anouka
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2017

Le temps ennemi ou ami ?

Prendre son temps, donner de son temps, perdre son temps, gaspiller son temps, se priver du temps… Se donner le temps, écouter le temps… Savourer le temps. Pour oublier ou aimer la vie ?

anouka
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un instant vécu n’est pas un instant perdu.

Au nom de quoi serait-il perdu. Devrait-il se perdre.

Pour qui ? Pour quoi ? Pourquoi ?


Ceux qui ne savent, ne savent plus, ne peuvent plus prendre le temps. Juste un petit temps pour attendre que la page se tourne. D’un livre, d’un doute, d’une question, d’une respiration. Ceux-là ne savent pas, ne savent plus, ne peuvent plus savoir ce qu’est la vie. N’ont plus le temps de sentir la vie. Ne savent pas entendre, écouter ce qui se dit, ce qui se vit. Vite, vite, s’en aller, d’un point à un autre, courir, courir. Après quoi ? Derrière le temps ? Devant le temps ?

Mais le temps va plus vite encore. Faussement mesurable ce foutu temps. Être à l’heure. A l’heure de quoi. Des rendez-vous qui coupent le temps, le saucissonnent, l’élargissent en mesures impératives, inconstantes ou constantes.

Il était une fois… Le temps d’une vie, d’une vie d’humain contemporain. Contemporain, vraiment ? Et l’avant, comme hier, avant-hier…

L’avant du contemporain, c’était aussi du contemporain. Juste une autre version. Du temps, du temps plein ? Faut-il s’en souvenir ou le regretter ? Faut-il s’en plaindre ?

Dans ce grand hier, quand on aimait, son métier, sa femme, ses enfants, ses amis. On disait, on se disait que l’on ne pouvait qu’aimer en jeunesse, en libre temps de jeunesse. En maturité, en responsabilité, c’était, l’un d’abord, l’autre, si possible. Hiérarchie du temps. Temps rétréci.

On disait, on espérait, on pensait que l’un ou l’autre pouvaient attendre, qu’ils allaient comprendre, qu’il fallait bien que la vie soit remplie, soit pleine, en vaille la peine…

Comprendre, accepter la vie telle qu’elle est. La vie entière à travailler. Pour les autres, pour le bonheur des enfants, pour l’avenir. Qu’ils grandissent, qu’ils deviennent, en mieux, en plus confiants, en plus vivants ?

Il était une fois… Le temps de l’ancien contemporain. Le temps des femmes, de la femme qui avait appris, qui devait, qui se devait, dans son temps vide, alléger le temps de l’autre, faciliter le temps plein, chercher le temps, pour les enfants, pour le mari qui n’avait plus de temps. Pour elle. Pour eux. C’était elle qui donnait le plus, de son temps, de son invisible temps. A regretter ?

L’invisible, l’indivisible qui n’aura durer qu’un temps. Un autre temps contemporain. Plus équitable ?

Un temps de partage du temps, entre homme et femme, pour plus de temps. En douce illusion du plus, du mieux, pour eux, pour les enfants à naître, si l’on a encore le temps. Les enfants qui devront occuper leur temps. Occuper, occuper le temps. Pas le temps de se poser non plus, les enfants. Les actifs enfants, les impatients, les futurs mangeurs de temps.

Qu’en feront-ils de ce nouveau temps ?

Grandis trop vite ces enfants-là. La tête pleine ces enfants-là. Qui ne veulent plus avancer en courant, ces enfants-là. Pourtant ils courent, ils courent après le vide, les places à vide, les places qui sont et ne sont pas et dont ils ne veulent pas. Ont-ils encore le choix ? Tous ?

Le temps du plaisir, le temps du désir, de se faire du bien, qui nous tient dans l’humain. Que devient-il ? A oublier ? Trop fleur bleue ? Déjà fané le bleu ?

Devant eux, le temps perdu qui ne se rattrape plus, le temps qui manque.

Qui manque à la femme qui court, court d’un point à l’autre, qui court après le temps des horaires. Des horreurs. Des erreurs.

C’est la langue qui fourche ?

Ces mots douleurs qui se suivent et se ressemblent. Le mari, les enfants, les parents, les grands-parents, les amis. Les amis, les amants, les amantes, les aimants, à qui l’on dit que l’on n’a plus le temps. De se voir, de se dire, de se rencontrer.

Sur les voix du clavier, pour gagner du temps.

Ce temps d’une vie qui s’enfuit vers le temps long, le temps vide… Des sans vie, des sans abris, des sans le sou, des sans papiers, des éclopés, des fatigués.

Ce temps d’une vie qui s’enfuit en urgence avant même d’être goûté, consommé.

Ce temps des colères, des guerres, des pillages, des crimes et des destructions.

Ce temps gaspillé pour des vies ravagées. Ce temps donné à la mort plutôt qu’à la vie. Ce temps d’inhumanité.

Le grand donneur de temps s’est-il fourvoyé ?

N’y a-t-il plus que des machines à broyer le temps ? Pointeuse électronique ou mentale du dérèglement de nature et d’humain ?

Faut-il revenir aux horloges dont on pouvait, à la main, bouger les aiguilles ?

Mais a-t-on vraiment besoin d’une horloge pour redonner du sens au temps ?

Peut-on encore écouter les battements du cœur ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux