anouka
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2018

Avant qu’il ne soit trop tard…

Le sursaut du désespoir ou l'ultime espoir. Réveillez-vous.

anouka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le débordement.

Des mots débridés, désincarnés, des jets d’insanités, des corruptions, des lâchetés, des égos, des hypocrisies, des crétineries !

Oui, ça déborde, de toutes parts. Ca déborde en colères, ça déborde en misères, en vulgarité, en obséquiosité, en compromissions, en injustices, en cruautés, en ambigüités, en indicibles tragédies…

Oui, ça déborde. De vies perdues, perdues de vue, de déséquilibres, de vertiges, de mal être, de frustrations, de dénis, de non dits…

Oui, ça déborde, ça déborde. Et l’on s’endort ? L’on s’endort au son des trompettes de la renommée ?

La renommée, la bien nommée, la dés-humanisée ?

La coupe est pleine. Urgence, urgence. N’entendez-vous, dans nos campagnes…

Il fut un temps, il fut et ne devait plus. Plus jamais.

Non, il ne faut pas que nos enfants entendent ce bruit qui vient. Il ne faut pas. Il faut. Il ne faut pas.

A grands pas, la répression, à grands pas la soumission, la destruction ?

Tordre le sens, détourner le sens, inventer la nouvelle obéissance. Oser la novlangue. Oser la perversion du sens qui dit pourtant le vrai du cynisme, une vérité insupportable à déchiffrer. Qui, sans trembler, peut s’énoncer.

Shopping de l’asile !!

Il suffisait d’inverser. Le sens. Le rôle. Les responsabilités. Il fallait oser. Oser dire que les victimes aux abois se permettent de choisir, de se cacher, de refuser… La violence et le mépris qui les attendent. Où se réfugier. Où ?

Oui, se révèle, se désigne, sans complexe, le stock des migrants, des sans papiers, des sans nom, des sans âge… La gestion des corps-objets. L’on comprend mieux le comptage. Les chiffres, les flux, flux tendus ? Honte ? Non. Pragmatisme. Pragmatisme étatique. Honte. Oui. Insupportables honte et mépris.

Faut-il que l’histoire se répète ? Pour qu’elle s’apprenne ?

Non. Il ne faut pas que nos enfants entendent, comprennent, s’inquiètent, se révoltent, s’insurgent, débattent, réfléchissent…

Non. Bien sûr que non. A se révolter, à penser, à douter, ils sont les professionnels du désordre.

Magnifique formule. Qui nous manquait.

Professionnels ? Qu’est-ce à dire ? Du talent ? Des compétences ? Une capacité d’organisation ? De réflexion ?

Trop tard. Étiquetés. Dénigrés. Manipulés. Délogés.

La jeunesse des appelés, des conscrits. La jeunesse embrigadée. La jeunesse libérée. La jeunesse joyeuse. La jeunesse tranquille et studieuse. La jeunesse sacrifiée. La jeunesse bêtement révoltée. La jeunesse bien éduquée. La jeunesse…A dompter.

Il faut bien que jeunesse se passe…

Vivement le service civil ou de formation militaire obligatoire ! Que l’on éduque enfin ces mal éduqués. Que l’on neutralise enfin ces récalcitrants inconscients. Mieux qu’une révolution, la fusion des classes.

Ah ! Ces têtes brûlées ! Où sont-elles ? Oui. Où ?

A l’envers, à l’endroit. A l’endroit ? Quel endroit ? Le droit. Le droit de dire, de faire, d’imposer, de penser, de dicter.

Mesdames, messieurs. Vous n’êtes qu’en fin de cordée. Réveillez-vous. Réveillez-vous.

La cime ruisselante, fondant sur les nantis, n’est que mirage. La corde est glissante. A croire au vertige égotique du pouvoir, la chute peut être brutale. Un jeu de massacre. Le déni de votre humanité. De notre humanité.

Vous n’êtes pas le monde. Le monde ne vous appartient pas. Mais vous êtes responsable, à chaque nœud de la corde, de vos décisions, de vos mots, des maux dont vous ignorez l’existence. La corde. Non. Pas la corde à sauter. La corde à sauter, c’est l’enfance. Vous en souvenez-vous ? Non. Ca n’est plus un jeu. Quittez cette arrogance infantile, cette suffisance morbide. Osez entendre les garde-fous, les garde-vie…

Avant qu’il ne soit trop tard.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Guadeloupe et Martinique, de crise en crise
Née d’un refus de l’obligation vaccinale avant d’embrasser des revendications sociales, une nouvelle poussée contestataire a saisi la Guadeloupe et la Martinique. Environnementales ou économiques, politiques ou policière, les îles des Antilles vont de crise de crise, que le quinquennat Macron n’aura pas permis de résoudre. Notre dossier.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI