Ishak, partie 2: l'agression

J'ai rencontré Ishak, jeune afghan de 14 ans, qui vit seul dans le bidonville, lors de son audition dans le centre juridique de "l'Appel de Calais" en vue d'une plainte pour l'agression qu'il a subi la nuit du 21 janvier dernier, par quatre membres d'une "milice".

Ishak, partie 2: l'agression © Christophe Ruggia

J'ai rencontré Ishak, jeune afghan de 14 ans, qui vit seul dans le bidonville, lors de son audition dans le centre juridique de "l'Appel de Calais" en vue d'une plainte pour l'agression qu'il a subi la nuit du 21 janvier dernier, par quatre membres d'une "milice".

Pourtant...

Dans une ordonnance du 2 novembre 2015, le juge des référés du Tribunal Administratif de Lille avait: « ordonné à l’état de procéder, dans un délai de quarante-huit heures, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département du Pas-de-Calais, en vue de leur placement. »

Pourtant...

Le 23 novembre 2015, le juge des référés du Conseil d’Etat avait « confirmé l’injonction faite au Préfet du Pas-de-Calais par le juge des référés du Tribunal administratif de procéder, à très bref délai, au recensement de ces mineurs, et de se rapprocher du département du Pas-de-Calais, en vue de leur placement. »

Ishak a fui l’Afghanistan il y a 6 mois dans le but de passer en Angleterre et d’essayer de retrouver son frère, dont personne n’avait plus de nouvelles depuis des années... 

Voilà le compte rendu le plus fidèle possible de son audition par Marianne Humbersot, coordinatrice du centre juridique.

Christophe Ruggia

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.