Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2013

Spoliations et déni de justice au Maroc ? Des associations se mobilisent.

Spoliations d'héritages, de biens immobiliers et d'entreprises qui visent des familles isolées ou des étrangers se multiplient en toute impunité au Maroc. Les autorités françaises et marocaines ont été alertées. Des associations de victimes attendent des réponses du voyage de François Hollande au Maroc.

Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Spoliations d'héritages, de biens immobiliers et d'entreprises qui visent des familles isolées ou des étrangers se multiplient en toute impunité au Maroc. Les autorités françaises et marocaines ont été alertées. Des associations de victimes attendent des réponses du voyage de François Hollande au Maroc.

affaires personnelles ?

Les recours en justice s'enlisent dans les tribunaux marocains. Les « affaires étrangères » françaises et la diplomatie ni ne soutiennent, ni n'affichent leurs incompétences à soutenir les ressortissants français victimes de spoliations. « Affaires personnelles » se défendent-ils en demi-mot ou par leur silence... Mais affaires étrangement banalisées au vu de leur importance !
qui cautionne ?

Pourtant ce jeu d'escroquerie grotesque et monumental sévit depuis les années 2000 de la France au Maroc en passant par l'Italie ou l'Espagne... Comment es possible ? s'inquiète l'association pour le Droit et la Justice au Maroc.
Certains mises en cause, baron de la drogue en France se transforment en agent immobilier au Maroc...Tout ce monde pause en photo auprès de l'ancien ministre de la Justice marocaine alors qu'un mandat d'arrêt international jamais transcrit au Maroc plane sur l'un des présumés escrocs... Qui cautionne ? S'indigne Moussa Elkhal le juriste de l'association.
600 millions d'euros

Le butin de l'escroquerie flirte avec les 600 millions d'euros 'toute affaire personnelle confondue"..
Un petit magot pour un banal fait divers.... qui représente exactement l'aide économique dispensée par l'Union Européenne au Maroc durant ces 2 dernières années ou encore celle du groupe de l'Agence Française de Développement en 2011, soit 543 millions d'euros !
L'enjeu des échanges franco-marocain est centré sur les parts de marchés des entreprises au Maroc concurrencé aujourd'hui par l'Espagne... L'immobilier y est un des secteurs les plus prolifiques... Au Maroc la communauté française installée y est la plus nombreuse soit 80.000 personnes... En France, la communauté marocaine est estimée à 1 million d'habitants. Soit plus d'un million d'individus qui portent en eux cette double identité !
droits 

Devant l'importance des échanges humains et économiques, les gouvernements français et marocain vont-ils se pencher sur la question cruciale de la justice et du respect des droits ? La décision va-t-elle enfin être prise de lever les incertitudes et le deni de justice qui plane sur ces escroqueries à répétition? Va t-on enfin placer le respect du droit comme garant des échanges économiques ?
C'est ce qui est demandé par les associations des victimes qui accordent une attention toute particulière à la visite de François Hollande au Maroc. Elles réclament haut et fort que ces affaires soient abordées avec Sa Majesté le Roi Mohamed VI.
Reçues par le ministère de la Justice en France et au Maroc et par des membres du parlement, ces associations demandent qu'une cellule mixte de magistrats franco-marocains soit constituée afin de suivre le bon dérouler des procédures dans l'indépendance et la justice. Une liste des dossiers a été remises aux différentes institutions.
Cette première visite officielle s'attardera-t-elle sur la justice et les droits de l'homme avec la même pugnacité qu'elle semble porter aux échanges économiques et aux stratégies sahariennes ? Une réponse très attendue après ce voyage officiel de part et d'autre de la Méditerranée....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique