Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2012

Spoliation foncière au Maroc, trafiquant de drogue français mise en cause…

Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un promoteur immobilier français et son complice viennent d’être arrêté à Casablanca. Inculpés en France pour trafic de drogue, ils sont suspectés d'avoir détourné l’héritage d’un riche médecin français du Maroc décédé en 2011.

Déclarées en fuite depuis 2002, ces deux mêmes personnes ont été condamnées par « coutumace », pour trafic de drogue, le 4 août dernier par le Tribunal de Grande Instance de Paris. En 2007, un mandat d’arrêt international est lancé sur la tête du trafiquant, considéré dans le jugement comme le chef de bande, mais ne sera jamais exécuté.

Dans le jugement, l’inculpé nie son implication dans le trafic de stupéfiant qu’il l’incombe et affirme travailler pour la DST. Il justifie sa proximité des trafiquants que pour « les donner à la police », tout en admettant qu’il n’avait jamais parlé aux policiers de ses coprévenus.

Depuis, reconverti en promoteur, ce dernier investit ouvertement dans l’immobilier au Maroc tout en faisant l’objet de nouvelles plaintes pour « faux » et « escroquerie » dans des acquisitions douteuses de titres fonciers. Pourquoi en 5 ans, n’a t-il jamais été interpellé ?

En août, inquiète, l’avocate française en charge du dossier de l’héritier spolié qui lance sur youtube un appel au roi Mohamed VI, alerte alors les hautes instances franco-marocaines. Ce n’est qu’après son intervention, qu’une poursuite judiciaire est déclenchée le 17 octobre dernier auprès de la cour d’appel de Casablanca.  3 personnes sont aujourd’hui en détention provisoire à la prison marocaine de Oukacha.

8 inspecteurs de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire marocaine sont désormais en charge de lever le voile. « Conservateurs, avocats, notaires, médecin, hommes d’affaires, policiers et hauts fonctionnaires, au Maroc, mais aussi en France, pourraient êtres impliqués dans cette affaire qui en est qu’a ses balbutiements » confie une source proche de l’enquête.

En parallèle de la manne financière de la drogue, ce serait 700 titres fonciers qui auraient fait l’objet de détournement. En grande partie des biens d’étrangers. Une affaire globale estimée à 600 millions d’euros d’après le quotidien Akhbar al youm. Reste à révéler l’ensemble des bénéficiaires…

La presse marocaine suit l'affaire Almassae, Assabah, Akhbar ...

Dans la presse marocaine francophone

Le 2 novembre 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/13724/spoliation-immobiliere-casablanca-deux-suspects.html

Le 24 octobre 2012 dépêche AFP

http://www.aufaitmaroc.com/maroc/societe/2012/10/24/enquete-sur-des-spoliations-de-biens-appartenant-a-des-etrangers-selon-une-source-judiciaire_196353.html

Le 19 octobre 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/13523/spoliations-immobilieres-casablanca-premieres-arrestations.html

Le 8 août 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/12304/affaires-spoliation-immobiliere-casablanca-atterrissent.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois