Une marelle pour les enfants

Les silences étant par trop pléthoriques , et les problématiques politico-économico-financières absorbant toutes énergies , force est de constater que les enfants sont de facto les oubliés des préoccupations journalistiques et citoyennes , sauf faits tristement divers .

Or , qu'il s'agisse de pauvreté : ils sont les premiers percutés par celle affectant leurs familles . Chacun des dizaines de milliers d'entre eux vivant au-dessous du seuil de pauvreté n'a nul besoin de connaître la devise nôtre " Liberté , Egalité , Fraternité" pour découvrir par expérience son inexistence dans les faits.

Or, qu'il s'agisse de handicap : ils sont les premiers percutés par des lignes budgétaires avares a minima , quasi indécentes , se retrouvant pour beaucoup d'entre eux privés de scolarité par absence d'auxiliaire de vie scolaire . Ainsi , là encore , expérimentent-ils l'affront qui leur est fait de leur rappeler que la scolarité est obligatoire , que la scolarité est gratuite , qu'ils ont même droit-devoir à cette scolarité ....mais pas d'accès à ladite scolarité .

Or , qu'il s'agisse du respect des droits de l'enfant : ils sont les premiers à en être spoliés , de leur mise en centre de rétention aux menaces d'expulsion de leurs parents alors qu'ils sont soignés et scolarisés en France . Ainsi expérimentent-ils la distorsion entre les droits qui leur sont conférés , à juste titre , et la réalité de ces droits.

Or, qu'il s'agisse de leur droit majeur à ce que leur intégrité physique , morale , psychique soit effective : là encore ils sont les premiers à expérimenter que ce droit est bafoué , piétiné , dénié si fréquemment que leur confiance en les adultes s'amoindrit , s'amoindrit , s'amoindrit .

Question simple : à l'occasion du mariage , il est lu aux futurs époux les obligations résultant de leur union . Comment se fait-il qu'à l'occasion d'une naissance il ne soit pas lu aux parents les obligations nées de leur parentalité ? Ce fait même est révélateur du peu d'égards qu'en vérité les politiques et les citoyens accordent aux enfants , qui sont pourtant leur devenir .

Aurions-nous plus de devoirs envers le passé qu'envers le futur ?

Ne saurions-nous exercer nos droits que lorsqu'il s'agit de ceux liés à nos sphères d''adultes ? D'adultes travailleurs , d'adultes votants , d'adultes assurés sociaux , d'adultes taxés , d'adultes -dotés-de-pouvoir-d'achat-en-baisse ?

Quid de nos devoirs ?

Quid de notre présence effective auprès des enfants ?

Alors , ne serait-il pas grandement temps de leur prouver par des actes que nous souciant d'eux qui ne peuvent ni manifester , ni voter , ni pétitionner , que nous le ferons pour et avec eux , en adultes responsables - conscients- non mensongers ? Par l'élaboration , par exemple , d'une marche-marelle qui leur serait exlcusivement dédiée ?

J'espère que ce billet trouvera écho , pour que d'hic et nunc en hic et nunc les enfants cessent d'être les premiers à morfler , les derniers à être pris en compte !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.