Catastrophe à Brest

La très fameuse Columbia University est catégorique ! « Il est fort probable qu'à cet endroit, les inondations gagneront en intensité et les tempêtes causeront d’importants dégâts. »

----------

Ajout 23/05/18 : pour prendre connaissance de ce qu'est la météo/climat, voir :

http://nature.anegeo.org/meteo/

Pour la relation amoureuse Science-Po - Columbia - Climat , on ne peut pas omettre Laurence Tubiana, prof. à Sciences-Po, qui "par hasard" a passé un an à la Columbia comme visiting professor avant la COP21 :

http://thefrenchnuclearway.anegeo.org/GIECqueries/docsGiec/Eco_imperatrice.pdf

----------

Heureusement que Médiapart nous apporte avant qu'il ne soit définitivement trop tard ce travail époustouflant des élèves journalistes de la brillante Columbia University de New York, celle où le non moins fameux James Hansen a enseigné le « climat » et où madame COP21 Laurence Tubiana était visiting professeur juste avant cette COP justement, en 2014 :

https://www.mediapart.fr/journal/international/280717/comment-l-elevation-du-niveau-de-la-mer-bouleverse-la-carte-du-monde

et Médiapart nous en colle un ou deux articles tout autant terrifiants par jour de cette série « Quand les mers montent » pour notre abonnement.

Voilà, on prend une de leurs stations au hasard,

il s'agit de transformer un petit minou qui cherche des caresses, les données du marégraphe de Brest, les plus anciennes de France (ici, faut attendre un peu que le graphe se dessine, et , même remarque) :

niveau-mer-brest-comme-j-daly-lemet

(ça commence vers 4050 mm, ça se termine vers 4250 mm, soit 20 cm en ~ 180 ans (1830-2016) soit, allez 1,2 mm par an, c'est à dire proche de la moyenne depuis des milliers d'années)

de le transformer donc... en un tigre terrifiant avec des crocs immm...enses, graphique qui révèle incontestablement le chaos carbono-climato-GIECtique dans lequel on est, par les élèves journalistes de la Columbia University sous bonne garde de leurs enseignant-e-s expert-e-s en journalisme, autres mécènes et les yeux attendris de Médiapart. Regardez ces mêmes données maintenant effrayantes !

 © Columbia University © Columbia University

→ tirez beaucoup sur l'axe des ordonnées, compressez bien l'axe des abscisse, supprimez les variations d'amplitudes (simplifiez un peu en sautant quelques points emmerdants, faites des petits "arrangements" là où il n'y a pas de données, tirez un peu le trait de crayon ici et là ) et vous être bon-ne-s pour la grande médaille du GiEC (et plus intéressant peut-être, une petite aide sonnante et trébuchante de la ClimateWork Foundation au USA, et en plus une de la European Climate foundation en Europe, les deux fonctionnent souvent de pair). C'EST BIEN, VOUS SEREZ DE BON-NE-S JOURNALISTES, c'est comme ça qu'on arrive à faire avaler des taxes nouvelles "contribution climat énergie" sans que personne ne moufte, et croyez moi vos journaux employeurs en tireront quelques soutiens utiles en haut lieu. Note du/de la prof de la Columbia University pour cette courbe magnifique : 18/20.

Et les commentaires sous les graphes je vous en cause pas ma petite dame..., Daech c'est de la guimauve à coté... (c'est le résumé en tête de ce billet qui était sous la "courbe-Columbia"). Note du/de la prof. de la Columbia University pour les commentaires tout à fait adaptés et raisonnables mis sous le graphique : 19/20.

A propos avant de vous quitter, voilà les données récentes :

sea-level-brest-1998-2013

J'ai aussi commenté d'autres de ces billets Columbia University-Laurence Tubiana-Médiapart : ici (avec photo d'un bel ordi du GIEC) et

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.