anouka
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2019

Mémoire courte et idées courtes, du pouvoir. Et au pouvoir…

Aux angles aigus et meurtriers d’un pouvoir vexatoire, le jaune et bruyant giratoire. Le 23 Juin 2016, tout autour du bassin de l’arsenal...

anouka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Mémoire courte et idées courtes, du pouvoir.

Aux angles aigus et meurtriers d’un pouvoir vexatoire, le jaune et bruyant giratoire.

Tournez manège ? Depuis quand peut-on tourner et se retourner contre les puissants librement ?

Sur les ronds-points ? Tourner en rond ? Sur soi-même ? Mais quel est donc ce manège…

Faire le point de vie sur les ronds-points… Drôle d’école, drôle de jeu, de ré-création et de partage circulaire.

C’était pourtant là le premier modèle de manège, fut un temps. Le 23 Juin 2016, tout autour du bassin de l’arsenal. Un temps oublié. Un parcours obligé qu’il a fallu en toute obéissance sécuritaire, respecter.

Exercer, oui. Exercer, s’exercer, s’exécuter jusqu’au ridicule d’une rébellion désespérément avortée. Contre la loi travail. Joliment dessiné le giratoire, vu des balcons, l’escargot, des manifestants. Glorieusement (sic) intitulé, « ça tourne en rond ».

Le calme, par l’écrasement des énergies, revenu.

Oui ? Étrange, ce calme. Ceux qui tournent, tournent… Ceux qui marchent, marchent…

Mais, se disent les tourneurs, puisqu’il faut, en rond, tourner et retourner la question. Tournons. Sur les lieux privilégiés du tourner en rond ?

Le rond point. Lieu du "manège", n’est-ce pas Jacques Tati ? Les ronds points, en parfaite gabegie financière. Champions du monde, les ronds-points !

Les turbulents et phosphorescents gilets seraient-ils cinéphiles ? Trafic ! Mais oui, monsieur Hulot.

Sauf que… Sauf que… Les gilets jaunes sont au centre du trafic. Malgré la taxe, après la taxe. Au centre du trafic, les gilets. D’idées, de révoltes, de conciliabules, d’un manège humain. Terriblement humain.

Valls à 2 temps, à 3 temps, à 4 temps ? Nos ministres savent faire danser les récalcitrants.

Mais, de Valls en valse, à tourner, retourner la question, les jaunes se mettent à se réunir et à penser.

Penser ? S’éduquer ? S’organiser ? Rédiger ? S’entraider ? Se parler ?

Le jaune s’émancipe, fait tâche et fâche. Une vague, deux, trois... Des vagues jaunes ? Turbulentes les vagues ? Sages aussi.

Non, non, non. Dit le pouvoir. Non, pense le pouvoir. Non, les invisibles n'existent pas.

Le jaune est couleur de trahison, de violence et d’insubordination. Inacceptable menace. Mettons-y du rouge. Oui, du rouge sang.

Sang de guerre. Sang de vengeance. Ça fera du brun, du noir. Le noir qui tient le rouge. Un peu, beaucoup, passionnément, tragiquement.

Si fort que l’on n’y verra plus clair. Comme dans les premiers westerns, les bons, les méchants ? Les bandits qui faisaient danser leur victime à coup de feu, au sol ? Le western a vieilli pourtant. Mais non, caméra oblige, on vise plus haut. L’œil ! Des films à venir, non ?

N’est pas peintre qui veut, monsieur le président, messieurs les ministres, mesdames et messieurs aux sombres humeurs, aux sourdes et lâches revanches.

Vous, obéissants, soumis. Vous, qui pensez à des lendemains qui vous chantent ? Sur quel air, je préfère ne pas savoir. Pour le moment.

La peinture, non. La musique non plus. Décidément, les arts et vous...

Vous, qui, de vos fauteuils capitonnés, engoncés dans vos fausses certitudes, savourez vos illusions mortifères. Vous devriez sur vos écrans, lever le voile de vos corruptions, de vos sinistres mensonges.

Un peu de lumière, juste un peu… De conscience. La conscience ? En discours et verbiage ? La lumière au cinéma, pourtant...

Ce jaune, que vous méprisez, qu’un bouton d’or, jeune, à peine ouvert, épanoui, à observer de près… Ce bouton d’or vous obligerait à percevoir l’infinie subtilité de ses nuances. Difficile métier que le vôtre qui vous entraîne à tout noircir.

Ces nuances sont, et méritent, de nature et d’homme, le respect. Humain. Ni artiste. Ni humain ?

En arracher un à un les pétales…? Un pied, une main, un œil ?

Un jeu bien dangereux, infantile et pervers, voyez-vous. Non, décidément, vous ne voyez pas, vous ne sentez pas, vous ne savez pas.

Mais oui, mais… La mécanique du pouvoir. La mécanique pragmatique. La mécanique... Le mécano de la générale... Chaplin. Non ?

En marche forcée, par vous ordonnée, vous aurait-elle déjà, sans possible retour, pétrifiés ?

Sous cet angle, évidemment... Sans aucune et possible excuse.

Mémoire courte et idées courtes ?

Incontestablement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine