Mémoire courte et idées courtes, du pouvoir. Et au pouvoir…

Aux angles aigus et meurtriers d’un pouvoir vexatoire, le jaune et bruyant giratoire. Le 23 Juin 2016, tout autour du bassin de l’arsenal...

 Mémoire courte et idées courtes, du pouvoir.

Aux angles aigus et meurtriers d’un pouvoir vexatoire, le jaune et bruyant giratoire.

Tournez manège ? Depuis quand peut-on tourner et se retourner contre les puissants librement ?

Sur les ronds-points ? Tourner en rond ? Sur soi-même ? Mais quel est donc ce manège…

Faire le point de vie sur les ronds-points… Drôle d’école, drôle de jeu, de ré-création et de partage circulaire.

C’était pourtant là le premier modèle de manège, fut un temps. Le 23 Juin 2016, tout autour du bassin de l’arsenal. Un temps oublié. Un parcours obligé qu’il a fallu en toute obéissance sécuritaire, respecter.

Exercer, oui. Exercer, s’exercer, s’exécuter jusqu’au ridicule d’une rébellion désespérément avortée. Contre la loi travail. Joliment dessiné le giratoire, vu des balcons, l’escargot, des manifestants. Glorieusement (sic) intitulé, « ça tourne en rond ».

Le calme, par l’écrasement des énergies, revenu.

Oui ? Étrange, ce calme. Ceux qui tournent, tournent… Ceux qui marchent, marchent…

Mais, se disent les tourneurs, puisqu’il faut, en rond, tourner et retourner la question. Tournons. Sur les lieux privilégiés du tourner en rond ?

Le rond point. Lieu du "manège", n’est-ce pas Jacques Tati ? Les ronds points, en parfaite gabegie financière. Champions du monde, les ronds-points !

Les turbulents et phosphorescents gilets seraient-ils cinéphiles ? Trafic ! Mais oui, monsieur Hulot.

Sauf que… Sauf que… Les gilets jaunes sont au centre du trafic. Malgré la taxe, après la taxe. Au centre du trafic, les gilets. D’idées, de révoltes, de conciliabules, d’un manège humain. Terriblement humain.

Valls à 2 temps, à 3 temps, à 4 temps ? Nos ministres savent faire danser les récalcitrants.

Mais, de Valls en valse, à tourner, retourner la question, les jaunes se mettent à se réunir et à penser.

Penser ? S’éduquer ? S’organiser ? Rédiger ? S’entraider ? Se parler ?

Le jaune s’émancipe, fait tâche et fâche. Une vague, deux, trois... Des vagues jaunes ? Turbulentes les vagues ? Sages aussi.

Non, non, non. Dit le pouvoir. Non, pense le pouvoir. Non, les invisibles n'existent pas.

Le jaune est couleur de trahison, de violence et d’insubordination. Inacceptable menace. Mettons-y du rouge. Oui, du rouge sang.

Sang de guerre. Sang de vengeance. Ça fera du brun, du noir. Le noir qui tient le rouge. Un peu, beaucoup, passionnément, tragiquement.

Si fort que l’on n’y verra plus clair. Comme dans les premiers westerns, les bons, les méchants ? Les bandits qui faisaient danser leur victime à coup de feu, au sol ? Le western a vieilli pourtant. Mais non, caméra oblige, on vise plus haut. L’œil ! Des films à venir, non ?

N’est pas peintre qui veut, monsieur le président, messieurs les ministres, mesdames et messieurs aux sombres humeurs, aux sourdes et lâches revanches.

Vous, obéissants, soumis. Vous, qui pensez à des lendemains qui vous chantent ? Sur quel air, je préfère ne pas savoir. Pour le moment.

La peinture, non. La musique non plus. Décidément, les arts et vous...

Vous, qui, de vos fauteuils capitonnés, engoncés dans vos fausses certitudes, savourez vos illusions mortifères. Vous devriez sur vos écrans, lever le voile de vos corruptions, de vos sinistres mensonges.

Un peu de lumière, juste un peu… De conscience. La conscience ? En discours et verbiage ? La lumière au cinéma, pourtant...

Ce jaune, que vous méprisez, qu’un bouton d’or, jeune, à peine ouvert, épanoui, à observer de près… Ce bouton d’or vous obligerait à percevoir l’infinie subtilité de ses nuances. Difficile métier que le vôtre qui vous entraîne à tout noircir.

Ces nuances sont, et méritent, de nature et d’homme, le respect. Humain. Ni artiste. Ni humain ?

En arracher un à un les pétales…? Un pied, une main, un œil ?

Un jeu bien dangereux, infantile et pervers, voyez-vous. Non, décidément, vous ne voyez pas, vous ne sentez pas, vous ne savez pas.

 

Mais oui, mais… La mécanique du pouvoir. La mécanique pragmatique. La mécanique... Le mécano de la générale... Chaplin. Non ?

En marche forcée, par vous ordonnée, vous aurait-elle déjà, sans possible retour, pétrifiés ?

Sous cet angle, évidemment... Sans aucune et possible excuse.

Mémoire courte et idées courtes ?

Incontestablement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.