Urgence pour la Grèce, Troïka hors la loi!

APPEL URGENT POUR LA GRECE, CONTRE LA TROIKA !

 A la demande du président du Parlement grec, une commission internationale vient d'être créée pour un audit de la dette grecque, afin de définir la nature, légitime, illégitime, illégale ou odieuse de la dette grecque. Cela est une bonne chose, mais prendra certainement plusieurs semaines ou mois avant que les conclusions ne soient rendues publiques. Et après les conclusions de cette commission, celle-ci n'aura pas pouvoir de décision, ce sera au gouvernement grec de décider....de quelles mesures ? Il sera toujours face à la Troïka (ou ex- Troïka) qui, même si une partie de la dette grecque est reconnue illégitime, maintiendra ses mêmes revendications. Comment faire plier le plus rapidement possible la Troïka pour qu’elle abandonne sa logique dévastatrice ?

Car en attendant, le peuple grec souffre, meurt, il est privé des droits fondamentaux pourtant en principe garantis par la Charte des Nations Unies. La « Troïka », institution auto-proclamée constituée de la BCE, du FMI, et de la Commission Européenne, oblige, au mépris des lois internationales, le gouvernement grec démocratiquement élu à renier ses engagements vis à vis de son peuple, qui sont en priorité, d'après les Constitutions, de garantir les droits essentiels de ses citoyens, droit aux moyens de subsistance, droit à la santé, droit aux services publics, qui ne sont absolument plus garantis puisque les prêts accordés aux Grecs sont destinés essentiellement au remboursement de la dette, et puisque  la Troïka, en échange de ces prêts, exige du gouvernement grec d'obéir aux injonctions de privatisations massives et de mesures antisociales de plus en plus drastiques, ce qui aboutit à une désagrégation totale de la société grecque et à une perte d’identité de la nation grecque.

Ne laissons plus agir la « Troïka » contre la Grèce et son peuple !

Nous, citoyens européens, citoyens du monde, nous élevons contre de telles institutions  illégitimes, non démocratiques qui imposent leur diktat et visent à détruire la cohésion d'un pays, mettre à genoux ses citoyens et leurs gouvernants, afin que ce pays soit livré au marché financier néolibéral et ceci sans aucune préoccupation humanitaire.

Au nom des Droits de l'Homme et du Citoyen, nous estimons illégitimes et coupables ces « Institutions » qui ne respectent pas les Traités Internationaux (obligation prioritaire des gouvernements de protéger leurs citoyens) et qui imposent délibérément contre un peuple des politiques destructrices qui entrent dans la définition de « Crimes contre l'Humanité ».

Nous faisons appel au Droit International, nous demandons que ces « Institutions » n’aient plus le droit d’imposer leur « diktat », qu’elles soient jugées par les Institutions juridiques internationales compétentes, rendent compte de leurs crimes, soient soumises aux peines correspondantes à leurs fautes et dédommagent leurs victimes.

Il y a urgence, chaque jour qui passe sert à acculer le gouvernement grec à prendre des décisions contraire à sa volonté et à ses obligations vis à vis de ses citoyens.

Il y a urgence, chaque jour qui passe laisse mourir des citoyens grecs faute de nourriture, de soins ou d’espoir.

Il y a urgence à faire appel au Droit International afin de faire cesser de telles exactions menées volontairement contre un peuple de façon illégale ! 

 

L'Europe peut être sauvée du diktat des financiers et des spéculateurs, redevenir une Europe réellement démocratique, sociale, juste, solidaire et garante du respect des droits fondamentaux de tous ses citoyens. Elle doit aussi être un modèle exemplaire pour le reste du monde.

AF

Ref: «  Le droit pour gagner la bataille politique et sociale. » « L'Etat peut-il être condamné pour austérité ? » Par Roland Weyl, vice-président de l'Association Internationale des Juristes Démocrates. Tribune libre, l'Humanité, 15/11/2014

Ref: " Faire condamner la troïka pour la tragédie grecque" Billet Médiapart de Yves Faucoup, 03/03/2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.