Hexagone Scène Nationale Arts Sciences - 20 ans de jumelage et d'EAC

Discours prononcé le 30 mai 2015,

pour la semaine consacrée aux collégiens et lycéens dont les 11 établissements sont jumelés avec la Scène Nationale Arts Sciences.

 

Il faudrait que je remercie tout le monde, mais comme je n'ai que cinq minutes, je vais faire des remerciements généraux...Il faudrait que je vous parle du volontarisme de l'Hexagone en matière d'éducation artistique et culturelle. Il faudrait que je vous parle de nos méthodes de travail. Il faudrait que je vous parle de nos recherches sur les méthodes de travail.

Il faudrait que je vous parle de ce que le jumelage a favorisé, de ce qu'il a fait naitre...des artistes, mais aussi des projets comme Théâtre à la Page, la Transversale des Réseaux Arts Sciences avec les territoires de Nantes St Nazaire, de l'Essonne et de la Diagonal de Saclay, de Creil, de Lyon...

Il faudrait que je vous parle de l'invention du quotidien, du maillage que vos professeurs, en partenariat  avec Cécile Guignard, Anne Bignon, Magalie Crouzet, l'équipe des relations avec le public, l'équipe technique et l'ensemble du personnel de l'Hexagone, imagine entre les artistes, les oeuvres et vous, et avec tous les acteurs des différents partenaires publics qui font que tout cela est possible, les établissements, les ministères, le département, la région.

Il faudrait que je vous parle de la transmission de ces méthodes, de leur identification et de leur partage avec d'autres acteurs à venir. 

Mais comme nous sommes dans une fin de semaine qui célèbre 20 années d'action, de jeu, de partage et d'échanges, je souhaite parler du temps long et avoir une pensée pour nos ancêtres, pour ceux qui ont permis que nous fassions ce que nous faisons.

Parce que, ce que vous faite chaque semaine fait partie de cette humanité qui préfère faire du théâtre que de faire la guerre. C'est cette partie d'humanité qui préfère faire confiance à l'humain, à la parole en acte.

3 siècles en arrière, il y a un peu plus de 200 ans, en 1794,  le premier personnage dont je veux vous parler c'est un allemand, on est en pleine révolution Française, Schiller écrit les "Lettres sur l'éducation esthétique de l'homme". Il défend alors l'idée que "c'est par la beauté que l'on s'achemine vers la liberté", il pense que "la civilisation inflige des blessures à l'humanité moderne". Il affirme qu'il est en notre pouvoir de " rétablir dans notre nature la totalité que l'articife de la civilisation a détruite", " de la restaurer par un art supérieur." 

Un siècle plus tard c'est Jean Macé qui crée à Paris "le magasin d'éducation et de récréation". Cette revue est les prémices des mouvements d'éducation populaire et de la naissance de la Ligue de l'enseignement en 1866.

Un siècle encore et nous retrouvons Benigno Cacéres. 1943, L'Ecole des cadres d'Uriage, ici juste à coté de Meylan, a été démantelée par Pétain et vidée par les nazis, Cacéres se retrouve à sillonner les maquis du Vercors avec pour seule arme une besace avec des livres qu'il apporte aux résistants, avec les idées pour l'après guerre. 

Est-ce qu'il y a des porteurs de livres dans les guerres actuelles du moyen-orient? Est-il possible de les aider?

Je ne sais pas. Mais c'est parce que nous nous sentons porteurs de cette histoire, porteurs des idées d'émancipations de l'individu et de ses groupes d'appartenance que nous faisons ce travail.

Emancipation, 

c'est à dire transmettre à chaque individu la capacité de s'abstraire des cadres de pensé hérités, de s'abstraire des formatages idéologiques quels qu'ils soient, de lui donner les capacités de penser et d'agir par lui-même. 

Et quand nous structurons notre action avec vous sur trois verbes d'action : Voir Faire Penser, c'est cela que nous faisons. 

Voir des spectacles, des oeuvres, s'approprier ce que produisent des chercheurs d'art...

Faire, être sur le plateau, s'emparer d'un texte, incorporer des attitudes, éprouver soi-même, devenir porteur de parole, mettre son corps en jeu...

Penser, faire le lien entre le geste et la parole, se concevoir sur le plateau, penser le plateau comme le monde, penser le monde.

Chaque génération doit se ré-approprier cette histoire, inventer ses propres manière de faire, chaque génération doit ré-inventer ses cadres de pensée. On attribue à Winston Churchill cette phrase : à un politicien qui lui demandait de réduire le budget de la culture pour le concentrer sur l'effort de guerre il répondait " mais alors pourquoi nous battons  nous?"

Année 60 du 20e siècle, après avoir créé à Grenoble la première troupe en province, après avoir créé le premier Centre Dramatique National à St Etienne, Jean Dasté, âgé, continue à sillonner la vallée du Rhône avec sa R8 pour transmettre infatigablement le théâtre.

Aujourd'hui la culture change de visage. Elle est indissociablement artistique, scientifique et technique.Et c'est un théâtre en phase avec ces évolutions que nous essayons patiemment de construire et de transmettre. 

Alors pour faire vivre cette histoire, parce qu'il faut croire fondamentalement à la vie et à l'humain, il faut transmettre et défendre les espaces de liberté et d'émancipation que sont les théâtres.

Soyez forts et joyeux!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.