Covid-19, la situation dans le secteur routier. Entretien avec un conducteur

J’ai échangé avec Louis, conducteur SPL. Il m'a exposé la situation dans le secteur du transport: moins de travailleur.se.s mais autant voire plus de marchandises. La livraison est mobilisée dans tous les domaines encore actifs: BTP, commandes internet, alimentaire, hospitalier.. Louis témoigne pour faire prendre conscience du nombre de personnes réquisitionné et des risques que cela comporte.

Tu bosses dans le transport de marchandises, quel est ton travail exactement ?

Je suis conducteur SPL, c’est-à-dire chauffeur routier super lourd. Actuellement je fais une liaison postale entre une plateforme colis et un centre de préparation et de distribution du courrier. Je prends le semi déjà rempli de chariots et de colis que j'emmène au petit centre de tri de poste et ensuite c’est les facteur.rice.s qui acheminent. Je fais une tournée courte le matin qui est répétée quatre fois dans la journée.

Du coup tes horaires de travail n’ont pas changé ?

Dans mon entreprise on fait pas mal de missions différentes. Sur la cinquantaine d’employés et de chauffeurs on est plus qu’une dizaine à bosser pour les quelques clients qui fonctionnent encore. On livre pour La Poste, le journal local Sud Ouest et quelques livraisons express pour des entreprises qui bossent dans l’alimentaire. En ce moment je me lève à deux heures et j’ai deux heures de trajet pour travailler à peine trois heures. 

Mais ça dépend pour qui, à La Poste par exemple ils ont justement encore plus de travail. Hier j’aurais du prendre une photo au centre de tri, ils avaient un énorme stock de colis! J’ai une amie guichetière à la poste qui me dit que c’est la folie parce que les gens continuent à expédier des trucs et réclamer des colis. Mais par contre en termes de livreurs, par exemple elle sur le bureau où elle est, il y en a moins d’une dizaine sur les soixante de normalement. Donc ça fait que les gens doivent bosser énormément. Ceux qui font de l’alimentaire se font des tournées parfois extrêmement longues aussi. Apparemment suite à un appel du gouvernement les centres de poste ont été fermés partiellement. L’idée est bonne, mais il faudrait plutôt les bloquer tous les jours, peu importe que ces colis arrivent dans un mois, il n'y a rien de périssable dedans ni de franchement vital

Tu parlais de quelqu’un qui bosse dans l’alimentaire. Est-ce-qu’ils ont plus de choses à livrer en ce moment aussi? 

Oui, je connais quelqu’un qui travaille sur la plateforme Carrefour, il disait que y’a des files d’attente pas possible, il faut parfois attendre deux heures pour avoir un quai… En même temps, un autre mec qui travaille là-bas disait qu’il avait son semi plein uniquement de PQ.

Il y a énormément de chauffeur.se.s qui ont fait des stories pour montrer à quel point leurs semis sont pleins. Tous les jours c’est plein, il manque de rien! J’ai un pote qui bosse sur les quais et il est pas serein parce qu’il bosse comme si de rien n’était, y’a pas de mesure d’hygiène qui sont prises donc il trimballe les trucs que d’autres personnes ont touchées, et puis c’est des allers retours permanents entre les livreurs qui partent, qui reviennent à quai... Tout ce transport c’est le meilleur moyen de propager le virus. 

Est-ce-que vous avez des précautions qui sont prises au vu de la situation actuelle dans ton travail?  On voit partout qu’il n’y a pas assez de masques, de produits, c’est comment pour vous ?

En termes de mesures d’hygiène au boulot j’en vois pas des masses. Oui, devant les centres de tri de départ ils ont tracé un rond à la craie avec marqué “Un mètre” devant la porte, et ils l’ouvrent à coups de pied. Si on veut rentrer à deux on se fait remballer et on nous dit “dehors”. Puis les employé.e.s de la station de colis nous jettent les clés avant de partir, mais bon, ils ont bien touché les parois métalliques de nos chariots en les remplissant. On ne nous a donné ni gants ni masques, moi en guise de masque j’ai un truc en tissu sur la tronche.  

Après moi je bosse en deporté c’est-à-dire que j’ai le camion et la remorque stationnés au niveau de la plateforme colis et que je ne pars pas du dépôt de ma boite. Mais ma tournée de poste elle est le matin, et il y en a trois autres après. Donc on est deux à utiliser le même camion, alors on est obligé de le désinfecter à chaque chauffeur.

Photo prise par Louis, devant le centre de tri Photo prise par Louis, devant le centre de tri

Mais ces précautions là, c’est vous avez pris l’initiative de les prendre ?

A la base oui, puis on a quand même essayé de négocier avec la direction puisque tous nos semis tournent généralement pour Décathlon et que c’est le premier truc qui a été arrêté alors les semis c’est pas ce qui manque. Donc on a essayé de négocier que, le temps de cette crise sanitaire, on ait chacun le sien, ce serait plus safe, mais on nous dit “non, tant que vous désinfectez ça passe”. Alors on continue comme ça...

C’est quoi les marchandises que tu vois le plus passer ?

Tiens, la dernière fois j’ai justement poussé un coup de gueule sur Facebook parce que dans les chariots j'apercevais des télés, des aspirateurs, enfin que des trucs qui me semblent inutiles à l’heure actuelle. Même si c’est des cartons de bouquins c’est pas nécessaire, il faut privilégier les ebooks par exemple plutôt que faire transiter des trucs qui sont pas essentiels. 

Il y a deux semaines je faisais une tournée de courrier entre Bordeaux et Bergerac et à côté du centre courrier de la poste de Bordeaux, il y a la base logistique de Cdiscount. Et en passant devant, mais c’était du jamais vu, ça tournait à balle! Il y avait des files de camions pas possibles et je me demande ce qu’il peut bien y avoir d’essentiel là dedans? Et ce, alors qu’en même temps on nous dit “restez confinés”. J’ai plein de potes qui bossent en frigorifique pour de l’alimentaire donc ça fatalement oui c’est nécessaire, surtout vu les razzias qu’il y’a eu dans les magasins. Mais ce qu’on voit passer chez Amazon, Cdiscount et compagnie... je trouve ça alarmant qu’on ait pas gelé ce type de transports là parce que c’est vraiment pas essentiel. Que les gens s’emmerdent chez eux, oui évidemment, mais on peut toujours trouver de quoi faire sans forcément avoir besoin d’acheter. Il faut penser que ça véhicule aussi le virus de commander sur internet. Parce qu’en termes de protection j’ai un pote qui bosse chez Cdiscount et là-bas ils disent “Chez nous on a pris des grosses mesures d’hygiènes, chez nous on bosse avec des gants, avec des masques, et les machines sont désinfectées” tout ça... Oui, chez eux peut être, mais tous les camions qui vont servir à faire les liaisons et les livraisons ils sont pas forcément désinfectés dedans eux. 

On se rend pas compte du nombre de personnes que ça implique un seul colis, c’est toute une chaîne humaine que ça nécessite. Ca va être un.e. préparateur.rice de commandes, un.e cariste, des responsables qualité, des conducteur.rice.s routiers, des agents de tri sur les plateformes... Enfin ça oblige un nombre considérable de gens à devoir sortir alors qu’on ne devrait pas!

En ce moment je livre des machines outils comme des nacelles et des chariots élévateurs, et même si l’activité est réduite, j’en vois encore beaucoup circuler alors que techniquement sur les chantiers il était censé n’y avoir personne. Et pareil, pour le BTP ça nécessite du transport de matières premières comme le béton, les câbles électriques…

Extrait d'un témoignage passé aux infos le 19 mars 2020 sur F2 Extrait d'un témoignage passé aux infos le 19 mars 2020 sur F2

Est-ce-que la situation actuelle n’est pas un peu révélatrice de l’invisibilisation des métiers de la livraison ? Je pense notamment à la livraison sur internet dans la période actuelle, alors que l’on doit rester chez soi et réduire ses achats au strict nécessaire on voit beaucoup de personnes qui commandent sur internet, comme si cela n'impliquait pas que des êtres humains travaillent pour acheminer leurs produits.

Ouais, il y a énormément de personnes qui ne se rendent pas compte puisqu’elles achètent un produit, et puis il arrive en quelques jours. Sauf qu’il a fallu combien de personnes, même juste en terme de transports? En général, le colis il ne part pas juste de l’expéditeur pour arriver chez le destinataire. Sur les livraisons comme ça, type messagerie, c’est un camion qui va chez l’expéditeur, pour le ramener sur une base, ensuite c’est un deuxième camion qui l'emmène dans la ville où il doit être livré, puis ensuite encore un autre camion qui va soit livrer directement soit amener la marchandise à un autre petit transporteur qui lui a un secteur bien défini. Donc ça va être 4, 5 camions pour un colis. Et là, je ne compte que la livraison, pas toutes les démarches dans les centres de tri par exemple.

Ce qu’on voit pas non plus c’est qu’il y a tout un impact psychologique sur les conducteur.rice.s. Le boulot déjà à la base il est stressant, même si généralement on fait tous ce métier par passion. Quand parfois on se bouffe des heures et des heures de route, selon les conditions ça passe, mais dans la situation actuelle, on se dit “y'a une épidémie, je dois sortir, pour faire un truc pas franchement utile, donc je mets ma santé en danger et celle des autres pour ça”. Ca peut causer un nombre important de troubles, agressivité, insomnie etc. Moi de base je suis insomniaque et hyperactif. Ça fait presque un mois que je suis à nouveau sous traitement. Et même avec ça je me tape des nuits sans dormir, ou maximum 3h. Après ça j'ai un 44t à mettre sur la route. Dans la situation actuelle, il va y avoir des accidents. Moi je suis quelqu'un de très calme, conciliant et de base non-violent. Mais comme tout le monde j'ai une limite. Et ça va mal finir tout ça. Très très mal finir. D’autant plus si tu prends en compte les conditions de travail puisqu’en temps normal, les routiers font bien plus que 8h par jour. Moi pour le coup j’ai la chance d’avoir une tournée courte alors je peux rentrer vite chez moi mais même comme ça on est pas super bien reçu.e.s selon là où on arrive…

Comment ça pas bien reçu.e.s ?

A la plateforme colis on est traité.e.s comme des pestiféré.e.s, moi je suis pas un grand routier, je rentre chez moi tous les jours mais les grands routiers ceux qui découchent et qui dorment sur la route il faut penser que les aires sont fermées en ce moment alors ils ont pas accès aux sanitaires et aux douches. Et quand ils arrivent dans les entreprises, ils sont pas les bienvenus, j’ai vu des photos de machines à café avec une étiquette “strictement interdit aux transporteurs”! Dans ces entreprises, souvent il y’a aussi des douches mais on les leur ferme et on les traite de “crados”. Il va bien y avoir une grève générale avec ce ras le bol. A la base c’est un métier stressant, déjà pour la route, 8 ou 9h de route, et ensuite on arrive dans une entreprise et on vous traite en lépreux, ça donne vraiment pas envie quoi. A côté de ça il y en a quelques uns qui font des efforts apparemment, comme des enseignes de distribution alimentaire qui offrent des paniers repas en ce moment, mais la balance elle est vraiment déséquilibrée. 

Sur les routes aussi, il y a des incivilités vis-à-vis des routiers. Les camions sont considérés comme des nuisances sur la route. Soi-disant c'est lent, ça prend de la place, donc ça gène les usager.e.s pressé.e.s qui vont se mettre en danger et nous mettre aussi en danger par la même occasion. C’est vraiment beaucoup d’hypocrisie parce que les gens râlent quand on roule devant eux et ils vont dire qu’on se gare n'importe comment, mais quand c'est ces mêmes personnes qu'on vient livrer, alors là on peut bien bloquer une rue et 15 bagnoles sans problème. Et pendant cette crise, le mépris a clairement augmenté. 

A la base on souffre déjà d’une mauvaise réputation, mais en plus maintenant il y a l’idée qu’on véhicule le virus, ce qui totalement est vrai selon moi. 

 

Pour finir, dans la situation actuelle de lutte contre la propagation du coronavirus, qu’est-ce-qu’il faudrait prendre comme mesure urgente vis à vis de ton travail? 

Geler tout transport non essentiel. Donc ne laisser que tout ce qui est distribution alimentaire, carburant pour les personnes qui vont bosser, distribution de matériel pharmaceutique et hospitalier, mais voilà, c’est le strict nécessaire. Tout le reste, machines, voitures, colis... ça doit s’arrêter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.