Fermeture des week-ends à l'IME Louis le Guillant de Villejuif

Témoignage d'un-e éducateur-trice de l'équipe d'internat.

En cette sortie, je l'espère, de pandémie, c'est avec gravité, amertume et dépit que je vous adresse cette lettre.

En effet, l'Institut Médico-Éducatif (IME) Dr Louis le Guillant vient de se voir amputer brutalement d'un de ses dispositifs qui composait, je dirai, son ADN depuis la création de l'établissement

L'internat recevant 41 jeunes en semaine sur 5 unités et selon les besoins, les projets, en moyenne 6 à 10 le weekend avec un retour possible le dimanche soir pour d'autres jeunes internes, le plus souvent à la demande des familles, est désormais fermé le weekend du vendredi soir au lundi matin

Il est désormais fermé sur décision des responsables de l'APAJH94 qui l'avaient annoncée pour septembre 2020, mais qui ont ordonné subitement sa fermeture fin mai

L'équipe d'internat a toujours été défavorable à cette fermeture et travaillait encore avec un mince espoir pour le maintien des weekends

Les jeunes, les familles et l'équipe se sont retrouvés du jour au lendemain face au fait accompli, au sortir d'une période, et c'est le comble, l'IME a été désigné par l'ARS du fait de son internat comme structure d'accueil d'urgence et de répit pour jeunes en situation de handicap dont les parents étaient soignants ou en obligation de travail... L'équipe de l'internat s'est mobilisée, à adapter ses horaires, a compris pour répondre à l'urgence, l'importance de maintenir l'internat ouvert pendant les vacances de printemps alors qu'il est habituellement fermé

Alors comprenez mon amertume, ma colère aussi et celle de mes collègues. Travaillant à l'internat je sais quelle place occupe ce dispositif, dans le parcours, l'accompagnement des jeunes et des familles. L'accueil des jeunes le weekend s'effectue selon le projet, les besoins de chacun. Ce n'est pas un lieu d'enfermement mais plutôt d'ouverture sur la société, la ville, sur le monde des loisirs et de la culture. C'est aussi un lieu pour grandir, pour se détacher peu à peu du milieu familial, vivre sa vie d'adolescent, pour se préparer à la vie d'adulte en foyer de vie ou d'hébergement. Mais c'est surtout , le seul internat de ce type sur notre secteur, assurant par l'ouverture le weekend une permanence pour des jeunes sans solution d'accueil familial, avec un dispositif et une équipe capable de répondre à des demandes d'accueil en urgence

Les effets de cette fermeture brutale et non concertée, ne se sont pas faits attendre. Pour exemple, un garçon de 9 ans sans solution familiale, ne savait pas encore le vendredi à 13 h dans quel foyer d'urgence ou maison de répit il allait être accueilli le weekend. Ce même garçon avait passé le weekend précédent dans une MECS des suspicions de maltraitance à son égard ont conduit à rechercher un autre lieu.

Je pourrais citer d'autres exemples, mais celui-ci est éloquent, une chose est certaine dans la logique de cette histoire, ce sont les jeunes cumulant handicap mental, physique et social qui payent le plus lourd tribut. est donc passé le médico-social ? est donc passé la bientraitance

Je n'y vois que maltraitance envers les jeunes, dont les rythmes et les repères sont souvent si lentement acquis et si fragiles

Je n'y vois que maltraitance envers les familles, qui viennent déjà d'être mises à rude épreuve après 3 mois de confinement, et qui n'auront plus droit au répit, plus droit à demander un accueil ponctuel le weekend suite à un accident de la vie

J'y vois de la maltraitance envers l'équipe d'internat, atteinte dans son identité, dans son projet d'accompagnement global et individualisé des jeunes qui est atrophié. Quelle ingratitude envers cette équipe qui a assuré 7/7 pendant la période du confinement

Cette fermeture des weekend, n'est qu'une des attaques dirigées vers l'IME Dr Louis le Guillant, d'autres se préparent, et vous l'apprendrez, je l'espère par d'autres voix qui viendront nous soutenir.

Oui, l'IME Louis le Guillant est en danger, et je voulais vous alerter, vous informer en prenant le temps de vous écrire

Lorsque j'ai été embauché comme éducateur-trice à l'internat de l'IME, le Directeur de l'époque m'a dit « il faut mettre de la vie, donner de la vie à ces jeunes » ; c'était une phrase toute simple, j'ai entendu « amener les à aimer la vie » et je crois que j'avais compris

Avec la fermeture des weekend c'est une part des chemins que nous prenions avec eux qui ne se prendront plus. C'est une part des temps vécus exceptionnels et partagés, les projets de séjours, de sorties diverses, de concerts....pour lesquels les jeunes et l'équipe s'enthousiasmaient qui ne se feront plus

Avec la fermeture des weekend, je vois aussi un risque majeur de sélection des jeunes, écartant ceux dont la gravité du handicap, de la situation familiale et sociale fera barrage à leur admission

Désormais, la vie s'arrêtera à l'IME le vendredi soir et ne reprendra que le lundi matin. Quel gâchis

Je m'aperçois que je parle ici au futur et pourtant c'est déjà fait...

 

Merci de votre attention 

 

contact : salaries.apajh94@gmail.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.