à verser de l'argent dans le décolleté des femmes qu'à les tabasser si par malheur elles disent ou font quelque chose qui aura déplu. 

Je vois aussi dans le flux ininterrompu d'informations dont on nous abreuve tous les jours, un titre qui me laisse sans voix :"En Arabie saoudite, une domestique indienne se fait couper la main en tentant de fuir"( source : Le Monde ). Elle voulait fuir les mauvais traitements dont elle était l'objet et son employeur lui a coupé la main. Ce n'est évidemment pas la première fois, ni la dernière que les brutalités saoudiennes envers les personnels de maison, peu ou pas payés, battus, maltraités, insuffisamment nourris sont rapportées dans la presse ou dénoncées par Amnesty International.

Et on a nommé l'Arabie saoudite à la tête du groupe consultatif des droits de l'homme des Nations unies? Mais dans quel monde vit-on ? Cela fait longtemps que l'ONU est sous le feu des critiques mais là, on peut dire que c'est une  perte totale de crédibilité. 

On pourrait rappeler aussi le cas du blogueur et militant Raif Badawi, en prison depuis 2012 ( pour 10 ans ) et condamné à mille coups de fouet.  Et celui du jeune opposant chiite Ali Mohammed Al-Nimr, accusé d’avoir participé en 2012 à une manifestation contre le régime dans la région majoritairement chiite de Qatif, lorsqu’il était âgé de 17 ans. Il doit être décapité puis crucifié en place publique. 

Que font l'Europe, la France, les Etats-Unis contre cette tyrannie obscurantiste qu'est l'Arabie saoudite ? RIEN, absolument rien parce que le pétrole, les enjeux diplomatiques, etc... A vomir...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.