Antoine Mariotat
Précaire typique : salarié à temps partiel d'une entreprise de services.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 févr. 2015

L'argent, le sang et les lobbies pharmaceutiques

C’est en lisant plusieurs articles (Le Figaro Economie et FranceTVinfo notamment ) que j’ai découvert cette information. Depuis le 2 février 2015, l’Etablissement Français du Sang n’est plus en situation de monopole pour la collecte et la commercialisation des produits sanguin (sang, plasma et plaquettes).

Antoine Mariotat
Précaire typique : salarié à temps partiel d'une entreprise de services.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est en lisant plusieurs articles (Le Figaro Economie et FranceTVinfo notamment ) que j’ai découvert cette information. Depuis le 2 février 2015, l’Etablissement Français du Sang n’est plus en situation de monopole pour la collecte et la commercialisation des produits sanguin (sang, plasma et plaquettes). Le Figaro s’empresse alors de faire allusion dans son titre à une éventuelle rémunération des donneurs dans un avenir proche.

Pire encore, depuis juillet dernier l’Etablissement Francais du Sang (EFS) a déjà perdu l’exclusivité de la commercialisation de l’un de ses trois Plasma thérapeutique en faveur d’un grand groupe pharmaceutique, avec la bénédiction du Conseil d’Etat. Le loup est déjà dans la bergerie. Devant ce constat accablant, il faut plus que jamais soutenir l’EFS. Il importe plus que jamais de comprendre ses missions, et les raisons qui ont conduit à sa création suite à l’affaire du sang contaminé. 

Du danger de rémunérer la collecte

De fait, l’EFS n’étant plus en situation de monopole sur la collecte, d’autres opérateurs sont à même de se développer pour opérer de même. Ainsi dans une logique concurrentielle, et dans un objectif de rentabilité, il est possible dans un avenir proche que ces nouveaux modes de collecte choisissent de rémunérer les donneurs afin de les attirer en plus grand nombre.

A l’instar de nombreux autres pays tels que l’Allemagne ou les États-Unis, l’article du Figaro dessine un avenir ou le don se monnaierait 50 €. Il n’y a qu’a lire les commentaires de l’article pour s’assurer que ce changement serait très populaire parmi le public, dans un contexte de crise et de de difficultés financières. 

Pourtant, rémunérer le donneur, c’est nuire à la qualité du produit collecté. En effet devant l’appât de la compensation pécuniaire, la sincérité du donneur face aux conditions du don devient biaisée. Dans l’état actuel des choses, le don est un acte bénévole de générosité. Cette seule condition est à même de garantir la sécurité du donneur et du patient receveur.

Concernant la sécurité du donneur, avec la multiplication des opérateurs de collectes, cherchant à attirer des donneurs motivés par l’argent, il devient impossible de contrôler avec efficacité le nombre de dons fait par une même personne. Dès lors des personnes en grande situation de précarité peuvent de multiplier les dons, sans respect des temps de repos entre chaque don, et du nombre de dons maximal pour une même période. Sous la contrainte de difficultés financières nombreux seraient ceux, qui au détriment de leur propre santé, se tourneraient vers le don afin de récolter quelque argent. 

Le risque est accru pour les receveurs. Un donneur dissimulant un état de santé incompatible, ou passant sous silence une situation qui motiverai un ajournement du don ferait courir un risque énorme pour les patients qui bénéficient de ces thérapies.

Je m'imagine devant le médecin lors de l’entretien: à la question “avez vous changé de partenaire au cours des quatre derniers mois ?” Si j'ai couru un risque par manque de protection, ni n'avoir encore fait de dépistage… C’est mon affaire. Mais pourquoi faire courir ce risque aux autres. Alors puisque le frigo est désespérément vide, mentirais-je médecin ? Un patient dont la vie dépend de transfusions mérite t’il de voir ses chances de survie réduites a cause de la situation de mon compte bancaire ?

C’est cette question que nous devons tout nous poser. Que feriez vous dans une telle situation ? Tiraillé entre la volonté de sincèrement bien faire, et celle d’empocher une somme qui peut représenter beaucoup, surtout lorsqu’on vit avec très peu. C’est parce que qu’il n’incombe pas au donneur de faire ce choix que c’est l’EFS qui fixe les contres indications aux dons. Et c’est parce que le don constitue un acte gratuit motivé par la seule générosité du donneur qu’aucun enjeu, et surtout pas financier, ne vient interférer dans cette décision.

L'éthique à l'épreuve de la rentabilité

Le Figaro présente cependant un argument selon lequel le don rémunéré revient mois  cher que le don bénévole, à cause notamment des coûts de campagne. Encore une fois des considérations pécuniaires interviennent face à un besoin en produits sanguin, vitaux pour certains patients. A cet effet, l’EFS rappelle sur son site les valeurs de la transfusion sanguine.

Quand bien même il sera toujours nécessaire de mobiliser les français par de larges campagnes en faveur du don,  il n’est nul besoin de s'inquiéter de la générosité de nos concitoyens. Ils ont en 2012 donné plus de 2 millards d’euros à diverses oeuvres et associations. L’EFS quant à lui à réussi à attirer 1 625 735 donneurs en 2013 pour un total de 2 833 351 dons (sang total, plasma, plaquettes) pour couvrir les 10 000 dons quotidiens nécessaires auxquels s’ajoutent les pics saisonniers de besoins. (Source Communiqués de Presse EFS)

Le modèle français peut s’enorgueillir de fonctionner parfaitement. Il faut certes rester attentif à ce que les stocks ne diminuent pas, notamment pour les produits à courte durée de conservation, mais c’est une mission dont l’EFS s’acquitte très bien depuis sa création.

Le Sang et la vertu

L’Etablissement Public Administratif de l'EFS, seul forme à même de garantir la qualité du service public en faveur des valeurs de la transfusion sanguine telles que que définie par la loi (voir plus haut) est à défendre ardemment.

Déjà en situation de concurrence suite à la décision du Conseil d’Etat d’autoriser un produit concurrent du Plasma “SD” d’un laboratoire pharmaceutique suisse, il ne faut pas pour autant accorder aux intérêts privés l’ensemble de ces compétences, sous prétexte d'une brèche préexistante dans le monopole de l’EFS. Car c’est bien de santé dont il est question. La santé de patients atteints de pathologies dépendants de ces produits sanguins. Mais aussi la santé des accidentés en tout genre qui auront besoin de transfusions après une hémorragie. C’est une opposition totale à l’intérêt supérieur des patients qui est concédée au bénéfice d’intérêts privés.

Quid demain des autres produits biologiques et des tissus ? Actuellement sous la houlette de l’Agence de la Biomédecine, la greffe (et donc la gestion de la base de donneurs) de moelle osseuse, le don de spermatozoïdes ou d'ovocytes, et les greffes d’organes pourront demain être libéralisées au même motif de libre concurrence et de rentabilité. Alors même qu’il est question de produits issus de corps humains (post-mortem pour certains) et destinés à assurer la continuité de la vie.

Verrons nous apparaitre des tiers intervenants venant concurrencer les agences étatique au prétexte d’efficacité budgétaire, et au détriment de l’humanité des donneurs et de la sécurité des patients ?

Devrons nous réfléchir à deux fois lorsqu’un chirurgien nous préviendra qu’à l’issue d’une appendicectomie de routine, nous serons peut être ammenés a être transfusés en cas de complication, à l’aide de produits dont l’origine sera peu fiable puisque les donneurs auront été motivés par l’argent plutôt que la sincère générosité ?

Le don de sang deviendra t’il un complément financier pour les plus démunis au détriment de la propre santé du donneur ?

Ces sujets doivent nous faire réfléchir. Puisque le politique livre l’éthique transfusionnelle au public, le laissant seul face à des questionnement qu’ils ne devrait pas assumer. Puisque nous serons peut être confrontés nous même à ces problématiques. Serons nous les victimes ignorantes de ces dérives libérales ? 

Quand bien même l’EFS peut être pointé du doigt, notamment pour refuser systématique les donneurs homosexuels, il n’est pas question ici d’une simple ouverture à la concurrence. Ce n’est pas d’une banale licence de téléphonie mobile dont il est question, mais bien de produits biologique à usage thérapeutique. Les produits sanguins issus de la générosité du public, et destinés à sauver des vies ne doivent pas être comparés au marché des céréales, et doivent être traités avec la bienveillance et la compétence d’un service public non assujetti aux logiques rentabilistes et aux intérêts spéculatifs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo