Antton Rouget
Journaliste à Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2020

Le « bon bandit » Lucio Urtubia est mort

Lucio Urtubia est décédé le 18 juillet à Paris à l’âge de 89 ans. Après avoir fui le franquisme, ce militant libertaire, maçon le jour, a consacré ses nuits et week-end à confectionner des faux papiers et documents bancaires pour aider les peuples opprimés.

Antton Rouget
Journaliste à Mediapart

L’un des plus grands faussaires du XXe siècle, le militant révolutionnaire Lucio Urtubia est décédé, le 18 juillet 2020 à Paris, à l’âge de 89 ans, laissant derrière lui une vie épique d’engagements dans la défense des peuples opprimés. Ses obsèques se tiendront vendredi 24 juillet, au cimetière du Père Lachaise.

Après avoir fui, en 1954, l’Espagne franquiste où il avait été condamné aux travaux forcés, Lucio Urtubia, né en Navarre dans une famille modeste, s’est spécialisé dans la confection de faux documents en tous genres, des papiers d’identité, des chèques ou même des billets de banque pour aider de nombreuses causes révolutionnaires, sans en tirer un profit personnel. Ce qui lui vaudra une réputation mondiale, adossée aux surnoms de « bon bandit » ou de « Zorro basque ». Des documentaristes, biographes et auteurs de BD ont retracé les combats de ce « Robin des bois des temps modernes ».

© Capture d’écran La Sexta

Ouvrier carreleur, Lucio Urtubia, qui a toujours souhaité continuer à travailler, s’adonnait à ses missions clandestines le soir et le week-end. Compagnon de route de « Quico Sabaté », militant anarchiste assassiné en 1960, des mouvements de libération nationale et de décolonisation, il côtoya aussi Eldridge Cleaver, leader des Black Panthers, Albert Camus ou encore Henri Cartier Bresson.

En 1962, c’est Ernesto Guevara qui vient le rencontrer dans un salon de l’aéroport d’Orly. Lucio a un projet à proposer à celui qui est alors ministre de l’Industrie à Cuba : le faussaire veut « inonder le monde de milliers de faux dollars pour financer la révolution et ruiner l'Amérique ». Le Che repart à la Havane avec des échantillons de faux billets, mais renonce finalement au projet.

Lucio Urtubia avec le Che. © Archives personnelles

Huit ans plus tard, Lucio Urtubia se fait arrêter alors qu’il réalise son plus gros coup d’éclat : la reproduction de milliers de chèques pré-imprimés (traveller's) de la First National City Bank. Le butin est évalué à près de 20 millions de dollars.

Incarcéré pendant six mois, Lucio Urtubia entame des négociations, avec son avocat Roland Dumas, avec la banque américaine. Il finit par trouver un accord, en échange du retrait de la plainte. « Je leur ai donné les plaques d'imprimerie et ma parole que je ne copierais plus leurs chèques. Mais contre une somme d'argent pour le mouvement », expliquera-t-il plusieurs années plus tard.

Ses activités illégales lui vaudront d’autres séjours en prison. En 1974, Lucio Urtubia avait déjà été arrêté après avoir été accusé, avec son épouse Anne Granier, de complicité dans l’enlèvement de Balthazar Suarez, représentant de la Banque de Bilbao à Paris. Il fut incarcéré à la prison de la Santé quelques mois avant d’être acquitté lors du procès en 1981. En 1976, Urtubia est aussi assigné à résidence pendant cinq jours à Belle-Ile-en-Mer, en compagnie d’autres anarchistes et indépendantistes basques, à l’occasion de la venue du roi d’Espagne Juan Carlos en visite officielle en France.

De ses séjours en prison, le militant conservait une profonde révulsion de tout système carcéral. Malgré le poids des années, Lucio Urtubia a continué à aider, jusqu’aux derniers instants de sa vie, de nombreuses familles de détenus depuis l’espace « Louise Michel » qu’il a fondé à Paris en 1997.

  • Sa biographie dans le « Maitron » est consultable ici.
  • Lucio Urtubia a aussi publié son autobiographie, Ma morale anarchiste (Les Éditions libertaires), en 2005.
  • Un documentaire retraçant sa vie, « Lucio », est sorti en 2007.

L’engagement militant de Lucio Urtubio fait écho à celui d’un autre grand faussaire ayant exercé au XXe siècle, Adolfo Kaminsky (lire ce billet de blog sur l’exposition que lui a consacrée le musée d’art et d’histoire juive en 2019). Engagé dans la Résistance à dix-sept ans, Kaminsky, passionné de chimie, a travaillé pour la résistance juive, les ­services secrets de l’armée française jusqu’en 1945, avant de faire des faux papiers pour les indépendantistes algériens, des révolutionnaires d’Amérique du Sud et des mouvements de libération du Tiers-Monde, ainsi que des opposants aux dictatures de l’Espagne, du Portugal et ­de­ la­ Grèce.

En 2016, The New York Times lui avait consacré ce documentaire :

The Forger | Times Documentaries | The New York Times © The New York Times

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la Nupes devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique