anouka
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2018

Le seul mot qui résistera.

Le seul mot qui résistera.

anouka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dire, tenter de dire et oublier le pourquoi du dire.

Terrible cette sensation de dire et de mentir. Mentir à soi-même ? A l’autre ? A l’autre qui semble ne pas comprendre, ou qui fait semblant de ne pas comprendre. Cette terrible nouvelle réalité, cette virtualité en lieu et place du vivant, du corps, du sensible, de l’émotionnel.

Cette invention qui court-circuite les distances ! Qui dit HELP ! Qui dit Je suis là. Qui dit Où t’es ? Qui dit, qui dit…Qui dit quoi ?

Terrible, cette farce contemporaine du filtre consenti de nos vies, de nos intimes pulsions, de nos envies, de nos élans. Non, plus de place pour ce face à face. Non. C’est terminé. Plus le temps, plus l’espace dit de proximité. Proximité. Vaste fumisterie, vaste duperie de l’espoir d’un mieux être, d’un tête à tête, avec l’autre, cet humain. Humain ? Que reste-t-il de l’humain ? Oui, qu’en reste-t-il ? Avancée technologique oblige, n’est-ce pas ?

Mots-textos, mots-textes blogués, messages tronqués, stéréotypés, formules galvaudées, usées, déconnectées, effacées… Lire ? Ecouter ? Plus le temps. Plus l’envie. Disparue l’envie. D’entendre, de comprendre, d’attendre… La réponse, l’attention à l’autre, l’écoute, le temps, de l’autre. Du sens, de l’intention, de la pensée, de l’intime conviction. Conviction ?

Où sont passées les convictions ? D’un prêt-à-penser, d’un prêt à envoyer, d’un prêt à consommer ? Pas le temps, plus l’envie, plus de vie. Juste le faire semblant. De quoi ? Le sait-on ? Finalement. Juste un réflexe, de politesse ou d’impolitesse. De tristesse incongrue, de colère désorientée, de coups d’épée qui s’éteignent dans le commun du vide, de tendresse évaporée, de soif de se dire et de pleurer, de chercher du sens, de perdre le sens, de…

Que dire, que dire. Comment le dire. Les riens de la pensée. Les riens qui disent en silence, en paroles étouffées. Le rien. Plus rien à dire. Se taire.

Ces silences, si nombreux, si sonores que seuls les arbres, les fleurs, le vent, la pluie, le soleil, la lune peuvent encore retenir. Retenir ce que l’humain ne sait plus dire.

Les mots passent et repassent et s’en lassent…

S’en lassent de ce vide à tromper. Ces mots qui ne disent plus, qui ne nous disent plus. Ce fatras du désordre de la pensée. Penser ? Où penser ? Quand tout, dorénavant est dicté. Dictée, la pensée. Dictée ?

Produire ce qui est entendu. Sans faute. En respect de la règle à obéissance aveuglément répétée.

Ne demeure que cet espace fragile, factice, éphémère, cruellement éphémère. Si cruellement que nos vies, nos petites vies, s’alignent en vertige du vide. Tout s’efface et tout recommence. Eternité du devenir. D’un monde en fusion. Pas en effusion. Où est passé ce mot. Si fort, si vivant, si vigoureux, si amoureux de notre condition, d’humain ? L’effusion.

Il est, bien sûr. Il est. Il sera. Quoi qu’on en dise, avec ou sans technologie. Le seul mot qui résistera ? S’il en est un seul…

Le seul mot qui résistera.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss