Montpellier : Philippe Saurel prône la démocratie participative Anticor et à cri

Le tirage au sort a eu lieu hier matin à la mairie de Montpellier en présence d'un huissier. photo rc

Le tirage au sort a eu lieu hier matin à la mairie de Montpellier en présence d'un huissier. photo rc L'utilisation de l'article, la reproduction, la diffusion est interdite - LMRS - (c) Copyright Journal La Marseillaise

Le maire de Montpellier a fait procéder au tirage au sort des citoyens qui siégeront dans les sept conseils de quartiers.

C'était l'une de ses 15 promesses phare de campagne. Et selon ses propres mots, « la plus difficile » à mettre en place. Alors hier matin, au moment de faire procéder au tirage au sort des représentants des conseils de quartier qui remplacent les comités de quartier, Philippe Saurel n'a pas fait les choses à moitié pour promouvoir la « démocratie participative ».

Dans la salle de presse de l'Hôtel de Ville, une dizaine de conseillers municipaux de la majorité mais aussi de l'opposition (à l'exception du groupe PS) sont présents ainsi qu'un huissier de justice afin de s'assurer du bon déroulement du tirage au sort informatique. « Dans la précédente mandature, les présidents des comités de quartiers étaient nommés par le maire. Moi j'ai envie d'être exemplaire sur ces conseils de quartier parce que nous sommes les seuls à avoir été élus dans une grande ville de gauche sans parti politique sur le modèle divers gauche, citoyen, écologiste », fait valoir le maire.

Signataire de la charte Anticor, association qui défend la transparence de la vie politique, Philippe Saurel estime avoir pris davantage de mesures que celles sur lesquelles il s'était engagé. Après avoir confié la présidence de la commission des finances à l'élu d'opposition Gérard Lannelongue (UMP), P. Saurel a lancé une série de réunions publiques sur des projets de quartiers comme celui des Halles Laissac. Dans un souci de « transparence », il a aussi publié sur le site de la Ville l'indemnité des élus municipaux. Enfin, il vient de demander aux candidats qu'il soutenait élus au conseil départemental de rendre leur poste d'adjoint au maire d'ici le 29 avril, alors que ni la loi ni la charte Anticor ne le lui impose. « On a 20/20. Pour avoir 21/20 il ne reste plus qu'à mettre en place la charte éthique et le comité d'éthique dans les mois à venir », s'autocongratule Philippe Saurel.

Projets en toute « indépendance »

Mercredi matin, plusieurs centaines d'habitants des 7 grands quartiers de la ville (Hôpitaux-facultés, Mosson, Cévennes, Croix d'Argent, Prés d'arènes, Port Marianne, Montpellier centre) ont été tirés au sort en respectant des critères de parité sur les listes électorales. Les 280 citoyens issus de deux collèges (« habitants » ; « associations et acteurs socio-professionnels ») qui accepteront de jouer leur rôle siégeront dans les conseils de quartier qui se réuniront quatre fois par an pour discuter de projets municipaux et faire leurs propres propositions... en toute indépendance promet le maire. « J'ai interdit à mes élus de participer à ces réunions, sinon on va nous accuser de téléguider les conseils de quartier. »

Ancien président du comité de quartier Tastavin-Lemasson, Gérard Castre, aujourd'hui conseiller municipal, apprécie. « J'avais fini par me retirer à cause des pressions de l'ancienne mairie. Maintenant que je suis de l'autre côté de la barrière, j'essayerai de ne pas faire cette erreur. »

Certains projets élaborés par les conseils de quartier seront labellisés et proposés au vote du Conseil municipal. D'autres ne seront pas retenus. La démocratie participative a aussi ses limites...

Rémy Cougnenc

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.