Quand on partait sur les chemins…

 

 

Après les concepts urbains de « Paris-plage » et des « nuits blanches » qui s’étaient exportés -bien mieux en Europe qu’aux Etats-Unis cela dit- une initiative européenne vient de traverser l’Atlantique. Le velib’ débarque aux pays des SUV et des hummer-limousines.

 

 

Un article paru dans le New York Times (http://www.nytimes.com/2008/04/27/us/27bikes.html?ref=us) annonce la mise en place imminente d’un concept similaire à celui du Velib’ -si ce n’est une envergure moindre (120 vélos, 10 stations pour commencer) à Washington. Fruit d’une entreprise qui a déjà fait ses preuves à Oslo, Rennes et Barcelone, le projet pourrait ensuite s’étendre à d’autres villes américaines comme San Francisco, Chicago ou Portland.

 

 

 

Aux mauvaises langues qui pensent qu’un tel concept ne fonctionnera jamais, culture américaine du 4×4 surdimensionné oblige, on pourra rétorquer qu’à Washington le nombre de cyclistes est déjà très élevé et les automobilistes toujours respectueux de leur présence, que le problème majeur du vol-de-vélo-toutes-les-deux-semaines serait enfin réglé, que la congestion des transports en commun devrait pousser les potentiels utilisateurs à sauter sur l’occasion, et enfin, que le prix devrait rester suffisamment incitatif (40$ par an). D’ailleurs, si l’on en croit le succès fulgurant de Zipcar (un principe similaire de location de voiture à l’heure) qui, depuis sa création en 2000, a su s’imposer dans les rues de nombreuses villes canadiennes et américaines, rachetant récemment son concurrent direct Flexcar, le concept pourrait avoir de beaux jours devant lui.

 

Le problème majeur risque d’être, comme à Paris avec Montmartre, celui du dénivelé. Bien plus d’utilisateurs prenant un vélo dans le sens Mount Pleasant-Downtownque dans le sens inverse. A voir si le concept égalera l’engouement qu’a connu le Velib’ a Paris l’été dernier…

 

 

Alors Smartbikera, Smartbikera pas ?

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.