ANNIE THEBAUD MONY
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mars 2021

Justice pour les victimes des industriels de l’amiante

L’association Henri Pézerat, Ban Asbestos France et l’ensemble des collectifs, syndicaux et citoyens, qui la composent, interpellent aujourd’hui Eric Dupont Moretti, sur un déni de justice généralisé concernant les victimes des industriels de l’amiante et d’autres crimes industriels. Que compte-t-il faire ?

ANNIE THEBAUD MONY
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Justice pour les victimes des industriels de l’amiante

Communiqué de l'association Henri Pézerat et de Ban Asbestos France

Dans l’émission de France 5 du 16 févier 2021 « Amiante : un espoir de justice », Eric Dupont-Moretti, en qualité d’avocat, s’est exprimé en ces termes sur le dossier pénal de l’amiante : « L’amiante : une affaire que la justice n’a pas su ou pas voulu voir. » Dans la mesure où, aujourd’hui, Eric Dupont-Moretti est  ministre de la justice, beaucoup de victimes s’interrogent. Face à la longue histoire de toutes les plaintes pénales - singulièrement celle d’AMISOL, celles d’ETERNIT et bien d’autres – qui se sont enkystées au pôle santé publique de la cour d’appel de Paris depuis 25 ans, la justice va-t-elle enfin être rendue et les industriels coupables déférés devant un tribunal ?

Depuis les luttes des années 1975-1977 (voir Danger Amiante, la Découverte, 1977, https://www.editionsladecouverte.fr/danger_amiante_-9782707109569), l’affaire de l’amiante a contribué à faire changer d’époque en matière de santé des travailleurs. Ces luttes syndicales et citoyennes des années 1970, reprises et amplifiées à partir de 1994, ont conquis l’interdiction de la fibre poison, de son commerce et de son utilisation. C’est l’acte de prévention par excellence. Ces luttes se sont inscrites dans une réflexion plus large sur la santé, le travail, l’environnement, et l’usage de poisons à effet différé qui tueront des décennies plus tard mais qui, à court terme, rapportent des fortunes. Ces luttes ont conduit aux arrêts solennels de la Cour de Cassation du 28 février 2002, re-définissant la faute inexcusable de l’employeur et l’obligation de sécurité de résultat, fondement de la prévention en milieu de travail.

Les victimes de l’amiante, mais pas seulement, se battent depuis des décennies pour que la justice passe, pour que les crimes industriels soient justement qualifiés et jugés. C’est une des conditions pour que la reconnaissance de ces crimes conduise enfin à l’action pour la prévention. Si des murs ont été érigés entre la justice et les victimes, ce sont toujours des décisions politiques ou l’absence de décision, fruit de l’indifférence mais tout aussi politique, et une certaine vision du monde, qui autorisent l’impunité des industriels et des employeurs. Il est tellement admis dans les cercles du pouvoir que les victimes ouvrières sont d’abord suspectes.

L’association Henri Pézerat et l’ensemble des collectifs, syndicaux et citoyens, qui la composent, en lutte pour la santé en rapport avec le travail et l’environnement, interpellent aujourd’hui Eric Dupont Moretti, sur un déni de justice généralisé concernant les victimes des industriels de l’amiante et d’autres crimes industriels. Que compte-t-il faire ?

Contacts :

Josette Roudaire (Amisol, Caper Clermont-Ferrand) : 04 73 87 92 48

Jean-Marie Birbès (Eternit, ADDEVA 81) : 06 06 47 01 16

Gérard et Nicole Voide (Collectif des riverains du CMMP d’Aulnay-sous-Bois) : 06 68 30 56 99

Francis Judas (Collectif des amiantés du Tripode) : 06 80 73 40 33

Virginie Dupeyroux (Ban Asbestos France) : 06 88 87 33 43

Annie Thébaud-Mony (Association Henri Pézerat) :06 76 41 83 46

Association Henri Pézerat : https://www.asso-henri-pezerat.org ; assohp@gmail.com

Ban Asbestos France : http://www.ban-asbestos-france.com ; banasbestosfrance@gmail.com 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose