21 mois qu’on y croit… Vivement demain. Enfin.

Les petites choses qui ont récemment illuminé mon quotidien à Democratcity. L’endorsement politique par Colin Powell du candidat democrate.
rednecks_for_Obama.jpgLes petites choses qui ont récemment illuminé mon quotidien à Democratcity. L’endorsement politique par Colin Powell du candidat democrate.

Le clip d’une demi-heure que ce dernier s’est offert sur la plupart des chaines de télévision.

Le silence qui s’est fait, et toutes les têtes tournées, dans le bar ou nous étions à ce moment la.

 

La découverte de groupe activiste dont je ne soupconnais pas l'existence.

rednecks_for_Obama.jpg

Les nombreux sondages qui lui donnent entre 5 et 10 points d’avance.

Le fait que même les populations conservatrices semblent lui faire plus confiance (8 points chez les plus de 65 ans).

Certains instituts de sondages, qui, portées par une vague d’euphorie, s’étaient aventurés vers des pronostics insensés tels que « la Virginie occidentale pourrait être bleue » (Rasmussen notamment – ils se sont vite ressaisis).

La une du new York Times avec la juxtaposition de photo en costard et d’une photo en rock-star.

Obama-NYTheadline2.jpg Le sourire de mon colloc, ancien-Hillariste reconverti, quand il est revenu de son early voting booth.

Quand même les stars s’en mêlent et qu’on ne sait plus départager le coup de pub du véritable enthousiasme politique.

Le reggaeton de campagne par los Amigos de Obama “Oye mi gente este es un hombre preperado… La esperanza ha llegado … Listen to me, gente, es tiempo para algo diferente.. What we need is un nuevo presidente!” disponible en libre-écoute ici.

La motivation des bénévoles qui ne se dément pas. Les citrouilles évidées et gravées au logo de la campagne d’Obama.obamapumpkin2.jpegLe rallye de clôture qui a eu lieu a Manassas en Virginie et ou quelques 80 000 personnes se sont rendues.

L’enthousiasme exacerbé de certains journalistes qui ont envie d’écrire l’histoire avant qu’elle ne se produise : “But there seems to be an inexorable quality to Obama's rise this year because he is the first truly 21st-century figure in American politics. He is the innovator who has set the standard for the next political era”. Comme on les comprend.

Les rumeurs sur le million de personnes qui convergeraient à Chicago mardi prochain.

 

La couverture du dernier Economist.

currentcoverus.jpeg L’impression qu’on est passé du “Yes we can” au “Yes we will”.

 

21 mois qu’on y croit… Vivement demain. Enfin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.