L'Édito de la saison 14/15 de l'Hexagone Scène Nationale Arts Sciences

Et si nous, femmes et hommes de ce 21e siècle, n’étions que l’enfant décrit par Colette dans l’Enfant et les Sortilèges : capricieux, irrespectueux, carrément méchant avec son environnement qu’il soit humain, technique ou naturel. L’homme rationnel énumérera les enjeux, l’artiste chantera les sortilèges…

Le monde se décrit de manière infiniment complexe, l’enfant sorti de la caverne ne peut plus être naïf, et les solutions du futur sont nécessairement techniques, donc humaines.
Le projet porté par l’Hexagone tente de permettre à des artistes et des scientifiques d’imaginer ensemble, de mettre le doigt sur les sortilèges de la rationalité, de redonner le sens du réel à la « pensée magique », dialogue incessant, équilibre instable où le détour par la fiction permet de mieux saisir la réalité.
C’est le sens du projet de l’Hexagone, être un lieu de contact entre des mondes qui pour de multiples raisons éprouvent de grandes difficultés à travailler ensemble mais sont nécessairement liés.

La rencontre entre les arts et les sciences, la technique qui en résulte, sont un des marqueurs puissants de l’identité européenne, pour le meilleur et pour le pire. La résolution des questions environnementales, sociales, économiques et politiques actuelles ne pourra se passer de techniques. L’Europe a donc de l’avenir !
C’est à cette construction que souhaite contribuer l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences, avec humilité face à l’ampleur de la tâche et avec l’ambition forte d’articuler actions locales et actions nationales et européennes. Agir local, penser global, mais aussi agir global.
Le théâtre ne peut pas tout, mais il doit être un maillon fort de l’éducation populaire, de l’éducation tout au long de la vie, une forme d’éducation à la contribution où l’émotion, comme l’indique son étymologie, met en mouvement l’âme et le corps, les âmes et les corps.

Et nous y sommes.
L’équipe de l’Hexagone a soulevé des montagnes comme l’illustrent les magnifiques images de Frédéric Mille, graphiste de cette nouvelle brochure.
Après un premier contrat d’objectifs avec l’État et les collectivités qui nous donnait pour mission, outre la création et la diffusion, de construire un dispositif de recherche ;
après une longue phase de maturation dans laquelle nous avons continué à inventer, imaginer, construire des partenariats — « Je suis les liens que je tisse » disait Albert Jacquard — Jacques Chevallier, président de l’Hexagone signe en 2014 une convention avec le ministère de la Culture, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le ministère de l’Économie, du Redressement productif et du Numérique, la Région Rhône-Alpes, le département de l’Isère, Grenoble Alpes Métropole et la ville
de Meylan.
Cette convention scelle le devenir Arts et Sciences de l’Hexagone. Elle renforce le soutien à l’Hexagone pour lui permettre d’évoluer vers « une structure de référence nationale favorisant la rencontre, la recherche, la création et l’innovation entre les arts, les sciences et les technologies ».

Selon les termes de la convention, une telle structure, inédite en France, s’appuyant sur un environnement scientifique et technologique particulièrement riche, aura vocation à :
— favoriser les interactions dynamiques entre création artistique, recherche scientifique et technologique, innovation, éducation, développement culturel et économique ;
— développer une offre de recherche, de création et de diffusion qui sollicite tous les domaines de l’art (les différentes disciplines du spectacle vivant, les arts plastiques, les arts numériques…) et de la science (sciences de l’univers, sciences humaines, technologies…) ;
— déployer son action et diffuser ses savoir-faire dans le cadre régional, national, européen et international ;
— mener un travail de réflexion sur les outils pédagogiques et d’action culturelle propres au champ de la relation entre arts et sciences.
À l’heure où la quête de nouvelles formes politiques agite nos sociétés, parions que la recherche artistique, la recherche scientifique, les innovations technologiques seront l’appui d’innovations sociales. C’est ce à quoi souhaite contribuer l’Hexagone, futur Centre National Arts Sciences.

Cette saison en est l’expression. L’aventure de l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences continue, soyez-en les spectateurs, soyez-en les acteurs !

Antoine Conjard

Directeur de l’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences – Meylan

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.