ACTE II, SCENE 2 : LE PEN SE PLANQUE DERRIERE LE RIDEAU DE SCENE

 

Ce serait tellement énorme comme truc qu’on a du mal à s’en convaincre. Pourtant on peut pas s’empêcher de penser à une mise en scène  soigneusement préparée de longue main. Un coup fourré politicien bien dans les mœurs manipulatrices de l’extrême droite.  Le Vieux s’efface [comme au théâtre] sur un désaccord politique tranché, fidèle aux siens, à leurs valeurs et à leurs combats, la tête haute comme il dit. Et il les arrime solidement au Front National en partant, déclarant que son Parti est la seule chance qui reste à la France ou quelque chose comme ça. Au moment idéal en plus, raccord avec la pièce écrite à l’avance et sans mettre le bordel. Un vrai numéro de professionnel.

C’est bien sûr pain béni pour la Fille. Le Vieux s’en est pris tellement dans la gueule, depuis si longtemps, qu’il incarne à lui tout seul ce que l’extrême droite défend de pire. Il y a mis du sien faut dire pour se faire détester. En partant il emporte avec lui, aux yeux du grand nombre, cette saleté qu’une partie de la bonne société de droite répugnait à approcher. Et en décharge à proportion la Fille, désormais comme purifiée par son éloignement, telle une petite bourgeoise ordinaire bien dans son temps à la tête d’un parti atypique mais certainement pas fasciste. Avec le Vieux, on avait du mal, mais sans lui c’est désormais tout autre chose car l’odeur du soufre se dissipe.

Le ni-ni de l’Ump a du plomb dans l’aile, et avec lui les caciques qui cherchaient à garder leurs distances. Comme les soi-disant centristes, ils vont avoir un mal de chien à retenir leurs troupes alléchées par le fumet du banquet régional. Et surtout à retenir leur électorat aux uns et aux autres : faire élire le FN du Vieux contre le PS détesté, c’était pas conseillé. D’ailleurs certaines ouailles y arrivaient pas, question de scrupules. Avec le FN de la Fille, surtout une fois le Vieux répudié, c’est plus pareil. On va se lâcher dans la France profonde, ça va turbuler dur niveau report des voix, surtout en faveur d’un FN définitivement repeint respectable.

Le PS avait pas besoin de ça non  plus, le pauvre. Lui qui avait tout misé sur le Vieux pour gagner les présidentielles. Faire progresser le FN un maximum pour l’avoir au second tour et le ratatiner, c’était son idée. Maintenant que le Vieux est officiellement épuré, la Fille est beaucoup moins sûre de se ramasser au deuxième tour.  Surtout qu’il va sans doute manquer pas mal de voix de gauche au PS. Et encore plus contre la fille relookée fréquentable, mais c’est pas le plus important même si tout ça se cumule. Pourquoi se gêner vont se dire les électeurs UMP avec le candidat PS face à la Fille. Aucune mauvaise conscience à avoir, finalement c’est la gauche contre la droite, normal quoi, comme avant. Pourquoi résister au bon sens quand on a une si folle envie de se payer le gugusse socialiste abhorré.

Pour le moment les médias restent scotchés sur l’évènement, pris au dépourvu. Ils doivent sans doute réfléchir à comment l’emballer dans l’avenir l’évènement, on verra bien. Mais ce qui est sûr, c’est que si le truc des Le Pen fonctionne, et la représentation est sans doute pas terminée, le système médiatique va être obligé de se recentrer. Fini la mise en spectacle du pseudo affrontement entre PS et UMP sur fond de promotion du FN. Juste pour faire peur au troupeau, pas pour le faire élire, faut pas déconner non plus.  Ca c’était bon quand au deuxième tour ils étaient garantis de nous faire gaver un des deux. Maintenant, si la droite est qualifiée ça marche encore, mais si c’est le socialiste, on est plus sûr de rien.

Vous allez voir que le meilleur rempart contre le FN, le vrai vote utile, ça va devenir le vote UMP dès le 1er tour !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.