Le Grand Parti de France, LA solution ?

Ne serait-ce pas plus simple de donner le choix aux citoyens de choisir le sytème économique et social dans lequel il veulent vivre ? Après tout chiche, faisons cohabiter capitalisme et marxisme. La perspective est interessante voir pas si complexe.

D'un côté optimiser un néo-libéralisme allégé de charges au profit des salaires mais socialement moins sécurisé, et de l'autre un système collaboratif basé sur la copropriété d'usage des entreprises et une mutualisation de son PIB.

N'est-ce pas là une bonne manière de faire vivre côte à côte deux modes de vie qui se complètent ?

On peut ainsi prouver par les faits que tous les systèmes fonctionnent dans la mesure où ils conviennent aux personnes qui les pratiquent.

N'est-ce pas aussi simple que cela ?

Puisque nous avons d'une part des personnes se revendiquant du libre échange et animés par le challenge capitaliste. Et d'autre part des individus laissés en marge rêvant de fonctionner dans la collaboration. Pourquoi ne pas donner aux deux ce qu'ils demandent ?

Il nous reste alors à dresser la ligne politique commune :

 

_Placer l'épanouissement personnel des individus au centre de toute décision politique.

_Hégémonie des processus de production écologique.

_Assoir notre civilisation en assurant la transmission des connaissances inter-générationnelles.

 

Pour ce faire nous avons besoin de plusieurs entités nouvelles :

 

ENTITES POLITIQUES

_Une constitution écrite par les citoyens et protégé par une assemblée constituante de citoyens.

_Une sénat populaire qui valide ou non les lois votés par le parlement.

 

Ces deux structures assurent le contrôle du bienfondé des budgets et des lois proposées, de leur respect du processus central d'émancipation individuelle et commun.

 

ENTITES ECONOMIQUES

_Souveraineté monétaire à conjuguer dans un accord Européen (Monnaie commune/devise nationale ?).

 

Permet la gestion de l'inflation et d'assurer les politiques d'investissement.

 

 

ENTITES SOCIALES

_Un an de service civique et international obligatoire.

 

Tout citoyen se doit entre 18 et 25 ans de s'occuper durant six mois (fractionnés ou non) des retraités de notre pays. Assurant ainsi la transmission inter-générationnelle et la réduction de l'isolement des personnes âgées.

Aussi de partir six mois à l'étranger dans un projet d'étude ou humanitaire afin de découvrir d'autres horizons ou de renouer avec des racines familiales. (Deux formidables outils pour tisser du lien social et réduire le racisme)

 

_Les instances de coercitions des activités humaines.

 

Elles s'occupent dès l'école de déceler les talents individuels et de les optimiser avec une orientation précoce.

Elles sont en charge d'une orientation permanente des citoyens tout au long de leur carrière. Elles assurent le bon accompagnement pour chaque projet personnel ou collectif. (Un pôle-emploi puissance 10?)

 

 

Je peux me tromper mais j'ai vraiment l'impression de faire ici des propositions qui tombent sous le sens, d'enfoncer des portes ouvertes qui pourtant n’existent pas dans les débats. J'arrive même assez mal à concevoir ce qui nous empêche de le faire.

Ah si je sais, aucun parti politique n'a ce programme. Alors devrions nous, sur une base citoyenne construire ce parti du libre système ? Du libre devenir, une sorte de Grand Parti de France, je me pose très sérieusement la question !

Un parti où l'on prend en compte toutes les bonnes recettes, où l'on se concentre sur les idées, les solutions, plutôt que sur la critique des problèmes et les guéguerres partisanes. Où l'on a prit conscience que la France c'est droite ET gauche, que chacun est le bienvenu comme il est parce qu'il a le choix du système dans lequel il se reconnaît le plus.

Ne serait-ce pas là créer un vrai parti démocratique ? Tout propre, tout neuf, loin de nos actuels représentants. Ne serait-ce pas l'occasion pour nous de reprendre la main intelligemment, en douceur mais avec ambition ?

Si ça vous dit, alors allons y gaiement !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.