Accord Microsoft-Éducation nationale

À la surprise générale, l'Education Nationale a signé un accord large avec Microsoft qui vise à consacrer la multinationale américaine comme fournisseuse de divers services à destination des enseignants comme des élèves (prestations technologiques, mais aussi formation des personnels aux outils... Microsoft bien sûr).

L'accord est présenté officiellement (?) sur le blog de Vallaud-Belkacem. La lecture des nombreux commentaires qui y ont été postés montre une réaction largement négative du public intéressé. Un ensemble d'organisations (allant de l'APRIL à divers syndicats) a émis un communiqué pour dénoncer l'accord.

Pour aller plus loin, on pourra lire l'article publié par Framasoft, célèbre association de promotion du logiciel libre. Extrait :

« C’est depuis les années 1970-1971 que le gouvernement français élabore et met en œuvre des plans informatiques (« numériques » dit-on aujourd’hui) pour l’Éducation Nationale. L’année la plus marquante, qui a fini par introduire vraiment des ordinateurs entre les murs de nos écoles, ce fut 1985 avec le lancement du plan Informatique Pour Tous (IPT) par L. Fabius.

La firme Microsoft a petit à petit avancé ses pions au cœur de l’Éducation nationale et, depuis lors, nous assistons à des accords réguliers entre le ministère et Microsoft, chiffrant l’usage de ses produits à plusieurs millions d’euros à chaque fois… avec un succès pour le moins mitigé. À tel point que les citoyens se sont récemment mobilisés autour de cette question en plébiscitant l’usage de logiciels libres dans les services publics lors de la consultation numérique initiée par la ministre Axelle Lemaire.

Et pourtant, comme un pied de nez à cette consultation, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a signé pas plus tard qu’hier un énième accord avec Microsoft. 13 millions d’euros pour s’assurer que les collégiens et collégiennes utilisent quotidiennement des logiciels et comptes Microsoft (quitte à fournir les tablettes). Cet argent servira donc à épier le comportement des élèves (pour leur fournir un « service personnalisé ») ainsi qu’à la formation de leurs enseignant-e-s à ces logiciels privateurs. »

Microsoft Yeah! Microsoft Yeah!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.