Les appareils et accessoires de la gouvernementalité algorithmique

La "gouvernementalité algorithmique" ne repose pas tant sur des machines qui "fabriquent" des choses, que sur des interfaces cognitives, qui nous font faire des choses ou au contraire éloignent de nous la possibilité de ne pas faire des choses.

La "gouvernementalité algorithmique" ne repose pas tant sur des machines qui "fabriquent" des choses, que sur des interfaces cognitives, qui nous font faire des choses ou au contraire éloignent de nous la possibilité de ne pas faire des choses. Ces dispositifs technologiques deviennent des "appareils de gouvernement" (c'est Bernard Stiegler qui parle d'"appareils", évoquant le phénomène de prolétarisation accompagnant la sous-traitance de nos fonctions cognitives à ces systèmes informatiques). Ces appareils de gouvernement font de nos "puissances" (ce que nous pourrions faire, ce que peuvent nos corps, nos capacités), leur cible principale.

Illustration: 

http://www.numerama.com/magazine/23570-apple-et-microsoft-veulent-rendre-l-homme-bien-sage-et-docile.html

Les enjeux ? A rendre matériellement impossibles des comportements qui n'étaient précédemment "que" légalement prohibés (norme juridique) ou socialement mal vus (norme sociale), on accroit l'effectivité des normes. Que perd-t-on ? La possibilité de contester et de désobéir à la norme, fût-elle illégitime, injuste, ou inutile. Comment celà: parcequ'en "s'enfonçant" dans le code informatique, la norme gagne en invisibilité (elle n'est plus perçue, par le grand public, comme une norme décidée et imposée, mais vécue comme une contrainte technique) autant qu'en effectivité (elle devient de plus en plus difficile à contourner). Elle affecte "automatiquement" et "par défaut" les comportements des personnes. L'effet qui en résulte est une rigidification des normes, leur immunisation par rapport aux diverses formes de critique (sur l'impact de la gouvernementalité algorithmique sur les conditions de la critique: http://works.bepress.com/antoinette_rouvroy/44/).

Concrètement, le "rêve gouvernemental" de changer les hommes par la technologie numérique est la raison d'être du Persuasive Technology Lab. de Stanford University : http://captology.stanford.edu/

Allez voir, leurs projets ( http://captology.stanford.edu/projects )... ça vaut vraiment le détour. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.