Spoliation foncière au Maroc, trafiquant de drogue français mise en cause…

Un promoteur immobilier français et son complice viennent d’être arrêté à Casablanca. Inculpés en France pour trafic de drogue, ils sont suspectés d'avoir détourné l’héritage d’un riche médecin français du Maroc décédé en 2011.

Déclarées en fuite depuis 2002, ces deux mêmes personnes ont été condamnées par « coutumace », pour trafic de drogue, le 4 août dernier par le Tribunal de Grande Instance de Paris. En 2007, un mandat d’arrêt international est lancé sur la tête du trafiquant, considéré dans le jugement comme le chef de bande, mais ne sera jamais exécuté.

Dans le jugement, l’inculpé nie son implication dans le trafic de stupéfiant qu’il l’incombe et affirme travailler pour la DST. Il justifie sa proximité des trafiquants que pour « les donner à la police », tout en admettant qu’il n’avait jamais parlé aux policiers de ses coprévenus.

Depuis, reconverti en promoteur, ce dernier investit ouvertement dans l’immobilier au Maroc tout en faisant l’objet de nouvelles plaintes pour « faux » et « escroquerie » dans des acquisitions douteuses de titres fonciers. Pourquoi en 5 ans, n’a t-il jamais été interpellé ?

En août, inquiète, l’avocate française en charge du dossier de l’héritier spolié qui lance sur youtube un appel au roi Mohamed VI, alerte alors les hautes instances franco-marocaines. Ce n’est qu’après son intervention, qu’une poursuite judiciaire est déclenchée le 17 octobre dernier auprès de la cour d’appel de Casablanca.  3 personnes sont aujourd’hui en détention provisoire à la prison marocaine de Oukacha.

8 inspecteurs de la Brigade Nationale de la Police Judiciaire marocaine sont désormais en charge de lever le voile. « Conservateurs, avocats, notaires, médecin, hommes d’affaires, policiers et hauts fonctionnaires, au Maroc, mais aussi en France, pourraient êtres impliqués dans cette affaire qui en est qu’a ses balbutiements » confie une source proche de l’enquête.

En parallèle de la manne financière de la drogue, ce serait 700 titres fonciers qui auraient fait l’objet de détournement. En grande partie des biens d’étrangers. Une affaire globale estimée à 600 millions d’euros d’après le quotidien Akhbar al youm. Reste à révéler l’ensemble des bénéficiaires…

 

La presse marocaine suit l'affaire Almassae, Assabah, Akhbar ...

Dans la presse marocaine francophone

Le 2 novembre 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/13724/spoliation-immobiliere-casablanca-deux-suspects.html

Le 24 octobre 2012 dépêche AFP

http://www.aufaitmaroc.com/maroc/societe/2012/10/24/enquete-sur-des-spoliations-de-biens-appartenant-a-des-etrangers-selon-une-source-judiciaire_196353.html

Le 19 octobre 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/13523/spoliations-immobilieres-casablanca-premieres-arrestations.html

Le 8 août 2012

http://www.yabiladi.com/articles/details/12304/affaires-spoliation-immobiliere-casablanca-atterrissent.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.