Apollinne
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juin 2021

Aux larmes, citoyens

Aux larmes, citoyens. Restez devant la télé. Ecoutons, écoutons. Le monde de l’argent. Qui abreuve nos écrans. Et qui abrutit nos enfants.

Apollinne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aux larmes, citoyens,

Restez devant la télé.

Ecoutons, écoutons,

Le monde de l’argent,

Qui abreuve nos écrans,

Et qui abrutit nos enfants.

Chers politiciens de tous partis, que se passe-t-il dans vos têtes ce soir ? Etes-vous satisfaits pour certains d’avoir gagné, tristes ou déçus pour d’autres d’avoir perdu ?

Je n’ai rien d’une politicienne, je ne me reconnais, malheureusement, aujourd’hui, dans aucun parti. Mais je tente pour quelques minutes de me mettre dans votre peau et votre cerveau. Je n’ai aucune ambition, sinon celle d’être quelqu’un de bien. Et si je ne prétends nullement la perfection, j’essaie de m’améliorer car dans ce que l’on donne à autrui, dans l’exemple que l’on donne à ses enfants, on se sent grandi, on se sent heureux parfois un instant apaisé.

Alors si j’étais politicienne aujourd’hui, gagnante ou perdante, je serai anéantie devant ce premier parti de France qui l’emporte haut la main et qui dit, par son mutisme, sa défiance et son dégoût vis-à-vis de nous.

Cette abstention qui crie silencieusement qu’elle ne souhaite plus se prêter à un jeu où le pouvoir et l’argent sont toujours les grands gagnants.

Ce vide dans les urnes qui renvoie aux idéaux creux, manipulatoires que l’on tente de faire avaler à nos concitoyens que l’on considère assez naïfs pour nous suivre avec des programmes reposant non sur des objectifs que nous portons avec loyauté et sincérité mais avec des programmes que nous portons avec l’ambition d’accéder à une place que vous convoitons.

Car que veut dire cette abstention, que mes concitoyens, c’est-à-dire, des hommes et des femmes qui sont censés être rassemblés, avec moi, autour des valeurs communes ne se considèrent pas impliqués ou s’estiment ignorés.

Que le processus démocratique est une mascarade, qui n’arrange que moi, et quelques-uns qui me ressemblent. Que  je ne suis pas à même de représenter dignement mes concitoyens. Des femmes et des hommes qui sont censés être mes égaux et dont je suis garante des libertés et de la dignité.

De tout ceci, je me sentirai salie, car j’aurais participé à la démolition d’un mot, depuis longtemps largement perverti, qui se nomme démocratie.

Allons mes amis, quasiment plus d’enfants impliqués dans la patrie, le jour du désespoir est bientôt arrivé. Nous avons tué la parole des jeunes qui ne se sentent plus impliqués. Nous avons laissé s’épuiser ceux qui souhaitaient s’investir ou nous contredire.

Bientôt nous ne serons plus inquiétés par un peuple qui a baissé les bras. Qui las, de nos préoccupations éloignées de sa réalité, que nous n’avons pas voulu prendre le temps d’écouter, a décidé d’abandonner.

Je me demanderai ce qu’apportent intrinsèquement nos idées que nous essayons d’imposer, de ces libertés que nous essayons de limiter, d’encadrer, que nous soumettons à notre bon vouloir et à nos injonctions contradictoires.

Et pour finir je me dirai qu’il est de mon devoir que ce système change, que ce n’est pas parce que cela est érigé en modèle qu’il faut le prendre et le conserver comme tel. Simplement parce que ça m’arrange.

Mais je ne suis pas une politicienne, je suis une simple citoyenne. Et me mettre dans votre peau et votre cerveau ne prend pas. Je ne comprends pas vos égos surdimensionnés et votre manque d’humanité.

Aux larmes, citoyens,

Restez devant la télé.

Ecoutons, écoutons,

Le monde de l’argent,

Qui abreuve nos écrans,

Et qui abrutit nos enfants.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique