Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

98 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

VERT

Ariane Walter
Agrégée de lettres, auteur (théâtre, roman), blogueuse.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

VERT

Voilà une couleur que je n’ai jamais aimée.

Peut-être parce qu’elle se marie moyennement avec le bleu du ciel. Le grand bleu que j’adore.

Mon Bleu !

J’ai toujours vécu dans le midi et le vert du midi, excusez-moi, le vert des pins, des oliviers, des sous-bois, c’est un peu…comment dire sans vexer personne…un vert… un peu gris. Pas un vert de gris non, mais un vert doux, un peu cendré… Bref. Du vert qui a besoin de l’incendie des fleurs pour qu’on l’oublie.

Et me voilà, à l’aube de mes soixante-dix-huit ans, dans le pays du vert triomphant !

La splendeur du vert existait ! Oui !

On sait enfin ce qu’est la Vie gorgée d’eau !

Je regrette que nous n’ayons pas ce sens supplémentaire, qui nous manque, qui nous permettrait d’entendre la musique de la Vie. Je suis sûre que les arbres, l’eau, le ciel chantent dans l’espace des symphonies dont nous n’avons pas idée.  

Quelle est la musique du vert ? Le vert éternel qui survit même à l’hiver. Car il ne faut pas croire, même en hiver, dans mon coin de campagne, le vert est vert. Il ne s’en lasse pas.

Quand on se promène, pour aller d’un village à l’autre, on a l’impression de traverser un golf que personne n’ose fouler. Le golf des dieux invisibles. Propre et chic.  

Certes le bleu fait aussi son petit l’effet. Je ne le nie pas.

Mais ce n’est pas l’effet du vert qui parle d’abondance, de proximité, d’amour de l’homme à qui tout est promis. Le bleu a plus de lien avec l’infini surnaturel. Le vert tout près de nous est pour nous. Un chuchotement et une promesse : il ne partira pas.

Et lui, il s’harmonise avec toutes les couleurs. Les autres verts (pas raciste), les gris, les blancs, les jaunes, les dorés et même le bleu, ici, car le bleu intense et le vert intense sont à égalité. Puissants.

Le vert est la note forte qui rythme la partition des saisons.

En automne, par exemple, quand tous les arbres jouent à « perdons nos feuilles pour montrer nos branches dénudées », nous découvrons qu’un arbre que l’on a connu comme un mouton vert est surtout une puissance jaillie du sol, une tension, une énergie, une prière au soleil. Leur liaison est soudain avouée. L’hiver est la saison de la révélation.

Le vert des arbres qui abandonne la partie, contrairement au vert de l’herbe qui continue à jouir de tout, s’abandonne en poète. Chaque feuille a son rythme. Certaines s’attardent, d’autres se font dorées, d’autres jaunes, d’autres rousses. Chacune exprime sa personnalité, sa promptitude à voler vers d’autres vies ou son attachement à ce ciel-là, à cette sève-là qui lui donne, encore, sa couleur de bijou.

Au pied des arbres, le vert éternel chuchote aux papillons qui se posent délicatement sur son ventre, ultime jouissance dans la douceur d’un contact chuchoté, qu’il y aura une autre saison tout aussi belle que celle qu’ils ont connue.

Le vert garde la mémoire de tout ce qui puissant, joyeux, radieux, intense.

Et puis, comment expliquer cela ?

Quand je regarde ce vert, il va jusqu’à mon âme.

Le paradis, c’est Lui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal — Gauche(s)
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — Éducation
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005