Réconcilier art, culture et solutions nouvelles

Voir le film Demain est une bouffée d'oxygène. Il y a comme un décalage ahurissant entre ce qui se dégage d'humanité, d'aptitude à être Terrien dans les personnes qui racontent leur solutions et le flux quotidien mortifère de l'essentiel des médias. Mais où est le monde culturel dans le mouvement en cours?

Voir le film Demain est une bouffée d'oxygène et on ne saurait trop remercier Mélanie Laurent et Cyril Dion pour ce tour d'horizon dynamisant. Il y a comme un décalage ahurissant entre ce qui se dégage d'humanité, d'aptitude à être Terrien dans les personnes qui racontent leur solutions et le flux quotidien mortifère de l'essentiel des médias. 

"Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales que traversent nos pays?" Pari réussit et il semble indispensable aujourd'hui de renforcer ce type d'initiatives, de les partager, de les faire fructifier. Et l'on voit bien que la question n'est pas partisane, elle vient de ce que l'on appelle la société civile. Elle vient pour beaucoup aussi de scientifiques qui appliquent leurs connaissances à d'autres démarches de recherche, à un lien étroit entre connaissance et pratique, à une mise en citoyenneté de cette recherche / action.

En parcourant le site du film, en suivant les liens des partenaires et des amis du film, une chose est frappante: l'absence totale de structures culturelles ou d'artistes.

Le travail documentaire considérable que recouvre ce site, l'expression du fourmillement d'initiatives que cela représente montre qu'un autre monde se construit. Agriculture, nourriture, compostage, réparation et recyclage, banque, commerce de proximité, énergie, enseignement, économie... mais point de culture, pas d'artistes.

Au-delà des changements de pratique de vie (qui en soit sont de nouveaux traits culturels) ce qui ressort du film comme trait culturel c'est l'utilisation de l'anglais et de musiques illustratives dans un style "Nature et découverte". Mais loin de moi l'idée d'incriminer l'équipe du film. Ce que je retiens comme acteur culturel en quête de solutions nouvelles, persuadé qu'il n'y aura pas de changement sans symbolisation, donc qu'il n'y aura pas de changement sans artiste - quels qu'ils soient- ce que je retiens donc, c'est l'incapacité du monde artistique et culturel à apparaître dans ce renouvellement socio-politique et économique en cours.

Et pourtant je suis persuadé qu'une culture des solutions nouvelles ne peut se construire durablement qu'avec la présence d'artistes et d'acteurs culturels. Il y a là un chantier à ouvrir d'urgence, chantier pour les gens de culture en premier lieu pour comprendre la culture de ce mouvement émergeant. Certes l'espace n'est pas vierge, du hip hop à la poésie, du théâtre aux arts de la rue, du cirque à la danse, de l'art contemporain à la toile, les projets artistiques sont nombreux qui abordent ces questions ou s'en nourissent. Il me semble cependant qu'une connexion manque...

Antoine Conjard

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.