Antonin Cohen
Professeur des universités en science politique
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 avr. 2019

Servir l'extrême-droite sur un plateau

L'extrême-droite fait de l'histoire de la construction européenne un cheval de Troie dans son combat politique. Et elle a un « plan média ».

Antonin Cohen
Professeur des universités en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’extrême-droite est là. Elle s’est imposée au Royaume-Uni, en Allemagne, en Pologne, en Italie, ou encore en Andalousie, et bien sûr en France. Elle emporte des victoires électorales. Elle est invitée à débattre sur tout sujet. Elle fait campagne. Ainsi, la contre-histoire est devenue son nouveau cheval de Troie. Elle investit le Parlement européen. Elle interrompt les colloques de l’École des hautes études en sciences sociales. Et bien sûr elle pérore sur les plateaux de la radio-télévision.

La voilà qui fait sa tournée. Elle était ignorante. C’est donc un complot. Il aurait été une fois un obscur agent de la CIA qui aurait soufflé à un renégat en uniforme de livrer la patrie à un haut dignitaire nazi. Tous portent les masques d’hommes d’État bien connus. Un cercle caché dicterait depuis lors son protocole à tous leurs successeurs. Ainsi aurait-il fallu une enquête héroïque pour arracher ces quatre vérités aux archives secrètes et aux silences des universités. Alors ? À la télévision, à la radio, dans la presse, en boucle.  - « M’enfin ?! » - Vous me dites que historiens et étudiants savaient déjà tout cela ? C’est donc un complot ! Vous me dites que je plagie, pille, pompe, détoure, détourne, dévoie ? C’est donc que c’est vrai ! Vous me dites que l’agent de la CIA n’était pas un agent de la CIA, que le haut dignitaire nazi n’était pas un haut dignitaire nazi ? C’est donc vous qui mentez.

Tels sont les faux maîtres du haut-château. Une histoire parallèle s’insinue dans les replis des mémoires collectives. Elle y pénètre par la voie des ondes. Elle ouvre les portes d’une autre société.

L’extrême droite n’a pas de visée historiographique. Elle ne veut pas entrer dans le procès de véridiction. Elle ne veut pas véritablement discuter. Elle vise autre chose. Autre chose que les laborieuses contraintes argumentatives de la production historiographique ne peuvent lui offrir. Quelque chose que seule une enceinte médiatique permet d’atteindre. Un lieu hautement sélectif, exclusif même, où la parole porte, où les auditeurs se comptent par centaines de milliers, où les téléspectateurs se comptent par millions : le plateau. Pour quoi faire ? Pour donner un écho à ce qui est son « vrai livre », non pas une histoire de quoi que ce soit, mais une vision du monde, europhobe, xénophobe, islamophobe, homophobe. Une cosmodicée.

Aujourd’hui, cette idéologie n’est pourtant pas portée isolément. Elle est produite par des maisons d’édition, autrefois connues sous des noms prestigieux. Des maisons d’édition qui se vantent de tirer des bénéfices du dévoiement de l’historiographie, et du dévoilement du protocole. Des maisons d’édition auxquelles leur propre histoire ne semble donc pas avoir servi de leçon. Je Suis Partout ! Voilà bien l’ubiquité recherchée. Le plan média. Le vrai contrat signé avec l’extrême-droite.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel

La sélection du Club

Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart