Samuel Hayat : « Retrouver le trésor perdu de la République démocratique et sociale »

Dans cette interview à propos de la signification et des répercussions historiques des événements de 1848 (février puis juin), on déniche une réflexion sur le gouvernement représentatif et les différentes modalités possibles de la République.

https://loupetplume.wordpress.com/2015/03/31/samuel-hayat-retrouver-le-tresor-perdu-de-la-republique-democratique-et-sociale/

[...]

La rupture survient sur la distinction entre ce que vous appelez « représentation inclusive » et « représentation exclusive ». Pouvez-vous expliquer ce que vous entendez par ces termes ?

Au cœur de l’opposition entre ces deux républiques, il y a le problème de la représentation du peuple : est-ce que l’Assemblée, élue au suffrage dit universel (mais qui continue à exclure les femmes), aura les mains libres pour agir, y compris pour revenir sur les promesses faites au peuple parisien en février 1848 ? On est alors dans ce que j’appelle la représentation exclusive : les représentants monopolisent la décision politique et excluent le peuple. Ou bien est-ce que les élus du peuple devront toujours se soumettre au contrôle des représentés, ce qui suppose de trouver des moyens d’organiser ce contrôle ? On est alors dans une forme inclusive de représentation et de citoyenneté, où les citoyens représentés sont inclus dans les processus de décision.

Il n’était pas écrit à l’avance que l’Assemblée nationale serait l’institution maîtresse de la représentation. Beaucoup s’est joué, dans la définition des institutions de représentation qui se sont prolongées jusqu’à notre système politique actuel, durant ces quelques mois du printemps 1848. Le système de la représentation exclusive, qui considère les citoyens uniquement comme des électeurs, s’est imposé après un rapport de force. L’idée de République a alors incorporé les principes du gouvernement représentatif, théorisés sous les monarchies parlementaires, alors qu’elle avait été construite contre ce système jusqu’en 1848.

[...]

Quel autre système aurait pu voir le jour à l’époque ? Quelles étaient les propositions, les revendications des républicains authentiques d’alors ?

L’expression « République démocratique et sociale » résume l’attente de ces républicains, l’émancipation à la fois politique et économique du peuple, c’est-à-dire des travailleurs. Cela veut dire plusieurs choses. D’abord, il faut une soumission des autorités élues au contrôle permanent de leurs mandants et une participation constante, au moins potentiellement, de tous à toutes les affaires : non seulement la législation, mais aussi le maintien de l’ordre, la gestion de l’économie, etc.

Ensuite, dans la perspective d’une République sociale, il faut remplacer le système du salariat, vu alors comme l’exploitation de l’homme par l’homme, par un système d’association, au sein de chaque industrie, puis entre toutes les industries. Le détail des propositions diffère selon les acteurs, par exemple sur la question du rôle de l’Etat, mais l’idée d’association est alors au cœur de tous les discours en faveur de la République démocratique et sociale.

[...]

Le tirage au sort peut-il être un moyen d’y arriver [au dépassement du régime représentatif actuel, absolument plus démocratique] ?

Le tirage au sort a clairement des mérites égalitaires, mais il faut sortir du fétichisme institutionnel. C’est la société qu’il s’agit de changer, et ce n’est pas une réforme dans le mode de sélection des gouvernants qui y suffira.

Par ailleurs, s’il ne faut pas sous-estimer les effets aristocratiques de l’élection, il ne faut pas non plus oublier que cette procédure crée un lien de représentation entre élus et électeurs. Or ce lien est à double tranchant : il peut être utilisé pour justifier la monopolisation du pouvoir par les gouvernants (« vous m’avez élu, je parle à votre place ») ou au contraire la contestation de ce monopole par les gouvernés (« on vous a élus, vous êtes soumis à notre contrôle »). Les logiques du gouvernement représentatif relèvent du premier registre, mais il ne tient qu’à nous de chercher les moyens d’activer le second, plutôt que de se débarrasser des élections. Face à l’échec du gouvernement représentatif, il faut à mon sens non pas éliminer la représentation, mais en multiplier et en radicaliser les formes.

Comment, à travers ces espaces pluriels de représentation, éviter le communautarisme et l’approfondissement des fractures entre les différentes parts de la population ? Ne tenez-vous pas à l’idée d’universalité des citoyens ?

L’« universalité des citoyens » est une expression-clé de la République modérée en 1848 : elle consiste à figurer le peuple comme une collection d’individus électeurs, tous semblables, tirant leur universalité de leur absence de trait spécifique. Puisque seule l’universalité des citoyens est souveraine, alors toute expression directe d’une partie seulement des citoyens est une usurpation, et le peuple doit se taire entre deux élections. On trouve bien aussi l’expression « universalité des citoyens » dans la très démocratique Constitution de 1793, mais elle est alors liée à la participation directe des gouvernés dans les assemblées primaires, ce qui modifie considérablement la donne.

Plus profondément, cette figure est mensongère. C’est la clé du discours de la République démocratique et sociale, et plus largement du mouvement ouvrier au XIXe siècle : tant qu’il y aura de l’exploitation, toute prétention à englober le peuple dans une « universalité des citoyens » sera factice. Elle dissimulera l’existence d’une classe de privilégiés, la bourgeoisie, une aristocratie qui vit du travail d’une autre classe, le prolétariat. C’est ce que l’on lit dans les journaux ouvriers en 1830, en 1848, sous la Commune, chez les fondateurs du syndicalisme révolutionnaire. Le but du mouvement ouvrier, et de toute politique d’émancipation, n’est pas d’éviter les fractures, c’est de les mettre au jour, de les politiser. C’est par le conflit entre « communautés » inégales que se réalise une politique d’égalité, pas dans l’unanimité factice de l’universalité des citoyens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.