Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2020

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Raoult- Apolline. Victoire aisée par KO.

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La situation politique, en France, est extrêmement simple. D’un côté, un poudré, désormais en costume trois pièces pour évoquer les « chamailleries » de son peuple, pote avec tout ce que la planète compte de dégénérés du fric et de la dope. (Je parle bien sûr de Big Pharma !) Et de l’autre un peuple confiné, confié aux célèbres « merdias », BFM en tête, le but étant de lui faire prendre, sinon des vessies pour des lanternes, du moins une épidémie de grippe pour une apocalypse finale.

(Car qui dit « apocalypse » dit : « Les gens ont peur et on en fait ce qu’on en veut. »  Clair.)

Or qui dit que ce Covid-19 est une grippe lambda ? Le fameux professeur Raoult  de Marseille !

Fan de chichoune !

Il importait donc d’agir, et vite, on va voir pourquoi, pour que ce chantre de la médecine pas chère, soit ridiculisé aux yeux du  populo.

Raoult accepte le rendez-vous avec BFM qui mandate sur les bords du Vieux-Port, une de ces plus célèbres cuisinières : Apolline de Malherbe, la spécialiste  du steak saignant d’homme  politique !

Passons à l’action.

Premier round.

Raoult étant absent, BFM concocte en première partie un  doc  où, après quelques compliments de Renaud Muselier , le dit Raoult est déchiqueté en confettis. En fait dans son hôpital, personne ne peut le piffer, c’est un tyran. (Oui, c’est ce qu’on appelle un boss. Un pacha, dans la marine, où on t’envoyait griller au sommet d’un mât si tu n’obéissais pas.) Mais là, c’est pire, figurez-vous, nous dit une interlocutrice floutée. Il publie des articles qu’il n’a même pas écrit et qu’il vole, les signant, au petit personnel ! Mais il y a pire ! (Ça me rappelle un doc sur « Les derniers jours de Pompéi » où les catastrophes succédaient aux catastrophes.) Un de ces toubibs a été accusé de harcèlement sexuel ! (Ils ne préciseront pas que l’accusation a été retirée. Sans doute sous la menace !) Et il y a pire encore ! On voit lors d’une soirée de carabins qu’il est traité de tous les noms d’oiseaux publiquement !! On le hait, on le hait , on le hait !

C’est après ce hors-d’œuvre bien épicé, les vieilles personnes étant censées aller se coucher, qu’on en vient enfin à la seconde partie que tout le monde attend : Raoult face à Apo, sur le ring de BFM.

Nous noterons tout d’abord que, et Macron et BFM, se déplacent pour voir le noble professeur qui ne bouge pas de son bureau. Raoult, c’est comme le pape. Si tu veux baiser le bout de sa pantoufle, il faut aller à Rome.

Bref, les hostilités commencent et, on comprend, dès le début, face à la longue question d’APO que Raoult, tel un sphynx millénaire, va survoler l’entrevue. C’est un peu comme Borg, dont il a les cheveux en plus plats, qui accepterait d’échanger quelques balles avec une mignonette.

Cet homme est d’un calme Olympien, toujours égal à lui-même, répétant ses mantras tout en se tournicotant la barbichette. Face à lui Apo,  tenant d’une main nerveuse une liasse de feuillets soulignés en rouge, va tenter quelques piques vicieuses dont elle a le secret. Elle veut ramener à Paris la tête et la queue de Raoult.

Hélas…

Un homme honnête et entêté face à perruche écervelée et mandatée par les forces du mal, ça se voit vite.

C’est si rare les hommes intelligents sur petit écran. On ne confond jamais, même si l’on n’est pas spécialiste d’astronomie, un météore et une loupiote.

Raoult va rester courtois avec la donzelle ne lui lançant que quelques   petits coups de patte adoucis comme le fait un bouledogue sympa quand le teckel de la famille essaie de faire le malin.

J’ai retenu quelques moments piquants de cette entrevue où se jouent quand même des vies humaines, et surtout beaucoup de fric, mais bon…

Apo essaie de l’attaquer sur son look.

-Sa barbe ? Ça plaît à sa femme.

-Sa bague ? C’est une tête de mort qui rappelle à chacun son humaine condition. (Non, ce n’est pas pour imiter Johnny.) Il n’est pas allé jusqu’à parler des stoïciens et de Montaigne, il sait quand même qu’il est sur BFM. 

-La chloroquine ? « Ce médicament existe depuis 80 ans, il a été prescrit à un tiers de la population mondiale ! C’est l’histoire la plus fantasque que j’aie entendue de ma vie. »

-Les morts ? « Il y a deux mondes : celui des pays pauvres qui utilisent de la chloroquine avec peu de mortalité et celui des pays riches. »

-Le covid, gripette ? « Attendons les chiffres , s’il vous plaît… » Il l'a dit dès le début. C'est une grippe rien de plus. Hou, ça ne plaît pas!

-Parfois quelques  piquounettes :« Vous me demandez de faire des prédictions, je vous dis que je n’en fais pas, vous me le redemandez... Ça va finir par être lassant. »

Quand elle lui demande si les Chinois ont menti :

« Vous n’avez pas honte de poser une telle question ?  Je ne pense pas que le gouvernement chinois mente plus que le gouvernement français. »

-Quand elle lui fait remarquer que grâce à BFM, il va avoir un auditoire :

« Je ne veux pas vous faire peine mais je n’ai pas besoin de vous pour dire ce que j’ai à dire...Vous rigolez... »

Toutes ces bonnes choses et surtout une masterclass d’épistémologie, de science et d’analyse critique de toute une société et d’un système.  Quand il parle de la peur qui est au cœur de cette histoire, faisant trembler une population qui n’a connu aucune guerre, quand il dit que les ministres ne sont finalement que   les porte-parole du Deep state à la française, Raoult assène un diagnostic extrêmement lourd et lucide sur les faillites de ce pays.

 Hé oui, miss APO :   Pas facile de faire des crocs en jambe à un éléphant avec sa corde à sauter...

 Si l’on analyse cette interview on voit clairement que c’est une déclaration de guerre. Une guerre contre les puissants, contre les labos, contre l’Etat faible et corrompu. Une défense des médicaments qui peuvent guérir tout le monde et ne coûtent rien.

 Chapeau, Raoult, pour ce courage.

 Dès le lendemain, on comprenait pourquoi il fallait vite déconsidérer Raoult et sa chloroquine.  Le Remdesivir, malgré des résultats de tests douteux, était autorisé par Trump. Un Trump qui doit penser à sa réélection. Ayant écarté  Gates dont il veut interdire les vaccins, il ne peut se mettre tout Big Pharma à dos.

On attend la suite avec Véran.

Dès le lendemain aussi on apprenait que Raoult « signait »  chez Onfray et rejoignait son «  Front populaire » avec un engagement qui sonne comme une autre déclaration  de guerre :

"On parlera ensemble de la santé, de l'Etat profond, de ce qu'il ferait de la recherche, et de l'esprit de découverte en France."

 Vous avez dit "État profond", cher maître ?

 La clique doit être en transes.

Courageux, ce professeur Raoult, acclamé dans les rues de Marseille !

Un modèle pour nous, les confinés, qui devrons promptement retourner sur le champ de bataille !

Du moins, voilà avec nous un admirable allié.

Un honnête homme.

Denrée très rare, du moins sur nos écrans.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac