4 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2020

11 mai, 18h30: contre les violences policières, nous étions là

« Ce lundi 11 mai, l’une des premières mobilisations collectives du déconfinement aura donc été pour dénoncer le racisme endémique de l’institution policière (…) hérité du colonialisme français qui, lui, n’a pas été confiné. » 500 personnes étaient présentes lundi soir à l’Île-Saint-Denis. Communiqué du Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie, l’un des organisateurs de cette initiative.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

11 mai, 18h30 :

contre les violences policières, nous étions là

(Communiqué du Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie, l’un des organisateurs de la chaîne humaine)

Ce lundi 11 mai était le jour choisi par le gouvernement pour « déconfiner ». Ce lundi 11 mai, nous étions 500 à être présent·es sur le pont de l’Île-Saint-Denis.

Bien d’autres, de toutes les villes de l’hexagone, étaient présent·es en pensées à nos côtés.

Nous n’avons pas pu organiser la chaîne humaine dans le respect des gestes sanitaires telle que nous l’avions prévu (1) : et ce sont les forces de l’ordre qui nous en ont empêché·es, nassant une grande partie des participant·es devant la Mairie de l’Île-Saint-Denis.

Mais nous étions présent·es

Présent·es à l’endroit même où des policiers riaient des « bicots qui ne savent pas nager » dans la nuit du 26 avril dernier. La nuit où Samir, un homme égyptien, était brutalisé par ces mêmes policiers (2).

Rassemblé·es non loin d’une esplanade, toute proche, qui commémore le souvenir du 17 octobre 1961.

L’une des premières mobilisations collectives du déconfinement aura donc été pour dénoncer le racisme endémique de l’institution policière. Ce racisme hérité du colonialisme français qui, lui, n’a pas été confiné. De Béziers à Villeneuve-la-Garenne, il s’est traduit par de nombreuses violences policières. Les faits sont connus et documentés. Ils viennent s’ajouter aux inégalités sociales et aux discriminations racistes qui frappent au quotidien les quartiers populaires et plus encore au temps du Covid-19, alors que les populations qui y vivent et y travaillent sont en première ligne face à l’épidémie.

Cette mobilisation a été appelée par un large arc de forces ralliant à la fois les collectifs qui luttent activement contre les violences policières depuis des années, des élu·es de terrain et des organisations d’envergure nationale, politiques, syndicales et du mouvement social (3).

Cet arc de forces, nous contribuons à le construire depuis le 10 novembre dernier et la grande marche contre l’islamophobie. Nous continuerons à nous mobiliser dans les semaines et les mois à venir pour l’égalité, la justice et la dignité, avec toutes celles et ceux qui souhaitent y prendre part.

Nous avons fait valoir ce 11 mai des revendications précises, les voici rappelées ici :

  • Dissolution de l’IGPN et création d’une instance indépendante pour enquêter sur les crimes et violences de la Police ;

  • Interdiction du LBD et des techniques d’immobilisation mortelles ;

  • Fin des contrôles aux faciès qui sont des contrôles racistes ;

  • Destitution du policier Vincent Lafon, mis en cause dans plusieurs cas de violences policières ;

  • Démission du ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, qui ne cesse de légitimer les violences policières.

Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie, le 12 mai 2020

(1) : L’appel à la chaîne humaine contre les violences policières du 11 mai :

https://blogs.mediapart.fr/appel-quartiers-populaires-conference-de-presse/blog/070520/le-11-mai-une-chaine-humaine-contre-les-violences-policieres

(2) : Le témoignage de Samir, recueilli par le journaliste Taha Bouhafs pour Là-bas si j’y suis :

https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/ils-m-ont-frappe-j-etais-comme-un-ballon-de-foot-le-temoignage-de-samir

(3) : Pour mémoire, la liste des organisations ayant appelé à la chaîne humaine contre les violences policières :

Attac, Acceptess-T, AvecNous, CCIF, Cedetim, Cerveaux non disponibles, CGT, CGT Ferc-Sup Paris 8, Collectif contre les abus policiers, CLAP 33, Collectif du 10 novembre contre l’islamophobie, Collectif Gilets jaunes Rungis, Collectif Jaune Etc. 33, Collectif Justice et vérité pour Babacar Gueye, Collectif Romain Rolland Ivry, Collectif Vies Volées, Comité Adama, Comité vérité et justice pour Gaye Camara, Comité vérité et justice pour Lamine Dieng, Compagnie Jolie Môme, Coordination Pas Sans Nous, Diem25 France, ENSEMBLE !, FASTI, Fédération SUD-Rail, Femmes des quartiers populaires, Femmes plurielles, Filles et Fils de la République, FUIQP, GHETT’UP, Justice pour Selom et Matisse, Franc Moisin citoyenne, LDH, Mémoire pour Jawad Zaouiya, MRAP Saint-Denis, Les Mutilés pour l’exemple, NPA, Orchestre poétique d’avant-guerre, PEPS, PoleS, Les Réfractaires du 80, SQPM, UCL, UCL Saint-Denis, Union syndicale Solidaires, Union départementale Solidaires 93, Union locale SUD-Solidaires Saint-Denis, UNPA – UVP-filmer la police


11 mai, Île-Saint-Denis © N. F.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn