Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Lien 3 nov. 2012

Yawanawas

Anouk Garcia
Journaliste Photographe indépendante
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

http://youtu.be/Q6sWdGfCAwk

Les Yawanawas, ce peuple amérindien de l'Amazonie brésilienne a failli être rayé des cartes.
Quasi éteints dans les années 70, ils sont 900 aujourd'hui. Ce miracle est lié au retour des pratiques ancestrales initiées par Biraci et Putany son épouse. Tous les deux descendant d'une lignée de grands chefs, ils ouvrent les portes d'un temps nouveau pour leur peuple. En défiant les traditions et l'autorité de son mari, Putany et sa sœur poussent les portes de la terre sacrée du chamanisme alors exclusivement réservé aux hommes. D'abord seules contre tous elles sont aujourd'hui suivies par toute une nouvelle génération de femmes et de jeunes qui ont retrouvé le goût et la fierté d'être Yawanawa. Cette identité, massacrée par un siècle d'esclavage et d'évangélisation, les prémunit aujourd'hui d'un nouveau danger : celui de la société de consommation et de ses vicissitudes comme l'alcool et la prostitution.
Un fléau qui termine d'anéantir les peuples premiers du monde.
Putany et Husharu sont les premières femmes chamanes du Brésil, son peuple un des plus fiers. Pour s'en rendre compte, il suffit de se joindre à l'immense fête qui s'écoule chaque année en octobre pendant 5 jours sur les berges du Rio Grégorio. Les yawanawas se transforment en papillons, en poissons, en singe pour renouer avec la nature et révéler au monde la beauté et leur fierté retrouvée. Plus loin sur la terre sacrée des anciens Putany plantent dans le cœur des nouvelles générations les graines de cet enseignement transmis depuis la nuit des temps dans les forêts amazoniennes.
 
Niché au pied des contreforts de la cordillère des Andes à la frontière de la Bolivie et du Pérou, l'Acre est l'état brésilien le plus méconnu et le plus riche en biodiversité. Dans ses forêts ont été identifiés trois peuples qui vivent encore aujourd'hui sans aucun contact avec l'homme blanc. Cette immensité végétale abrite encore des espèces animales et végétales méconnues qui détiennent en secret de précieuses molécules.
Les plantes sont au cœur de la spiritualité des Yawanawas. Ils les boivent, les inhalent, les brûlent. Biraci raconte que les Yawanawas étaient un peuple très guerrier. Ils étaient redoutés. Leur connaissance des plantes était aussi une arme. Ils utilisaient des plantes qui pouvaient tuer par inhalation tout un village. Au sommet de ce panthéon végétal, on retrouve, le tabac, le piment, l'ayahuasca et le muka, une plante d'une immense puissance qui accompagne l'initiation chamanique. Cette plante révèle aux hommes un don qui accompagnera leur vie spirituelle.  
Les Indiens disent qu'ils « ne croient que ce qu'ils  voient ». Les puissantes visions qui accompagnent l'absorption de ces plantes se lisent pour eux comme le livre des savoirs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS