Anouk Levoyer
Gardienne de l'idée qu'il existe une autre possibilité.
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2017

Bricks

Retour sur un documentaire audacieux aussi bien dans le fond que dans la forme.

Anouk Levoyer
Gardienne de l'idée qu'il existe une autre possibilité.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quentin Ravelli est à l’origine chercheur en sciences sociales au CNRS et a publié sa thèse, La stratégie de la bactérie sur l’industrie pharmaceutique en 2015. Bricks est son premier film, et il s’intéresse cette fois-ci à la crise qui a secoué l’Espagne en 2008.

Sa carrière de sociologue aurait pu faire craindre un documentaire didactique et pédagogique. Mais non, nous ne sommes pas à la télévision, et Quentin Ravelli ne se satisfait pas du simple reportage.

Il impose très vite son parti pris : les premières scènes montrent le processus de vente et de fabrications de briques. Des briques de toutes les couleurs, de toutes les formes, amoncelées sans que cela ne ressemble de près ou de loin à un semblant de structure. Et pour cause : la brique prend ici une dimension symbolique, figurant une surproduction due à une crise d’accumulation du capital. Elle représente à elle seule toutes les notions compliquées et abstraites du processus de la crise financière, car elle en est le résultat bien réel. Derrière les chiffres et les conjonctures, que reste-t-il ? Des briques.

Ainsi, Quentin Ravelli ne cherche pas à nous expliquer la crise. Aucun expert ne viendra nous entretenir sur le pourquoi du comment. Aucun schéma ne viendra nous simplifier les relations complexes de la sphère financière et immobilière. Et pourtant, on comprend tout.

Les portraits que dresse Ravelli suffisent à nous éclairer. Celui de la brique bien sûr produite en masse dans des usines qui doivent fermer, impuissantes à écouler leur stocks. Celui de Blanca, immigrée équatorienne expulsée de son logement qui se bat pour l’annulation pure et simple de sa dette, avec l’appui de l’un des mouvement sociaux les plus puissants du pays, la Plateforme des Victimes du Crédit (Plataforma de los Afectados por la Hipoteca). Et celui de Joaquin, maire de Valdeluz, ville fantôme dont les constructions ont été complètement arrêtée, alors que, d’après la maquette, elle semblait promise à un brillant avenir (logements flambants neufs, parcs, écoles, complexe sportif et même un terrain de golf).

Mais ce que montre également le film, c’est ce à quoi se heurtent ces résistances. Pourquoi les changements politique, la percée de Podemos, l’élection d’Ada Colau à la mairie de Barcelone n’ont pas apporté de changements significatifs, et pourquoi ces mouvements ne parviennent-ils pas véritablement percer ? Car face à la lutte, il y a du ressentiment. Lors d’une très belle scène, trois travailleurs se posent ainsi la question : pourquoi eux se tuent-ils à la tâche tous les jours pour payer leur loyer quand d’autres en profite gracieusement en squattant les logements inoccupés ? Un camp s’oppose toujours à un autre. Et l’on sent que malgré les abus et les injustices provoquée par la crise, une certaine morale continue tout de même d’exercer son pouvoir sur les consciences.

Si Bricks n’est pas à proprement parlé un film militant, préférant souvent se réfugier dans une poétique plus cinématographique, il n’en reste pas moins une œuvre éminemment politique qui, en nous éclairant sur la situation espagnole, nous pousse à nous interroger sur notre propre condition.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis