Entre Hadopi , le H1N1 et la taxe carbone la proposition de loi visant à lutter contre l'inceste sera-t-elle adoptée en 2010 ?

Le temps passe ( euphémisme ) et l'Etat français demeure l'un des moins protecteurs de son Enfance , le temps passe et n'eût été la mobilisation de beaucoup d'anonymes La proposition de loi visant à identifier, prévenir , détecter et lutter contre l'inceste sur les mineurs et à améliorer l'accompagnement médical et social des victimes , déposée par la députée Marie-Louise FORT serait passée à la trappe le 28 avril , pour cause de représentation d'Hadopi devant l'Assemblée Nationale . Qu'il est révélateur une fois de plus que les considérations stricto sensu pécunaires, mercantiles , aient failli prévaloir sur ce que chaque citoyen DOIT à ses enfants . A fortiori ses élu(e)s . Qu'il est piqûre de rappel que l'inceste reste un tabou vivace en France , tabou ou sujet estimé d'intérêt mineur puisque je ne lus nul quotidien qui relève l'ineptie du choix effectué alors par Jean - François COPPE ( le Monde du 14 avril 2009 ) : Hadopi . Les enfants peuvent attendre ...Il n'est que l'argent roi qui suscite remous et célérités , articles de fond et pédagogie, manifestations et Unes. Il est pourtant rarissime en ces temps de disettes de devoir rempli à l'égard du vivant qu'un Etat puisse s'enorgueillir d'une telle avancée , que des parlementaires puissent a minima acter leur soin à l'égard des citoyens de demain . Que nenni ! A époque commune soin commun , par -delà tous les clivages rassemblant autour du dieu " euro", autour de la déesse " économie" , autour de la détresse " chômage" .

Le bon sens voudrait pourtant , y compris coût économique étant ( confert sécurité sociale et autres coûts générés par les conséquences de l'inceste ) , que la primauté s'exerce enfin à l'égard du plus vulnérable , du plus démuni , de chaque futur citoyen ( ne) : l' Enfant .

Le gouvernement doit , avant le 31 décembre 2009 , remettre au Parlement un rapport examinant notamment la mise en place de mesures d'éducation et de prévention à destination des enfants.Si Hadopi faillit renvoyer au silence cette proposition de loi , ne peut-on pas craindre qu'une fois encore le politique se défausse sous couvert de H1N1 et autres ? Nous espérons que non , mais sommes trop peu à espérer . J'en veux pour preuve le peu de signataires de la pétition http://petition-antiprescription.net , dont le comité de soutien est pourtant remarquable à tous égards .

Dans le même temps , à Montreal , une équipe de chercheurs de l'Université Mc Gill découvrait un lien entre une modification épigénétique et l'abus sexuel . Et si nous regardions plus souvent vers eux ? Jusqu'à ce que nous voyons nos enfants en même temps qu'eux , en avance des désastres qu'ils pourraient traverser et non en des a posteriori qui pour l'heure dans la législation française n'existent même pas !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.