Antoine-Xavier DANDONNEAU
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2014

Les Français sont-ils des cons ?

Antoine-Xavier DANDONNEAU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais que ce passe t'il en France ? Pourquoi sommes nous si calme ? Pas un jour ne se passe sans que notre indignation n'augmente et pourtant, il semblerait que presque tout le monde s'en fout.

<!--break-->On nous bassine de FN et de Soral à longueur de journée comme des sorcières à pourchasser, tel deux arbres frêles qui cachent la forêt. Mais pas un mot sur le salaire universel à vie, sur la propriété d'usage plutôt que lucrative, de l'état ctastrophique du moral des Français. Non ce qui importe c'est le mariage pour tous, le choc des civilisations, sommes nous trop antisémite ou est-ce que les islamistes vont nous attaquer... ?<!--break-->

La politique au sens noble du terme, celle qui nous unie autour de convictions et de personnes en qui l'on a confiance a disparue. Les plus beaux et sincères des programmes ne parviennent plus à faire mouche : le M6R de Jean-Luc Mélenchon d'un côté tout comme l'Ananassurance de Dieudonné de l'autre, peinent chacun à réunir 100 000 personnes.

On aurait pu penser que de proposer aux Français de reprendre le pouvoir (ou sa souveraineté) par une assemblée constituante ou en attaquant de front les compagnies d'assurance mobiliserait des millions de personnes en difficultés, écoeurées de ce système financier et politique. Mais il n'en est rien.

Rien, voilà le mot qui colle le mieux à la France d'aujourd'hui, un lieu ou l'individualisme et la recherche du profit ont remplies d'avantage le cœur des hommes que l'amour et l'épanouissement personnel.

Jesus doit s'en arracher les clous de sa croix de nous voir toujours aussi cons deux mille ans plus tard.

Le XXème siècle était alors porteur de miracles sociaux et culturels et l'on aurait pu croire là aussi que nous continuerions dans ce sens mais mince, encore raté.

Les batailles d'égos n'en finissent plus et les mêmes sons de cloches raisonnent en permanence à gauche comme à droite, plus personne n'y croit.

On connait la musique et on sait quoi faire pour que tout aille mieux, les systèmes économiques et politiques existent mais qui va les porter ?

La défiance envers nos dirigeants est telle qu'il faut bien s'y résigner, que l'on soit gauchiste ou réactionnaire, on ne convint plus personne. Ou du moins trop peu pour faire naitre un projet collectif global.

La révolution tel que nous la connaissons ne se reproduira pas ; une immense majorité des Français n'ont pas envie d'entrer dans la violence et c'est pour le coup une sagesse collective que j'approuve.

C'est donc un mal silencieux, humble, tapis dans les tréfonds de notre patience que la colère gronde.

Nous savons Messieurs les politiciens, Banquiers et grands patrons ce que vous faites et nous savons que nous en sommes complices mais notre espoir semble tenir bon, sinon nous vous aurions déjà pendu.

L'espoir idiot et aveugle certes de vous considérer comme de simples êtres humains pétris des mêmes faiblesses que les nôtres, d'avarice, de pouvoir, de domination et d'égoïsme, mais sachez désormais messieurs (et mesdames) que ce n'est point notre bêtise qui vous intronise encore aujourd'hui mais bien notre sagesse.

Si vous n'avez suent évoluer au fil des générations, vous passant ainsi le flambeaux de vos croyances, nous avons de notre côté compris comme une femme qui laisse son coq de mari parader, qu'il valait mieux vous laisser faire pour que vous nous foutiez la paie.

Depuis lors plus de guerre en Europe mais un désenchantement permanent de vos institutions, de plus en plus jeunes nous prenons conscience du non-sens de notre condition d'esclaves déguisés en employés, nous ne sommes plus près à nous sacrifier pour vous comme nos parents l'ont fait.

Tout bouge vite désormais et l'information fuse, traverse les esprits et les forge comme jamais, le savoir est partout, autant que notre aliénation est fidèle.

Nous verrons alors bientôt notre nouvelle génération émerger dans ce lot de contradictions et de ce dont elle est porteuse. J'ose y sentir la force des convictions et l'envie profonde de rompre avec des siècles de violences armées puis psychologiques, nous verrons bien de quoi nous somme capable.

Je vous laisse alors déguster ce livre qui est ma bible : http://www.fichier-pdf.fr/2014/04/26/bernard-friot-l-enjeu-du-salaire-2012/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin